Dimanche 16 Juin, 2024 - 7:55 PM / Abidjan +33
Dimanche 16 Juin, 2024 - 7:55 PM / Abidjan +33
Economie

Dette ivoirienne : l'opposition ivoirienne désavouée

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
L'agence de renommée mondiale S&P vient de confirmer davantage la capacité de la Côte d'Ivoire à honorer ses engagements en réhaussant sa note.
L'agence de renommée mondiale S&P vient de confirmer davantage la capacité de la Côte d'Ivoire à honorer ses engagements en réhaussant sa note. Toute chose qui désavoue l'opposition ivoirienne qui élaborent et distillent des théories alarmistes sur la question.

Aperçu 

 Le 17 mai 2024, S&P Global Ratings a révisé sa perspective sur la Côte d'Ivoire de stable à positive. Dans le même temps, nous avons confirmé nos notations de crédit souverain à long et à court terme en devises et en monnaie locale « BB-/B ». 

Perspectives 

Ces perspectives positives reflètent notre opinion selon laquelle, au cours des 24 prochains mois, la hausse des exportations de matières premières pourrait entraîner une diminution plus significative des déséquilibres extérieurs et budgétaires que dans notre scénario de référence. 

Cela pourrait s’accompagner d’une croissance économique élevée, bénéficiant des réformes économiques, du soutien des donateurs et de la stabilité monétaire et politique. Scénario à la hausse Nous pourrions relever la note de la Côte d'Ivoire si la position extérieure du pays s'améliore plus que ce que nous prévoyons actuellement, par exemple en raison de la hausse des exportations d'hydrocarbures et de mines. 

Nous pourrions également relever les notes si la situation budgétaire s'améliore plus rapidement que prévu ou si nous observons une amélioration significative de la capacité de la banque centrale régionale à mener la politique monétaire et à soutenir la stabilité macroéconomique. Nous espérons que toute action positive dépendra de la stabilité politique. 

Scénario négatif 

Nous pourrions revoir les perspectives à stables si les déséquilibres extérieurs persistaient et si l’endettement extérieur par rapport aux recettes du compte courant (CAR) ne diminuait pas. Nous pourrions également revoir les perspectives à stables si une augmentation prononcée des tensions politiques intérieures entrave durablement l’élaboration des politiques. 

Raisonnement 

Nous prévoyons une croissance moyenne du PIB réel de 6,5 % sur la période 2024-2027, soutenue par les investissements dans les infrastructures, l’industrialisation en cours, l’augmentation de la capacité de transport et l’activité croissante dans les technologies de l’information et de la communication. 

Par ailleurs, la production d’hydrocarbures et minière devrait augmenter grâce aux mines nouvelles ou agrandies et à la montée en puissance de la production du champ de Baleine depuis août 2023. Néanmoins, le PIB par habitant reste faible, estimé à moins de 2 800 dollars cette année. 

Les déséquilibres extérieurs de la Côte d'Ivoire sont restés plus élevés que prévu. Nous prévoyons désormais un déficit du compte courant de 4,6 % du PIB en 2024 et une dette extérieure nette réduite pour atteindre 116 % de la RCA cette année, contre notre estimation précédente de 104 %. 

Ces déséquilibres plus élevés que prévu sont principalement le résultat d’une production de cacao nettement inférieure causée par des conditions météorologiques défavorables qui ont entraîné le développement de maladies dans les cultures. Cependant, nous nous attendons à ce que les déficits budgétaires et courants, encore importants, diminuent jusqu'en 2027. Nous prévoyons une tendance à la baisse du déficit budgétaire jusqu'à 3 % du PIB l'année prochaine, tirée par des recettes fiscales plus élevées - un objectif clé du programme du FMI - -et maîtrisé les dépenses, notamment en matière de masse salariale.

 Les déséquilibres extérieurs restent importants, mais l'augmentation substantielle des exportations pétrolières et gazières ainsi que minières, la flambée des prix du cacao et la hausse des exportations à valeur ajoutée conduiront, à notre avis, à une amélioration de la position extérieure du pays. Nous pensons que les relations solides du gouvernement avec les donateurs internationaux fournissent à la Côte d'Ivoire un financement abordable et soutiennent la mise en œuvre des réformes. 

En avril 2024, la Côte d'Ivoire et le FMI sont parvenus à un accord au niveau des services sur la deuxième revue du programme de 3,5 milliards de dollars sur 42 mois et la première revue du programme de la Facilité pour la résilience et la durabilité (FSR) de 1,3 milliard de dollars. L'approbation du conseil d'administration du FMI entraînerait un décaissement d'environ 575 millions de dollars. 

L’engagement des autres partenaires multilatéraux et bilatéraux restera fort, à notre avis. La Côte d'Ivoire est la plus grande économie de l'Union économique et monétaire ouestafricaine (UEMOA), représentant 40 % du PIB de la zone monétaire.

 Il est deux fois et demie plus grand que la deuxième économie de l'UEMOA, le Sénégal. À notre avis, même si l’adhésion à l’UEMOA limite la flexibilité de la politique monétaire, elle réduit les risques extérieurs spécifiques à chaque pays et fournit un ancrage politique solide. Profil institutionnel et économique : nous prévoyons que l’activité économique restera forte L'économie ivoirienne a enregistré des résultats solides en 2023. 

