Côte d'Ivoire : Mamadou Koulibaly accuse le Premier ministre de détournement

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 13 avril, 2018 à 16:04:53 | Lu 1219 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d

Dans son numéro de ‘’Jeudi, c’est Koulibaly’’ du 12 avril 2018, Mamadou Koulibaly a dénoncé un détournement de fonds du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Selon le président de Lider, le chef du gouvernement détourne l’argent qui devrait servir à certaines villes du nord pour embellir sa ville natale, Korhogo. Il dit avoir fait le constat au cours des tournées dans la zone de Bouaké jusqu’à la frontière, suite à des plaintes des usagers concernant le mauvais état des routes.

« Ce que j’ai vu m’a fait penser à la période du parti unique où, officiellement on devrait faire une grande route entre Abidjan et Bouaké. Mais la route s’est arrêtée à 140 km. Le goudron a été mis, mais à Yamoussoukro. Statiquement, il y a eu du goudron, mais pas là il aurait apporté beaucoup à l’économie nationale » rappelle avec un air moqueur Mamadou Koulibaly.

Le président de Lider regrette que le Premier ministre s’adonne à une telle pratique. « Quand je viens de Korhogo, en passant par Bouaké, Niakara et Tafiré, je constate que nous avons besoin de route. Des routes se font, mais dans le tronçon dont on parle, il n’y a pas de route du tout. Mais dans Korhogo, il y a du goudron partout. Des kilomètres et des kilomètres de goudron. Le maire de Korhogo n’est-il pas le Premier ministre de Côte d’Ivoire, ne contrôle t-il pas la dépense publique ? Evidemment, pour lui la bonne gestion, c’est de détourner l’argent qui devrait servir à faire les routes entre Bouaké, Katiola, Niakara, Tafiré et autres », accuse l’ex-président de l’Assemblée nationale

Si le maire et les populations de Korhogo peuvent s’en réjouir, Mamadou Koulibaly leur demande de comprendre que ce n’est pas cela la bonne gestion. Car les populations des autres villes ont aussi besoin de routes. D’autant que cette route est celle qu’empruntent tous les camions qui viennent de l’hinterland vers Abidjan et vice-versa.

« C’est une route internationale, nous avons des responsabilités vis-à-vis de nos voisins de faire de cette route une voie carrossable », fait il savoir.

 

Auteur: César-Ivoirematin - Ivoirematin-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]