Afrique

Soudan: une nouvelle fusillade à Khartoum fait un mort et de nombreux blessés

  • Source: : Web-News | Le 03 juin, 2019 à 14:06:43 | Lu 213 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d-illustration

Une nouvelle fusillade a fait un mort et au moins 25 blessés, dont quatre par balles, samedi après-midi à Khartoum, au Soudan. C’est le 3e incident du genre cette semaine, entre forces de sécurité et civils. Et toujours au même endroit, autour du même pont, dans une zone baptisée Colombie. Les civils accusent les soldats d’essayer de briser la révolte par la force.

Les soldats n’ont pas fait dans la dentelle. Arrivés avec plusieurs dizaines de véhicules, ils ont tiré sur la foule quotidiennement installée à Colombie. Mishaal Mohammed Abdelrahman raconte la scène : « Ils sont venus avec 20 véhicules. On a essayé de leur parler, mais ils ont tout de suite tiré, sans avertissement. On est monté sur le pont. Ils nous ont poursuivis et ont encore tiré. »

Des civils ont alors manifesté leur colère et les militaires ont encore fait parler leurs armes. La scène s’est répétée plusieurs fois sur ce site de Colombie réputé chaud, où drogue et alcool sont consommés. Pour Mohamad Abdallah, les soldats n’ont pas cherché à combattre la criminalité, mais à casser la révolution : « Les militaires sont des pervers. Ils cherchent juste à tuer. Tout cela est calculé, ce n’est pas une bavure et je suis pessimiste pour l’avenir. Ces gens sont tous issus de l’ancien régime. Ça va prendre du temps pour les déloger, mais on va tenir. »

Les blessés ont été transportés à Al-Jazeerah, un hôpital de campagne ouvert durant la révolte dans l’école polytechnique. Le Dr Mohammad Bahrid déplore l’attitude des militaires. « C’est une révolution pacifique et je m’oppose au gouvernement militaire, explique-t-il. Bien sûr si un soldat blessé vient ici, je le soignerai, parce que c’est mon devoir. Pour autant, il faut que cette situation s’arrête et qu’un gouvernement civil soit nommé. »

Un jeune arrivé sur un brancard a levé le bras en faisant le V de la victoire. Signe que les civils n’ont pas l’intention d’abandonner la révolte.

lire la suite sur

 

 

Auteur: Rfi - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]