Grand Bassam/ Après sa victoire aux municipales 2018, Jean Louis Moulot : « Nous nous préparons pour la passation »

  • Source: : Web-News | Le 31 octobre, 2018 à 08:10:40 | Lu 1077 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d-illustration

Le candidat du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Jean Louis Moulot, a eu, dans la soirée du lundi 29 octobre 2018, une rencontre avec les leaders des jeunesses, à son domicile (à Grand Bassam) pour les féliciter pour n’avoir pas « cédé à la provocation ». Ci-dessous son adresse à ses hôtes et aux populations bassamoises.

Jean Louis Moulot déclaré vainqueur des élections municipales 2018 à Grand Bassam a reçu, le lundi 29 octobre 2018, les leaders de jeunesses à son domicile. Devant ses partisans venus nombreux l’écouter, il a lancé un message de paix et de cohésion. « Je voudrais vous féliciter vous les leaders de jeunesse parce que vous n’avez pas cédé à la provocation. Certains d’entre vous m’ont appelé et m’ont dit : les autres, ils sortent ils font du bruit tous les jours au quartier France seulement, on a envie de faire une démonstration de force, et de montrer qui est majoritaire ici à Bassam. Je vous ai dit ça ne sert à rien parce qu’une élection ne se gagne pas dans les rues mais dans les urnes. Et c’est dans les urnes que nous avons gagné. Ceux qui veulent contester dans la rue laissez les faire. Vous m’avez suivi, je vous en félicite. Les perdants ont engagé des recours auprès de la chambre administrative de la cour suprême, j’ai reçu de nombreux appels et de nombreux messages de certains d’entre vous qui me demandaient : il paraît que l’élection est reprise à Grand Bassam. Je vous assure au moment où je vous parle il n’en est rien, la Cour suprême n’a même pas encore statué sur la requête qui a été introduite. C’est la Chambre administrative qui va statuer en fonction des éléments, des pièces qui seront produites pour vérifier si dans le fond et dans la forme, les textes ont été respectés.

« Je n’ai pas souhaité organiser des manifestations de démonstration de force parce que je respecte l’Etat »

Et nous nous ne sommes pas mis en cause. Nous avons été victimes, nous l’avons dit, d’un certain nombre d’irrégularités. Ça n’a pas empêché notre victoire. Aujourd’hui le camp du PDCI met en cause la Commission électorale indépendante en feignant d’ignorer les règles et les procédures que nous connaissons tous ici, puisque nous sommes tous élus depuis longtemps. Moi j’ai été député suppléant de Grand Bassam, j’ai été vice-président du Conseil régional, ce n’est pas mon premier mandat électif. Les autres également ont été élus en qualité de conseillers municipaux par le passé, donc ils connaissent les règles et les textes qui régissent notre Etat. Nous sommes dans une République il est important de respecter les lois et de respecter les institutions. C’est ce que nous avons fait. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas souhaité organiser des manifestations de démonstration de force parce que je respecte l’Etat, je respecte mon pays, je respecte les institutions de mon pays. Vous ne me verrez pas me promener dans les ambassades pour aller justifier ma victoire parce que c’est auprès du peuple de Grand Bassam que j’ai gagné, c’est dans les urnes que j’ai gagné. Ce n’est pas à l’étranger.

« Nous savons que nous sommes dans la vérité, il n’y a pas d’inquiétude à avoir »

Donc je veux vous rassurer sur un fait. La Cour suprême va statuer en toute indépendance, c’est un organe compétent animé par des Ivoiriens et des ivoiriennes compétents épris de justice qui vont dire le droit. Soyez sereins. Nous avons le droit pour nous. Nous savons que nous sommes dans la vérité, il n’y a pas d’inquiétude à avoir, simplement sans mettre la pression sur la Cour suprême, qu’elle fasse son travail convenablement. En attendant cela, nous nous préparons pour la passation parce que nous sommes optimistes au regard de la manière dont les choses se sont déroulées. Nous savons qu’il n’y a pas eu de fraudes et que c’est la vérité des urnes qui a été proclamée par la CEI.

On ne va pas s’attarder à perdre le temps dans des palabres inutiles parce qu’à Bassam nous avons besoin d’unité, nous avons besoin de cohésion, nous avons besoin de respecter les institutions de l’Etat et au nom de ces institutions nous avons besoin de respecter nos rois et chefs traditionnels qui sont garants de la tradition et qui ont un caractère sacré. Ce sont des personnes qui méritent le respect. Et il n’est pas acceptable qu’un certain nombre de jeunes instrumentalisés puissent aujourd’hui s’en prendre publiquement au roi et aux chefs au mépris de toutes les traditions qui régissent nos sociétés africaines. Je voudrais déplorer cela vivement et vous féliciter parce que vous ne vous êtes pas inscrits dans cette démarche négative. Je vous félicite pour votre esprit positif, pour votre optimisme, pour votre sérénité et votre confiance. Nous avons besoin de paix et de cohésion à Grand Bassam. Je l’ai dit par le passé, nous tendons la main nous les vainqueurs à ceux qui ont perdu dans les urnes pour pouvoir construire ensemble Grand Bassam parce que nous ne voulons laisser personne de côté. Nous voulons les rassurer, les rassurer à travers vous. Je vous invite à être des ambassadeurs, des messagers pour passer ce message de paix des jeunes qui nous entourent avec des leaders.

« Je vous invite à véhiculer un message de paix »

Rassurez nos frères et sœurs qui ont peut-être peur, pour leur dire que nous ne sommes pas venus pour faire une chasse aux sorcières, nous allons travailler avec tout le monde. Nous ne voulons pas d’exclusion, nous ne sommes pas dans une approche tribale ou ethnique de la gestion de Grand Bassam. Nous estimons que Grand Bassam appartient à tous ses enfants. Tout le monde est Bassamois. Y’a pas un qui est plus Bassamois que l’autre. Tout le monde est Bassamois grand Bassam appartient à tous ses enfants. Je tiens à insister là-dessus. Je vous invite à véhiculer un message de paix, un message de rassemblement et à tendre la main à nos adversaires d’hier parce que l’élection est maintenant terminée. Nous devons avancer vers le développement et c’est ensemble que nous le ferons. Je voudrais vous remercier pour votre confiance renouvelée, votre mobilisation spontanée. Également observer une discipline parce que les provocations orchestrées par la centaine d’individus qui s’illustrent négativement, vous n’avez pas répondu parce que vous savez que vous êtes dans votre droit. Nous allons continuer comme ça et ne pas répondre à la provocation. Nous allons continuer à tendre la main à nos adversaires d’hier et leur dire que nous sommes ensembles, nous sommes tous dans Bassam. De toute façon ceux qui agissent négativement aujourd’hui, demain on va se retrouver dans le même Bassam. C’est la raison pour laquelle nous on reste serein et on ne répond pas à la provocation, on leur tend la main. Je voudrais vous féliciter pour votre esprit positif et constructif. Et vous dire que nous sommes ensemble. Nous allons très bientôt commencer à travailler ensemble pour le développement notamment sur la question de l’Emploi des jeunes. »

 

Auteur: Linfodrome - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]