Afrique

Hausse du carburant au Burkina Faso: le gouvernement ne lâche pas

  • Source: : Web-News | Le 19 décembre, 2018 à 16:12:17 | Lu 435 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Hausse du carburant au Burkina Faso: le gouvernement ne lâche pas

A l’issue du second round de négociations entre le gouvernement burkinabè et la Coalition contre la vie chère, les autorités ont décidé de maintenir la hausse de 12% du carburant, entrée en vigueur le 9 novembre dernier.

Après sept heures de discussions, le gouvernement a accepté de procéder à un audit des sociétés d'Etat des hydrocarbures et de l'électricité et de saisir et d'identifier les fonds détournés par les dignitaires de l'ancien régime de Blaise Compaoré.

Un seul point de blocage subsiste : la suppression de la hausse de 12% du prix du carburant. Ce secteur est subventionné et l'Etat a peu de marge de manœuvre, comme l'explique Rémi Dandjinou, le porte-parole du gouvernement. « Nous sommes obligés d’appliquer la subvention pour éviter une explosion des prix, et aujourd’hui encore, malgré la hausse des prix, la subvention de l’Etat permet de contenir l’explosion des prix des hydrocarbures. Chaque mois, avant la hausse annoncée, c’était 14 milliards de francs CFA de subventions. Donc cela pose un problème de réalité des prix, cela pose un problème de soutenabilité de cet engagement-là. »

La Coalition contre la vie chère n'est pas satisfaite. Elle suggère de puiser dans des « niches », qu'elle dit avoir identifiées. « Le secteur minier au Burkina Faso est très florissant. Il faut taxer les compagnies d’exploitation minière, suggère Chrysogone Zougmoré, le vice-président de cette organisation. Nous avons au Burkina Faso une multitude d’institutions inutiles et budgétivores. On peut mettre fin à l’existence de ces institutions-là et faire rentrer l’argent. Il y a tellement de niches qu’on peut exploiter au lieu d’aller chercher l’argent dans les poches du contribuable qui peine déjà à joindre les deux bouts à chaque fin de mois. »

Ce responsable se dit ouvert à toute autre discussion avec le gouvernement. Dans l'immédiat, aucune autre mobilisation n'a été envisagée.

 

Auteur: rfi - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]