Trois personnes suspectes, dont deux en possession d’armes à feu, aux arrêts à Niakara

  • Source: : Web-News | Le 25 juin, 2018 à 17:06:08 | Lu 464 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Trois personnes suspectes, dont deux en possession d’armes à feu, aux arrêts à Niakara

Trois jeunes gens sans liens, dont deux d’entre eux possédaient des armes à feu, ont été mis aux arrêts à Niakara (Centre-Nord, région du Hambol) par la brigade de gendarmerie de la ville qui les soupçonne de braquages, a appris l’AIP, dimanche, auprès des autorités locales.

Il s’agit des sieurs Ahmadou Sidibé, 38 ans, se disant berger à Fronan, dans le département de Katiola , Bouréima Sawadogo ( 1995), passager d’un véhicule de transport en commun, et Ibrahim Traoré, 30 ans, un commerçant de tricycles domicilié à Niakara.

Ahmadou a été appréhendé, vers 15H, lundi 11 juin au marché de Niakara, par la brigade de gendarmerie de la ville qui l’a aussitôt mis à la disposition de l’unité de recherches de ce corps d’élites militaires basée à Bouaké. Suspecté d’implication dans des braquages et attaques à mains armées de véhicules sur l’axe Katiola-Niakara, l’homme était activement recherché par la gendarmerie.

Quant à Bouréima, le passager, il a été arrêté le même jour, au corridor de Kanawolo, dans le nord de la ville Niakara, lors d’un contrôle de routine . Le jeune homme portait en bandoulière un sac à main contenant un pistolet de type calibre 12 de fabrication artisanale avec munitions.

Il était descendu du véhicule de transport en commun lors d’un contrôle du service anti-drogue et ,voulant par des manigances échapper au contrôle, il a été mis aux arrêts. Il était en partance pour Bouaflé.

Le dernier cité a été interpellé également à Niakara par la gendarmerie de la ville qui, le soupçonnant de braquages et d’attaques armés sur les pistes villageoises, a découvert un pistolet de type calibre 12 de fabrication artisanale à son domicile après une perquisition.

Les nommés Bouréima et Ibrahim ont été mis à la disposition de la justice, à Katiola, où ils devront répondre des leurs délits.

 

Auteur: Aip - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]