Côte d’Ivoire : « être Ivoirien, c’est une malédiction » Dedordo renie sa nationalité ivoirienne

  • Source: : Web-News | Le 26 octobre, 2021 à 17:10:48 | Lu 491 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Côte d’Ivoire : « être Ivoirien, c’est une malédiction » Dedordo renie sa nationalité ivoirienne

Debdordo Leekunfa décide de renoncer à sa nationalité mère, c’est-à-dire celle ivoirienne. 

A la suite de toutes les tensions entre lui et plusieurs internautes, Debordo annonce qu’il ne revendique plus la nationalité ivoirienne. 

Selon ses dires, être Ivoirien représente une malédiction, et qu’il s’érige désormais en artiste qui lutte pour la promotion de la musique africaine.

Debrodo Leekunfa semble être résolue à se défaire de son identité, la nationalité ivoirienne. Mécontent des agissements de certains de ses compatriotes selon ses dires, il opte pour un changement. Il a fait l’annonce dans une vidéo live sur son profil Facebook à la mi-journée de ce mardi 26 octobre.

« Je ne suis plus Ivoirien parce que c’est un peuple lâche. Ils ont voulu faire tomber Debordo dans la dépression, mais laissez-moi vous dire que quand Dieu est avec toi, il ne peut rien t’arriver. Je préfère être béninois, burkinabé, togolais, guinéen ou encore congolais parce que se sont des peuples fiers. La côte d’Ivoire a perdu son identité, aujourd’hui, on reconnaît un ivoirien par sa haine. Ils sont prêts à torpiller, vendre leur prochain », a justifié Debordo dans un premier temps.

Puis d’ajouter ouvertement son renoncement à sa patrie. « Je renie ma mère nation, la mentalité ivoirienne est devenue autre chose. Etre ivoirien c’est une malédiction. Je vais mettre mon talent au profil de toutes les nations, sauf la Côte d’Ivoire », a fait savoir Opah la nation.

Pour ceux qui s’interrogeaient en réactions sur une probable fin de carrière, Debordo a répondu : « Je vais continuer ma musique, mais je ne ferais plus de musique à l’ivoirienne, mais universelle. »

Cependant, Dedordo a précisé que sa décision ne se justifie pas, par un manque d’attention, comme certains pourraient le croire. 

A ce propos, il dit avoir l’amour suffisant pour sa survie, l’amour de Dieu.


Auteur: afrikmag - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]