Guinée : au moins deux morts dans des heurts entre manifestants et policiers

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 13 février, 2018 à 16:02:44 | Lu 105 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d-illustration

Des heurts ont opposé lundi manifestants et forces de l’ordre en Guinée, causant la mort d’au moins deux jeunes hommes. Le pays est actuellement sous tension, avec des protestations liées aux résultats des élections locales du 4 février et la reprise d’une grève des enseignants.

« Il y a eu deux morts aujourd’hui (lundi) dans des circonstances non encore élucidées », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Albert Damantang Camara.

« Les deux jeunes gens ont été tués par les forces de l’ordre dans des heurts avec des jeunes dans le quartier de Hamdallaye », fief de l’opposition dans la banlieue de Conakry, a indiqué une source sécuritaire. « La première victime est tombée sous les balles d’une patrouille de la police nationale », a ajouté cette source, sans donner d’indication sur les circonstances du second décès.

Au moins sept morts la semaine dernière

De jeunes manifestent à Conakry depuis les élections locales pour exiger la « vérité des urnes », l’opposition ayant mis en garde le pouvoir contre la tentation d’une « fraude massive ». La semaine dernière, les violences post-électorales avaient déjà fait au moins sept morts, dont quatre mineurs.

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a indiqué lundi avoir proclamé les résultats de quelque 150 communes (sur un total de 342). Selon ces résultats partiels, le parti du président Alpha Condé était au coude-à-coude avec celui du chef de l’opposition, l’ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo (2004-2006).

Le représentant pour l’Afrique de l’Ouest du secrétaire général de l’ONU, Mohamed Ibn Chambas, qui a achevé dimanche une visite de cinq jours à Conakry, a estimé lundi « fondamental que la Céni puisse accomplir son travail dans le calme et la sérénité », selon un communiqué.

L’appel au calme de la Cédéao

Il a en conséquence appelé les parties prenantes à « s’unir pour endiguer les discours de haine, les actes de violence et les violations des libertés et des droits fondamentaux ».

Même appel au calme du côté de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), qui a exhorté les protagonistes « s’abstenir de tout recours à la violence et privilégier les voies de dialogue et de recours pacifiques ».

La journée de lundi a aussi marquée par des manifestations liées à la reprise d’une grève dans l’enseignement, largement suivie à Conakry et dans plusieurs villes de province.

Barricades et pneus brûlés

Des manifestants, dont des jeunes d’âge scolaire, ont brûlé des pneus et érigé des barricades sur l’une des principales artères de la capitale, vite démantelées par les forces de l’ordre, a rapporté un correspondant de l’AFP.

« Nous demandons à tous les enseignants de reprendre le chemin de l’école », a déclaré à la presse le ministre de l’Education nationale, Ibrahima Kalil Konaté, affirmant que « toute revendication syndicale à caractère salarial ou sociétal doit être débattue sans diatribe et dans un cadre institutionnel ».

Une « grève générale illimitée »

Début décembre, après trois semaines de grève pour réclamer des augmentations de salaires, le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) avait suspendu « pour deux mois » le mouvement pour laisser le temps à la négociation.

Mais le 1er février, le syndicaliste Aboubacar Soumah, dissident de cette organisation, avait promis une « grève générale illimitée » à partir du 12 février, considérant que les revendications salariales à l’origine de la mobilisation n’avaient pas été satisfaites.

Jeune Afrique

 

 

Auteur: Pierre-Ephese Ascension - Ivoirematin-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]