Venance Konan : « Si les idolâtres d’hier commencent à douter, c’est que… »

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 22 mai, 2017 à 09:05:41 | Lu 5518 fois | 1 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

images d illustration

Dans son éditorial publié dans Fraternité Matin de ce lundi 22 mai, Venance Konan est revenu les péripéties de la mutinerie qui secoué la nation ivoirienne les semaines écoulées. Le patron du journal gouvernemental ne s’est surtout pas empêché de tancer les inconditionnels partisans du chef de l’Etat Alassane Ouattara qui aujourd’hui, se mettent à douter de sa capacité à gérer convenablement le pays.

« Si les idolâtres d’hier commencent à douter, du fait de la crise crée par les militaires, c’est que leur foi était bien faible ; à moins qu’elle n’ait été feinte, certainement dans l’espoir d’obtenir ou conserver quelque chose », pense Venance Konan.

Puis d’expliquer : « La construction d’un Etat, son développement son des œuvres qui ne s’achêvent jamais. Il y aura toujours des injustices à corriger, des insatisfaits à contenter, des routes, des ponts, des barrages, des écoles, des centres de santé à construire ou à réparer, des forêts à reboiser (…) »

Le moins qu’on puisse dire, Venance Konan a certainement oublié que la foi « des idolâtres » se fonde sur les promesses de campagne et l’espoir d’une vie plus heureuse qu’incarnait le Président de la République.


Auteur: Derome - ivoirematin.com - Ivoirematin-News


Commentaire (1)


Ouattara Lamine  En Mai, 2017 (19:12 PM) 0 FansN°: 1
Le fétiche tant adoré aurait-il perdu son pouvoir envoûtant et ensorcelant? L'article du très tribaliste Venance Konan ne nous donne pas de penser autrement. Seulement, voilà; l'homme semble s'exclure du lot des idolâtres.Lui le thuriféraire du régime. On a ainsi le sentiment que l'heure où les rats quittent un navire en perdition arrive lentement certes mais sûrement.

Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]