Jeudi 18 Juillet, 2024 - 5:39 AM / Abidjan +33
Jeudi 18 Juillet, 2024 - 5:39 AM / Abidjan +33
Afrique

Une mère accusée d’avoir tué son bébé dans des conditions troublantes

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
enfant
Selon DakarActu, Momy S., âgée de 30 ans a comparu devant le juge de la Chambre criminelle de Dakar pour des accusations d'infanticide ce mardi 4 juin. Les faits indiquent qu'elle est une femme divorcée, recueillie par sa tante. Elle a dissimulé sa grossesse pendant neuf mois, sans que personne ne s'en aperçoive. Le jour de l'accouchement, elle a donné naissance à un garçon vivant dans les toilettes. Elle a ensuite mis fin à la vie du bébé en le plaçant dans un sac en plastique qu'elle a caché sous son lit. 

Après l'accouchement, souffrant de fortes douleurs abdominales, elle a été transportée à l'hôpital. Le médecin a découvert qu'elle venait d'accoucher, ce qui a conduit les enquêteurs à fouiller son domicile où ils ont trouvé le bébé sans vie. Momy S. a prétendu que le bébé était mort-né, contrairement aux conclusions de l'autopsie qui a confirmé que le bébé était vivant à la naissance. Elle a été incarcérée jusqu'à son procès.

Devant le tribunal, Momy S. a nié les faits. « Je n'ai jamais tué l'enfant. Il était mort-né. Et le médecin a écrit des contrevérités dans son rapport médical. J'ignore le père de l'enfant. J'ai accouché chez-moi dans les toilettes. Et, après l'accouchement, j'avais déposé l'enfant sous mon lit avant de l'introduire dans un sachet. J'étais en position assise au moment de l'accouchement », a-t-elle déclaré.

Le président de la Chambre a rappelé que le médecin avait noté que le nouveau-né pesait 3 kg, sans lésions externes, et que l'autopsie avait prouvé que l'enfant était vivant. Il a demandé pourquoi elle avait mis le bébé dans un sac en plastique. « Je reconnais avoir commis une erreur en mettant le bébé dans un sac en plastique », a admis Momy. S.

Le procureur a estimé que le cas était simple, car Momy S. avait été hospitalisée pour des maux de ventre, révélant ainsi son accouchement récent. « La science a aidé la justice. Dans ces cas, les accusées disent souvent que l'enfant est mort-né. Ici, le diagnostic médical est clair : le bébé respirait à la naissance. La dissimulation de la grossesse et les circonstances de la naissance montrent une intention criminelle », a-t-il déclaré, demandant que Momy S. soit condamnée à 10 ans de réclusion criminelle, soulignant que son comportement à l'audience ne montrait aucun repentir.

La défense, représentée par Me Ndiack Ba, a qualifié la peine requise de 10 ans d'excessive. « Certes, le certificat médical est accablant. Et les faits posés par ma cliente sont répréhensibles. Mais ce n'est pas parce qu'elle est mauvaise. Avec la pesanteur sociale, on peut commettre des actes » a-t-il plaidé en demandant une application bienveillante de la loi pénale. Me Fara Gomis a souligné que la culpabilité de tuer son propre fils est déjà une sanction suffisante. Me Nokhine Mbodji a insisté sur la pression sociale et a demandé une grande clémence dans l'application de la loi.
Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR