Dans le nord du Burkina, la justice recule face à la menace djihadiste

  • Source: : Web-News | Le 02 mai, 2018 à 14:05:16 | Lu 1098 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d

Lundi 23 avril, le tribunal de grande instance (TGI) de Djibo, dans le nord du Burkina Faso, a été contraint de fermer ses portes. La raison : le départ de la totalité de son personnel judiciaire, soit six magistrats et huit greffiers, effrayés par la menace terroriste. « L’absence de dispositif sécuritaire idoine a conduit le personnel en fonction dans ce tribunal à quitterladite localité », a indiqué le Conseil supérieur de la magistrature dans un communiqué daté du 24 avril.

Cette décision a été motivée « par des rumeurs persistantes qui faisaient état d’une attaque imminente du palais de justice », précise, sous le couvert de l’anonymat, un fonctionnaire désormais réfugié à Ouagadougou : « Plusieurs personnes nous ont alertés que le TGI était ciblé et on nous a conseillé de quitter la zone rapidement. » Selon une source sécuritaire, des djihadistes prévoyaient « une opération d’envergure » contre plusieurs sites du chef-lieu de la province du Soum.

Installé dans la localité depuis plusieurs années, le fonctionnaire raconte : « On vit dans une psychose permanente. Dès que la nuit tombe, on s’enferme chez nous. Ici tout le monde sait que nous travaillons au palais de justice, nous ne pouvons pas nous cacher. On ne peut faire confiance à personne, c’est difficile psychologiquement. » Depuis 2015, les magistrats et greffiers du TGI de Djibo ont traité plus de 50 dossiers de djihadistes présumés, ce qui fait d’eux des cibles toutes désignées.

« J’ai épuisé mon quota de courage »

« On exerce la peur au ventre. Personnellement, j’ai épuisé mon quota de courage », poursuit notre source, qui réclame le renforcement du dispositif de sécurité autour du palais et de son domicile. Selon cet agent, le personnel se plaint de ne pas avoir le matériel suffisant pour faire face à une éventuelle attaque. « Nous ne reviendrons pas tant que des moyens ne seront pas mis en place », affirme-t-il. Beaucoup craignent des représailles à leur retour.

Jeudi 26 avril, le ministre de la justice a reçu plusieurs acteurs du secteur pour faire le point sur la situation. « On a haussé le ton car ça fait longtemps que nous demandons des mesures », rapporte un porte-parole d’un syndicat de la magistrature, irrité : « Aujourd’hui, la question est d’assurer les conditions de sécurité des juges pour qu’ils puissent exercer en toute liberté. Si les magistrats se mettent à avoir peur de condamner les coupables, c’est que le terrorisme a gagné. »

Ces derniers jours, les assassinats ciblés et les enlèvements de fonctionnaires se sont multipliés dans le nord du Burkina Faso, théâtre d’attaques djihadistes régulières depuis 2015. L’assassinat du maire de Koutougou, le 8 avril, et le rapt d’un enseignant à Bouro, quatre jours plus tard, ont tous deux été revendiqués par le groupe Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS).

Lire la suite 

 

Auteur: lemonde - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]