Adama Dahico (Humoriste sociopolitique) : « J’ai eu du mal à accepter et à supporter que Gbagbo soit à La Haye »

  • Source: : Web-News | Le 08 février, 2019 à 09:02:25 | Lu 760 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

imge-d-illustration

A l’occasion de l’étape marocaine de la 2e édition du festival Afrique du rire, qui s’est déroulée du 20 au 23 janvier 2019, l’humoriste sociopolitique, Dolo Adama alias Adama Dahico s’est prononcé sur le procès de l’ex-chef de l’État ivoirien, Laurent Gbagbo, marqué par son acquittement. C’était avant sa libération sous conditions le vendredi 1er février 2019.

Quelle analyse faites-vous du procès de l’ex-président Laurent Gbagbo et de Blé Goudé, à la Cpi ?

Le constat que je fais, c’est que ce procès a connu une évolution. Il y a eu un acquittement. Tout le monde a appris la nouvelle. Et puis, ce qu’on ne comprend pas, après on nous dit que le président Gbagbo et Blé Goudé ne peuvent pas sortir. Parce que la procureure Bensouda a décidé autrement. Pourtant, cela n’a pas été le cas pour Jean-Pierre Bemba. Mais pourquoi pour Laurent Gbagbo et Blé Goudé, c’est le cas ? Je ne suis pas juriste, on attend de voir ce qu’ils vont décider. Mais j’ai foi. Parce qu’il y a longtemps que l’Afrique est réveillée mais ses enfants doivent la maintenir en éveil.

Comment avez-vous vécu l’incarcération, pendant plus de 7 années, de Laurent Gbagbo à La Haye ?

Honnêtement, je vous le dis hormis toutes les considérations politiques, Laurent Gbagbo est celui-là même qui a apprécié l’humour que nous faisons. Et il n’a pas manqué de faire savoir aux Ivoiriens, que le rire est important. Parce que lui-même, c’est un champion de l’humour. Ça, tout le monde le lui reconnaît. Il aime bien l’ambiance. Il aime bien les artistes, les humoristes, les comédiens. Le dernier groupe de comédiens qu’il a reçu à sa résidence avant les hostilités du 11 avril 2011, ce sont les éléments du film « Ma famille ». Moi, ce n’est pas le président Laurent Gbagbo en tant que tel, c’est l’ami.

C’est un secret de polichinelle, vous êtes connu comme un de ses proches…

Vous savez, j’avais des relations particulières avec lui. Je l’appelle ‘’mon ami personnel’’. J’ai eu du mal à accepter et à supporter qu’il soit à La Haye. Mais je dis, s’il est là-bas, c’est parce qu’il s’est passé des choses. Quelqu’un m’a dit : « Adama, ton ami a été envoyé à La Haye ! ». C’est Konan Banny qui me l’a dit. Je suis allé le rencontrer. Je lui ai dit : « Monsieur le président, on vous a confié une mission délicate. Au moins, il fallait le garder ici pour la réconciliation ». Il m’a dit : « on a emmené ton ami là-bas. Il doit dire merci à Dieu. Parce que là-bas, au moins, il peut se soigner. Il peut avoir de la visite. Ses parents peuvent lui rendre visite. Ses avocats peuvent lui rendre visite. Et le monde entier saura ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire parce que chacun dira sa part de vérité avec les preuves à l’appui ».

Qu’est-ce qu’on peut retenir de ce procès qui a cristallisé le monde entier ?

On a pu assister à un procès, et les gens sont venus témoigner. Il y en a qui ont eu des preuves dont ils ne savaient pas comment ils les ont produites. Je ne commente pas. Le plus important, il a été déclaré innocent. Il a été acquitté, soit un non-lieu. Maintenant, ce qui se passe, on considère ça comme la politique. Pis, comme la « Comédie politique avec les Ivoiriens », ça fait Cpi.


Auteur: l'infodrome - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]