Côte d’Ivoire : Soro étale le grand malaise au sommet de l’Etat et l’échec de la réconciliation

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 23 juillet, 2018 à 14:07:56 | Lu 5775 fois | 2 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d-illustration

Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Soro Kigbafori Guillaume, était sur France 24 le dimanche 22 juillet où il a été interviewé par Alain Foka de RFI.

Sur des sujets de la gestion du pouvoir, les rapports entre les partis de la coalition, du parti unifié, et de la réconciliation nationale, l’on a vu un Soro Guillaume très mal à l’aise, fuyant presque le débat. Tout, aussi bien dans ses réponses que sa gestuelle, montrait tout le malaise en Côte d’Ivoire. Laissant croire qu’il n’est pas sérieux dans ce qu’il dit au point d’être interpellé par le journaliste. « Monsieur Soro, vous avez promis que vous irez au fond du sujet », a rappelé Alain Foka à son invité au sujet de la réconciliation nationale.

Effectivement sur la question de la réconciliation nationale, sans l’avoir clairement affirmé, Soro a laissé entrevoir qu’elle est un échec. « Le plus important aujourd’hui, huit ans après comme vous l’avez dit, est qu’il faut que les lignes bougent. Et avec le discours que nous tenons, on voit bien que les lignes bougent en Côte d’Ivoire. »

Et les preuves que les lignes bougent après ces huit ans, Soro cite des libérations de prisonniers politiques survenues plutôt en 2012. Soit dans la première année de la présidence de Ouattara. « Monsieur Foka, Affi N’Guessan est quand même libéré, Michel Gbagbo aussi, ainsi que bien d’autres personnes. Il ne faut pas désespérer. Et je pense que le Président de la République, sans trahir  de secret, certainement y pense et fera en sorte que la Côte d’Ivoire soit inscrite durablement dans le processus de réconciliation d’ici 2020 ». Une réponse qui démontre que la réconciliation en Côte d’Ivoire est loin d’être vraie.

En ce qui concerne ses rapports avec Alassane Ouattara, Guillaume Soro va accuser leurs entourages réciproques. Ce qui ne peut pas être vrai quand on sait le discours que tenait l’homme lui-même, et les dissensions qui ont occasionné l’arrestation de Soul to Soul, le limogeage de ses proches dans le gouvernement et dans l’administration, etc. L’on a vu que Soro Guillaume a évité de heurter le président de la république, qui affiche désormais sa disposition à ne pas laisser impunis les écarts de Soro et de ses partisans.

Le président de l’Assemblée nationale a en outre fait paraître un autre gros malaise dans les rapports entre Ouattara et Bédié, au sujet du parti unifié. Quand on lui demande s’il accepte que Ouattara ait écarté Bédié et le PDCI dans la mise en place du RHDP, il répond : « Je garde espoir et je suis optimiste. Je rentre en Côte d’Ivoire. Je parlerai avec le Président Ouattara, je parlerai avec le Président Bédié. De toutes les façons, vous avez bien pu noter que le Président Ouattara a affirmé qu’il continuera de discuter avec le président Bédié ». Toute chose qui montre les relations entre les deux hommes sont brouillées.

L’autre aspect du malaise se trouve au niveau du combat que Soro dit mener pour la réconciliation. Il se dit prêt à aller jusqu’au bout, y compris aller demander pardon à Laurent Gbagbo, en détention à La Haye. « J’ai déjà publiquement déclaré en Côte d’Ivoire que j’irai voir le Président Gbagbo pour lui demander pardon, de même que j’irai voir le Président Ouattara, le Président Bédié pour leur demander pardon. C’est une déclaration publique. Maintenant, comme vous,  je souhaite que ceci soit possible. Vous savez bien que pour aller à la Haye, à la CPI, il faut une volonté commune ».

Mais depuis cette déclaration, Soro Guillaume qui fait presque le tour du monde, survole La Haye sans jamais y descendre. Ce qui pose la question de la sincérité de son discours. Car visiblement, Laurent Gbagbo n’est pas celui qui fait obstacle à ce projet. En effet, quand le journaliste lui demande si c’est l’ex-chef d’Etat ivoirien qui refuse de le voir, Soro répond : « Je ne l’ai pas dit. Je dis simplement que de mon côté, j’envisage effectivement la possibilité de rencontrer Monsieur Laurent Gbagbo. C’est un Ivoirien. Il est à la CPI.  Mais cela ne dépend pas que de moi ». Alors qui ne voudrait pas voir Soro chez Gbagbo. Est-ce le camp Ouattara qui n’a pas apprécié le discours du président de l’Assemblée nationale sur la réconciliation, le 4 avril 2017 ? Ou des partisans de Laurent Gbagbo, ou même la CPI ? Car selon certaines rumeurs, Soro est sous la menace d’un mandat d’arrêt encore sous scellé de la CPI. Se rendre chez Laurent Gbagbo serait synonyme de se jeter dans la gueule du loup.

 

Auteur: César DJEDJE MEL-Ivoirematin.com - Ivoirematin-News


Commentaire (2)


Anonyme En Avril, 2019 (23:35 PM) 0 FansN°: 1
Anonyme En Mai, 2019 (14:33 PM) 0 FansN°: 2
Appel ou WhatsApp: +229 64385927

Je tien témoignage d'un grand maitre marabout du Benin qui ma sauvée des problèmes très grave et dans tout les domaine il ma ouvrir les porte

bénédiction besoin financière il ma faire beaucoup de chose ma aidé dans mes concours et examen je suis toujours le plus meilleur de ma promotion je rends beaucoup témoin et je suis reconnaissan de lui ..... Il est au appel WhatsApp +229 64385927

Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]