JO 2016 : Un bilan plutôt positif pour l’Afrique, mais…

  • Source: : Web-News | Le 22 août, 2016 à 08:08:58 | Lu 846 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Image d'illustration

Avec 45 médailles remportées aux JO 2016, les sportifs d’Afrique ont battu leur record des Jeux olympiques 2008. A Rio, ils se sont distingués dans 11 disciplines différentes, une autre grande première. En revanche, ils ont gagné moins de médailles d’or, qu’à Londres et à Pékin. Bilan. Que retenir de la participation des sportifs africains aux Jeux olympiques 2016 ? Le record de médailles gagnées, avec 45 podiums contre 40 aux JO 2008 ? Ou le faible total de médailles d’or : 10 à Rio, contre 12 à Londres et 13 à Pékin ? L’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa) voudra sans doute voir le verre à moitié plein, même s’il faut relativiser cette moisson sans précédent. L’absence de 67 athlètes russes aux JO 2016, écartés pour des questions de dopage, a sans doute laissé davantage de champ libre aux succès africains, au Brésil.

Une hyper-dépendance à l’athlétisme moins forte

L’Afrique reste d’ailleurs toujours aussi tributaires de ses résultats en athlétisme. A Rio, elle y a remporté 62% de ses médailles. Cette hyper-dépendance est toutefois un peu moins prononcée qu’à Londres (74%) et à Pékin (70%). C’est sans doute l’autre signe positif de ces JO 2016. Jamais le continent n’avait placé ses sportifs sur des podiums dans autant de disciplines : 11 contre 7, en 2012 et 2008.

Le taekwondo africain se révèle

Mention spéciale au taekwondo, deuxième pourvoyeur de médailles pour l’Afrique aux JO 2016. Cet art martial coréen est certes peu connu sur le continent. Mais il est un des rares sports où les pays d’Afrique de l’Ouest, par exemple, se sont distingués ces dernières années. La Côte d’Ivoire et le Niger y ont décroché les deuxièmes médailles olympiques de leurs histoires. Les autorités nigériennes ne doivent ainsi pas regretter d’avoir investi dans la préparation du taekwondoïste Issoufou Alfaga Abdoulrazak.

La bonne surprise ivoirienne

L’Afrique reste par ailleurs très dépendante des résultats du Kenya et de l’Ethiopie, qui ont gagné près de la moitié des médailles africaines aux JO 2016. Mais certains pays ont émergé, à l’image la Côte d’Ivoire avec la révélation Cheick Cissé. La délégation ivoirienne aurait pu même faire mieux si Marie-Josée Ta Lou avait couru quelques millièmes de seconde plus vite en finale du 100 mètres. Le sprint ivoirien se porte bien et a donné une bonne image de la sous-région.

L’Afrique centrale, le mauvais élève

A Londres, les pays d’Afrique de l’Ouest avaient décroché zéro médaille. Cette fois, ils repartent de Rio avec 4 médailles. La grande déception provient plutôt de l’Afrique centrale, avec un zéro pointé. Cette fois, il n’y a pas eu d’Anthony Obame, taekwondoïste gabonais, pour sauver l’honneur. Comment expliquer que la RD Congo, un pays de 79 millions d’habitants, n’ait eu que 4 représentants aux JO 2016 quand les Comores, avec 700.000 habitants, en ont eu autant à Rio ? Avec les Jeux africains 2015 à Brazzaville et ceux de 2019 à Malabo, l’Afrique centrale se dote d’infrastructures de qualité pour progresser dans d’autres disciplines olympiques. Reste aux autorités locales à investir dans autre chose que le football...

?source


Auteur: Cisse Adama - ivoirematin.com - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]