Meet up / Fabrice Sawegnon formel : « Je suis profondément philanthrope »

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 22 janvier, 2018 à 18:01:54 | Lu 2634 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Meet up / Fabrice Sawegnon formel : « Je suis profondément philanthrope »

Fabrice Sawegnon était face à un grand public dimanche 21 janvier à la salle des fêtes de l’hôtel Ivoire Sofitel. A ce grand rendez-vous dénommé Meet up, le Président Directeur Général du groupe Voodoo s’est adonné à un exercice de questions-réponses relatives à sa nationalité et ses ambitions pour la Mairie du Plateau.

Extrait des échanges

Que répondez-vous à ceux qui émettent des doutes sur votre nationalité ?

J’ai entendu tellement de choses sur les réseaux sociaux qu’il est bon que je les clarifie. Mon père est parti du Bénin en 1956 pour immigrer en Côte d’Ivoire. Ma mère qui est également béninoise l’a suivi en 1960. Moi je suis né le 18 janvier 1972. Je suis donc né ivoirien car la loi ivoirienne reconnaissait à l’époque le droit de sol. Le droit de sol a été abrogé le 21 décembre 1972, c’est-à-dire après ma naissance. Ce qu’il faut savoir est que la nationalité est d’abord un fait juridique, et ensuite un acte d’amour. Ayons donc un débat civilisé.

Pourquoi est-ce maintenant que vous décidez de vous intéresser à la situation du Plateau, précisément à l’approche des élections municipales ?

Cela fait trois ans que mes amis et moi faisons le tour du Plateau. Je suis dans une dynamique de construction. Quand nous commencions, il n’était pas du tout question d’élections en 2018. On parlait de 2021. C’est pour dire que nous n’avons pas attendu la date des élections pour faire quoi que ce soit.

Quelle est votre idéologie politique et la ligne que vous défendez ?

Je suis un homme d’affaires donc je suis naturellement libéral. Mais je pense qu’il faut toujours un volet social à toute chose. Je suis donc libero-social. Je n’ai ni parti politique ni carte de membre. Je suis totalement indépendant et apolitique.

Que ferez-vous si le président Ouattara présente une tête de liste RDR au Plateau ?

J’ai une forte conviction, c’est de ne pas me laisser influencer. Quand je poursuis un objectif je vais jusqu’au bout.

Que faites-vous pour les jeunes qui débutent dans les PME quand on sait toutes les difficultés ?

Je fais beaucoup pour les jeunes. J’ai aidé plusieurs à créer leurs entreprises. Même ceux qui travaillent avec moi, quand ils décident d’aller créer leurs propres entreprises, je les aide, je leur donne les conseils qu’il faut. J’ai créé une ONG, Monplateau.com, qui est chargée de soutenir l’entreprenariat des jeunes. Nous allons financer les projets de jeunes. Je prends l’exemple de Hyacinthe Hounsou que je ne connaissais pas. Il m’a écrit sur Facebook et je lui ai donné rendez-vous pour la présentation de son projet de film Aphasie. Il a sollicité 15 minutes mais après trois minutes de présentation je lui ai dit : « je signe, je vais t’aider ». Et ce film a eu du succès et a même remporté un prix au Fespaco.

Pourquoi ne vous contentez-vous pas d’aider le Plateau plutôt qu’à vouloir en être forcément le maire?

Ceux qui me posent cette question je leur réponds que c’est parce que j’ai envie de faire ça et être maire du Plateau. J’ai donc envie, je le fais. C’est comme si je vous demandais pourquoi vos cheveux sont comme ça ou pourquoi vous faites cette coiffure ?

Ce que vous faites est-il gratuit, ne visez-vous pas quelque chose d’autre derrière ? Que comptez-vous gagner ?

Je ne gagne rien derrière. Je suis un philanthrope. Les plus grands philanthropes de ce monde sont des hommes d’affaires. Je suis donc profondément philanthrope. Ce que je fais, c’est pour ma famille et pour Dieu. Je n’ai pas besoin de publicité. Tout n’est pas une question d’argent dans la vie. Je suis bien organisé. Je ne dis pas que j’ai beaucoup d’argent, mais je suis bien organisé et j’aime les choses humbles. Je suis un autosuggestion-compulsif-aigüe. Je pense que chacun peut changer sa vie avec sa foi. Tout n’est pas une question d’argent. Mère Theresa n’était pas riche, Gandhi n’était pas riche. Mais ils étaient guidés par la foi.  

Vous semblez être très fort. N’avez-vous pas de faiblesses ?

J’ai deux défauts. Mon premier défaut, c’est que je suis très nerveux. Mais grâce à ma femme, je suis en train de le corriger et  je crois que j’ai quasiment réussi à le dominer. Il reste encore 5%. C’est quand on me cherche trop qu’on trouve ses 5%. Le second, je fais plusieurs choses à la fois. Je peux me retrouver avec 5 projets à la fois. Ma femme me fait le reproche mais je suis comme ça.

Si vous devenez maire, n’allons-nous pas perdre ce Fabrice Sawegnon qui est pour nous un modèle ?

Ce que je cherche, c’est la contamination. Si je suis votre modèle, soyez un modèle aussi pour les plus jeunes pour qu’à leur tour ils soient également un modèle.

Comment renversez les idées reçues et comment comptez-vous battre votre adversaire qui est de taille ?

Les idées reçues peuvent être renversées par le triptyque talent-travail-imagination. A  la question comment battre mon adversaire, je répondrai par cette question : comment David a battu Goliath ? Avec la foi et une petite arme. Si demain Fabrice est seul, il échouera. Mais si on est 500, on gagnera ; si on est 1000 on marquera le temps.

Les partisans du maire sortant tiennent des propos tels que « nous sommes sur la terre de nos ancêtres ». Comment répondez-vous ?

Qui connaît le nom et la nationalité d’origine du premier maire du Plateau ? C’est Edmond Basque qui était d’origine Malgache et Burkinabé. Quand on est fort, on est tranquille. C’est quand on a peur qu’on s’agite.


Auteur: Pierre-Ephèse-Ivoirematin.com - Ivoirematin-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]