Côte d’Ivoire : une croissance économique en demi-teinte

  • Source: : Web-News | Le 22 juillet, 2022 à 12:07:56 | Lu 522 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Côte d’Ivoire : une croissance économique en demi-teinte

Une croissance à 7 %, une bonne résistance aux conséquences économiques de la crise sanitaire et des perspectives rassurantes, malgré l’ombre du conflit russo-ukrainien.

 

 Le Fonds monétaire international (FMI) a accordé plusieurs satisfécits à la Côte d’Ivoire, pour l’année 2021. Malgré tout, l’organisation internationale pointe du doigt « des risques baissiers à court-terme » dans un contexte économique très incertain et souligne l’importance d’une hausse des recettes, notamment fiscales.

 

Une croissance solide

 

Parmi les satisfécits accordés par le FMI à la Côte d’Ivoire, la croissance de l’économie du pays semble s’inscrire dans une tendance longue. Limitée à 2 % en 2020 et plombée par la crise sanitaire, le PIB ivoirien a grimpé de 7 % en 2021. Mais attention, « la détérioration de l’environnement extérieur due à la guerre en Ukraine et les défis liés à la sécurité dans la région devraient peser sur les perspectives macroéconomiques en 2022 », précise le FMI. 

Pour cette année, la croissance n’est ainsi estimée « qu’à » 6 % - une légère baisse liée à la faiblesse systémique de la demande internationale. A moyen-terme, le FMI compte notamment sur les effets des réformes menées dans le cadre du plan national de développement 2021 – 2025 pour stimuler une croissance solide et sortir, à terme, d’une économie encore largement centrée sur le secteur primaire.

 

Autre point de satisfaction du FMI, le déficit budgétaire s’est limité, cette année, à 5,1 % du PIB, un taux largement inférieur aux prévisions initiales, notamment grâce à une hausse des recettes liée à « des améliorations observées dans le recouvrement des recettes douanières et dans l’administration fiscale, qui ont compensé l’augmentation des dépenses de sécurité », selon les termes du conseil d’administration du FMI, dans ses consultations 2022. 

 

Mais ce taux pourrait être amélioré, selon le FMI, et tendre vers les objectifs de l’UEOMA, qui le fixent à 3 % si le pays arrive à accroître encore ses recettes, notamment fiscales, encore trop partiellement exploitées.

 

Le défi de l’objectif de convergence fiscale

 

 Au niveau de la collecte des taxes et impôts, le pays a encore en effet un long chemin à parcourir. Les recettes fiscales restent « bien en deçà de l’objectif de convergence fiscale de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEOMA), qui est de 20 % du PIB », précise le Fonds monétaire international. 

Alors même qu’« il est essentiel de poursuivre les efforts en cours pour améliorer l’administration fiscale et rationaliser les exonérations fiscales, afin de financer les dépenses publiques en faveur de l’investissement, de la convergence sociale et de la prestation de services dans les régions mal desservies », poursuit le FMI. 



L’une des premières pistes identifiées par les pouvoirs publics ivoirien est la digitalisation des finances publiques. 

Dans le domaine fiscal, elle a débuté avec plusieurs essais de terminaux électroniques dans les villes de Yamoussoukro et de San Pedro, permettant de mieux identifier les contribuables qui seraient passés sous les radars et, ainsi, évaluer les sommes à payer et en garantir l’acquittement. 

 

Des sites pilotes dont la vocation, à terme, est de se généraliser dans l’ensemble du pays. Depuis le 1er février 2022, la déclaration de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est désormais exclusivement souscrite en ligne.

 

D’un point de vue global, Amadou Moustapha GAYE, président de la Ligue sénégalaise contre le tabac et président de l’organisation Afrique sans tabac affirme pour La Nouvelle Tribune qu’il est urgent, pour les pays du continent, de « disposer d’un système de suivi et de traçabilité du tabac, fiable dans les pays africains, comme le stipule le protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac de l’OMS qui prévoit et recommande la mise en place du contrôle de la chaîne d’approvisionnement, et l’instauration d’un système totalement indépendant de l’industrie du tabac ». 

 

Dans la région, le Togo a mis en œuvre un système de traçabilité digitale permettant de lutter contre les trafics illicites et ainsi d’augmenter les recettes fiscales. 

 

Ce système, conçu et déployé par le fournisseur suisse SICPA, a récemment reçu un satisfecit du FMI pour l’efficacité de protection de certains produits contre les trafics illicites, notamment les produits alcoolisés et le tabac. 

 

Doté d’un système sécurisé de marquage indépendant des producteurs via des vignettes de haute sécurité, d’une plateforme numérique de suivi, d’audit et de reporting relatifs aux produits dans la chaîne de distribution, ce système rend la pratique du commerce de contrebande et de sous-déclaration fiscale beaucoup plus compliquée. 

 

Au Togo, les recettes fiscales ont ainsi augmenté de 35% depuis l’implantation de la solution en 2020, selon le rapport 2021 d’exécution du budget de l’Etat.

 

Le spectre inflationniste inquiète

 

Autre sujet d’inquiétude, l’inflation a crû de 4,2 % en 2021, en raison du contexte mondial et de la crise de l’offre et pourrait, en 2022, encore grimper de 5,5 %. Des taux bien au-delà des seuils fixés par l’UEOMA, qui exigent de la limiter à 3 %. Plus inquiétant, l’inflation touche notamment les denrées alimentaires, au grand dam des Ivoiriens. 

 

« Tout est devenu cher sur le marché », explique ainsi Honorine Kouamé, une habitante d’Abidjan, pour le magazine français Challenges

 

Une situation qui oblige notamment les boulangers à introduire des farines locales, notamment au manioc, pour la fabrication des baguettes de pain, l’un des aliments les plus plébiscités dans le pays. Mais qui se heurte encore à la défiance d’une partie de la population. « Le pari n'est pas gagné. Car pour l'Ivoirien, un pain au manioc est associé à un pain de mauvaise qualité. Il va falloir sensibiliser les consommateurs à ces nouvelles saveurs », estime René, un boulanger ivoirien.

 

Le traumatisme des émeutes de la faim de 2008 a cependant poussé le gouvernement ivoirien à plafonner le prix de certains produits de grande consommation, comme les pâtes, le riz ou encore la viande de bœuf, mais aussi à élargir l’assiette des prix réglementés, qui touchent désormais les secteurs du gaz, de l’eau, de l’électricité ou encore des postes et télécommunications. 

 

En bref, si le pays peut se targuer d’une croissance soutenue et solide, sa forte exposition aux évènements internationaux continue de menacer durablement son développement socio-économique.

 


Auteur: Redaction - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]