Mercredi 17 Juillet, 2024 - 10:07 PM / Abidjan +33
Mercredi 17 Juillet, 2024 - 10:07 PM / Abidjan +33
Afrique

Sénégal /«Il m’a demandé de jouer avec son sexe» : la répugnante histoire du maçon et des deux garçons mineurs

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Viol
Un maçon nommé B. Dieng risque 10 ans de prison ferme. Il s’agit de la sentence requise contre ce dernier par le procureur au terme des débats de son procès devant la chambre criminelle de Dakar. L’affaire est mise en délibéré pour le 20 juin.

B. Dieng est poursuivi pour pédophilie. Il est accusé d’avoir poussé C. Mbengue, un garçon de 11 ans, à lui faire des attouchements. «Il m’a entraîné à l’étage avant de me demander de jouer avec son sexe jusqu’à ce qu’il éjacule. Après, il a menacé de me tuer si je le dénonce», a déclaré à la barre la victime présumée.

D’après L’Observateur, qui a assisté à l’audience, l’affaire remonte à 2021 quand le père de C. Mbengue a engagé B. Dieng pour accomplir les finitions du deuxième étage de sa maison. Le contrat a duré un mois 15 jours durant lesquels le maçon passait ses journées chez les Mbengue et y restait parfois jusque tard dans la nuit.

Mais au lieu de se limiter à boucler son chantier, Dieng essayait en même temps de satisfaire sa libido avec le fils de son client. Pris de peur, ce dernier s'est toujours gardé de se confier jusqu’à ce que le maçon soit démasqué par son grand-frère, S. Mbengue, 13 ans à l’époque des faits.

En proposant à ce dernier de lui caresser le sexe, B. Dieng se jetait dans la gueule du loup. «Contrairement à son jeune frère, S. Mbengue s’est confié à sa mère. Ce qui a donné à son petit frère le courage de conter sa mésaventure, rapporte L’Observateur. Le père, mis au parfum, a saisi la justice d’une plainte. Le maçon a été ainsi arrêté puis placé sous mandat de dépôt.»

Face au juge, B. Dieng a balayé les accusations des deux garçons, jurant que cette histoire est une invention de la tante des victimes présumées. «Elle me devait 75 000 francs CFA, mais refusait de me les rembourser, prétextant que je devais d’abord finir le chantier. On a eu une altercation et elle m’a menacé. Le lendemain, je suis venu travailler comme à l’accoutumée et, quelques minutes après, les éléments de la police se sont présentés à moi et m’ont embarqué.»

Le maçon sera fixé sur son sort le 20 juin.
Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR