‘’ Commémoration du 11 avril 2011’’: Koné Boubacar ressasse de douloureux souvenirs de la chute de Laurent Gbagbo’’

  • Source: : Web-News | Le 11 avril, 2019 à 17:04:37 | Lu 109 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image-d-illustration

L’ex-directeur du protocole de Laurent Gbagbo, l’ambassadeur Koné Boubacar est revenu sur des souvenirs douloureux, en ce jour commémoratif du 8e anniversaire de l’arrestation de l’ancien président ivoirien. Ci-dessous l’intégralité de son témoignage relayé sur la page Facebook du Parti de Laurent Gbagbo.

Ce 11 avril n’est pas la fête du nouvel an ou de la noël. Dans la mémoire collective des Ivoiriens, ce jour-là, la Côte d’Ivoire est entrée dans la barbarie.
Nous étions fatigués de rester dans le deuxième sous-sol de la résidence. Nous y avons été chassés par du gaz toxique que les hélicoptères français ont injecté là-bas. Il y a eu beaucoup de morts et de blessés à la résidence du président.
Nous avons dû remonter à la surface. Vers midi, nous étions dans deux salles. Parce que nous étions très nombreux. Il y avait les enfants et petits-enfants du président, le petit personnel de la résidence, tous les cadres qui collaboraient avec le président et des personnes venues trouver refuge.
Nous avons mis les femmes et les enfants dans une salle et nous avec le président, sommes restés dans une autre pièce. Nous savions les tortures que nous allions endurer.
A un moment, nous avons entendu le grand portail métallique qui a cédé dans un bruit infernal. Nous avons entendu des vociférations. « Sortez », disaient-ils. Ils ont eu accès à la salle où étaient les femmes et enfants. « Montrez où est Laurent Gbagbo », criaient-ils encore.
Et puis, ils sont venus frapper à notre porte. En disant ceci : « Si vous n’ouvrez pas, on va mettre le feu ». J’ai demandé l’avis du président, qui m’a ordonné d’ouvrir la porte. Ils sont entrés et l’ont amené avec eux. J’ai refermé la porte.
Dix minutes après, ils reviennent réclamer Simone Gbagbo. Et m’ont demandé de refermer. Mais, inquiet de ce qui pourrait lui arriver, j’ai mis du temps à refermer et un d’entre eux m’a tiré sur mon bras. Baignant dans le sang, j’ai refermé la porte.
Quelques instants après, ils sont venus nous faire sortir un à un. Nous avons subi toutes sortes d’humiliations lorsque nous sommes arrivés dans la cour.
Là-bas, ils ont déchaussé Kuyo Tea Narcisse et lui ont tiré une balle dans les pieds.
Un gaillard est venu vers moi et a dit c’est toi Koné Boubacar ? J’ai répondu oui. Et, il me demande qu’est-ce qu’un Koné cherche parmi les Bétés ? Et qu’il va m’égorger. Effectivement, il avait cette intention. Je me suis donc débattu comme je peux. Mais, il a réussi à me taillader à différents endroits de mon corps.

Lire la suite

 

Auteur: linfodrome.com - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]