Le témoignage émouvant du « jumeau » de Prof Laurence Adonis-Koffy : « Tu as été une étudiante parfaite, tu montrais le chemin »

  • Source: : Web-News | Le 25 mai, 2020 à 01:05:19 | Lu 62887 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Le témoignage émouvant du « jumeau » de Prof Laurence Adonis-Koffy : « Tu as été une étudiante parfaite, tu montrais le chemin »

Le « jumeau » Dr Frédéric Noua pleure sa promotionnaire le Pr Laurence Adonis-Koffy, tuée le samedi 23 mai 2020 à Angré Terminus 205 avec son fils et son mari par un véhicule conduit par un jeune noceur et livre un témoignage émouvant.


 Dans un vidéo publiée le samedi 23 mai, Dr Noua fait le témoignage de celle avec qui il a collaboré pendant 36 ans qu’il appelle affectueusement ma ‘’Jumelle’’. 


« Je n’ai plus le courage, ma Jumelle est partie juste parce qu’elle est sortie pour faire son sport pour maintenir la forme avec son époux et son enfant. Et elle trouve la mort. C’était ma jumelle. Ça fait 36 ans bientôt qu’on se connait. En 1984 quand j’ai mis pied en Côte d’Ivoire, pour les études médicales nous avons commencé nos premiers pas à la Fac. On a fait la première année ensemble. Adonis, une étudiante parfaite, une étudiante irréprochable. Tu nous montrais le chemin à suivre, le modèle de l’étudiante. C’est ce modèle qui nous a accompagné jusqu’à notre premier concours d’internat. Nous étions 7 admis sur 300 candidats en 1990. Tu étais 2è, moi j’étais 5è », a témoigné Dr Frédéric Noua. 


   « Après ce concours, toi et moi nous avons choisi la pédiatrie en tant qu’internes des hôpitaux à la même promotion. La pédiatrie du CHU de Yopougon venait d’ouvrir tu m’as laissé à Cocody pour aller à Yopougon. Mais nous étions toujours ensemble. On a fini ensemble en 1994, moi je suis allé au privé et tu as décidé de suivre la carrière d’enseignant pour mieux former encore la jeune génération tel que nos maîtres nous ont formés. Tu te donnais tellement à cœur Adonis, dans ce que tu faisais. Tu avais des ambitions, tu innovais. Tu as eu l’idée de créer le département de néphropédiatrie. On se voyait rarement mais on était toujours en harmonie. Qu’est-ce que tu nous fais comme ça ? », dit-il avant de fondre en larmes (Vidéo à voir en cliquant sur ce lien).


« La dernière fois qu’on s’est vu c’était à un congrès à Tours (NDLR : France) en 2015, on a tellement parlé de nous, de nos familles. Comme après je devrais aller à Lourdes pour la prière, on s’est fait des intentions de prières. Ma Jumelle, ce n’est pas normal. Les gens t’aiment trop, je ne vois pas une seule personne qui ne t’aime pas. Il y a des fois on se demande ce qu’on fait sur cette terre », s’est interrogé Dr Noua.


 « C’est vrai que dès les premières années on a commencé à perdre certains amis. Tu te souviens de notre délégué d’amphi Nestor ? Du vice-délégué Eugène Kouadio ? Paix à leurs âmes. On a perdu certains amis de promotion de pédiatrie, le Dr Gbogbo. Tous ces grands maîtres qui nous ont appris la médecine; beaucoup sont partis. Même notre maître de pédiatrie, le Professeur Kouamé est parti », s’est-il souvenu. 



 « Adonis, tu n’étais pas malade. C’est quoi cette histoire ? Tu as monté un grand projet de t’occuper des enfants qui souffrent de maladie de reins, Adonis. Tu laisses ces enfants à qui ? C’est toi seule qui sais ce qu’il y avait dans ce projet. Qui d’autre fera mieux que toi ? Dans ma consultation, quand j’avais un souci de néphrologie, je n’avais plus de soucis : Allez voir ma Jumelle. Tu t’en occupais admirablement bien. Tu me laisses à qui ? », indique le promotionnaire du Prof Laurence Adonis-Koffy la gorge nouée. 


  « Ironie du sort, l’accident t’emporte avec ton mari et ton enfant. On parle de bonne mort, y a-t-il une bonne mort sur cette terre ? Toi et moi avions beaucoup de choses en commun y compris la foi chrétienne. Comme nous sommes des croyants, le rideau de ta vie s’est ouvert le jour de ta naissance et s’est refermé aujourd’hui (NDLR : 23 mai 2020). Je crois que tu as joué ton rôle. Tu as fait ce qu’il fallait faire ma grande. Les bonnes choses ne durent pas. C’est ce que je retiens », a-t-il fait observer.



 Rappelons que le Pr Laurence Adonis-Koffy et Guillain Koffy et leur dernier enfant, ont été tués tôt le samedi 23 mai 2020 à Angré Terminus 205 par un véhicule conduit par un jeune noceur qui avait deux autres amis à bord. Laurence Ya Adonis-Koffy est professeure de pédiatrie spécialisée en néphrologie et chef de services de néphrologie pédiatrique du CHU de Yopougon. Quant à son époux, Guillain Koffi, il est chef d’entreprise prospère. En effet, il est le directeur général de la Compagnie des caoutchoucs du Pakidié. La route tue et continue de tuer en Côte d’Ivoire.


 Selon le point du GSPM, en février 2020 il y a eu 93 décès contre 105 pendant le mois de mars. Pour réduire considérablement les accidents de circulation, la police et la justice doivent jouer pleinement leur rôle. Car aucune autre structure régalienne n’est mieux placée qu’elles pour mettre fin à l’impunité qui tue sur les routes. 


La vie des Ivoiriens sur les routes se trouve donc entre leurs mains.

Auteur: Afrik Soir - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]