Malgré la contraction significative de la production de cacao (-23%), la croissance du PIB réel est restée forte à 6,5%. Cela est dû au début de la production pétrolière et gazière dans le champ de Baleine en août, à une production minière plus élevée, à de solides performances dans l'agroalimentaire, le textile, la construction, les activités portuaires et à l'expansion des technologies de communication. Nous pensons que l’activité économique continuera de croître plus rapidement que dans les économies comparables, même si le PIB par habitant reste faible. 

Nous prévoyons que la croissance annuelle du PIB réel sera en moyenne de 6,5 % sur la période 2024-2027, soutenue par le plan de développement national 2021-2025. Nous comprenons qu’à fin 2023, 60 % du plan de 59 000 milliards de francs CFA (XOF) (plus de 110 milliards de dollars ; environ 150 % du PIB 2021) avaient été financés, dont près des deux tiers provenaient du secteur privé. Le plan se concentre sur les infrastructures, l’énergie et des besoins tels que la santé et l’éducation. En raison de la forte croissance attendue sur notre horizon de prévision, nous prévoyons que le PIB par habitant atteindra environ 3 800 dollars en 2027, contre moins de 2 800 dollars en 2023. 

Les autorités augmentent la production d’énergie nationale. Plusieurs projets sont en cours afin de porter la production à près de 3 500 mégawatts (MW) d'ici la fin de l'année prochaine, à 5 200 MW d'ici 2030, et à 8 600 MW d'ici 2040 contre 2 250 MW en 2022. Actuellement, le pays compte sept barrages hydroélectriques opérationnels. servant de principale source d'énergie renouvelable aux côtés de quatre centrales thermiques existantes. 

La production de sa première centrale biomasse devrait démarrer l’année prochaine, et sa première centrale solaire a démarré en juillet 2023. La production d’hydrocarbures et minière devrait augmenter régulièrement. En août 2023, deux ans après sa découverte, la production a démarré dans le champ Baleine, où les réserves sont estimées par Eni SpA à 2,5 milliards de barils de pétrole et 3,3 billions de pieds cubes de gaz. 

Le démarrage des opérations a augmenté la production du pays de près de 16 % à 29 450 barils par jour (b/j) l'année dernière et l'augmentation de la capacité de production du pays devrait porter la production à 37 600 b/j en 2024 et à plus de 82 000 b/j en 2026. une hausse est possible, le gouvernement estimant la production potentielle à 175 000 b/j en 2027. 

Par ailleurs, début mars 2024, ENI et les autorités ont annoncé une autre découverte majeure dans le champ de Calao, avec des réserves estimées à au moins 1,5 milliard de barils. Dans le même temps, la production minière augmente. La production d’or a atteint 50 tonnes l’année dernière et devrait atteindre 58 tonnes en 2027 contre 42 tonnes en 2021. 

La production de nickel, de manganèse, de diamant et de bauxite s’accélère également. Début mai 2024, une société minière canadienne a annoncé la plus grande découverte d'or du pays, qui pourrait démarrer la production en 2027 et créer 4 500 emplois, même si des défis demeurent liés à la nécessité de sécuriser le site et de renforcer les capacités de traitement.

 Le soutien des donateurs multilatéraux et bilatéraux continuera de fournir un financement abordable et de soutenir la mise en œuvre des réformes. Début avril 2024, compte tenu des performances satisfaisantes dans la mise en œuvre des politiques, un accord au niveau des services du FMI a été conclu sur la deuxième revue du programme de 3,5 milliards de dollars sur 42 mois et la première revue du programme RSF de 1,3 milliard de dollars, qui a été approuvée en mars. 15, 2024. 

L’approbation du conseil d’administration du FMI entraînerait un décaissement d’environ 575 millions de dollars. À notre avis, l'élaboration des politiques en Côte d'Ivoire s'est améliorée depuis la crise de 2011, mais les tensions ethniques restent profondément ancrées et présentent un risque pour la stabilité du pays. 

Depuis lors, les réformes économiques et structurelles du pays ont progressivement amélioré son classement en termes d'environnement des affaires, d'efficacité du gouvernement et de corruption perçue. En outre, un dialogue politique continu est susceptible de contribuer à maintenir la stabilité politique et la prévisibilité de l’élaboration des politiques.

 À titre d’illustration, les élections locales et régionales de septembre 2023 se sont déroulées sans violence et avec le taux de participation le plus élevé depuis une décennie pour l’opposition et les électeurs. Néanmoins, les prochaines élections présidentielles de 2025 pourraient cristalliser les tensions et conduire à des protestations. 

Les prochaines élections législatives sont prévues en 2026. La menace sécuritaire émanant du Sahel ne devrait pas affecter les performances macroéconomiques à ce stade, mais la situation reste fragile. Le gouvernement met en œuvre un plan de 153 millions d'euros pour renforcer l'armée et investit dans ces domaines pour améliorer l'accès aux services sociaux et renforcer l'économie locale. 

Le soutien public reste fort, l'UE ayant annoncé en avril 2024 une subvention supplémentaire de 15 millions d'euros pour renforcer la capacité militaire de la Côte d'Ivoire. Une détérioration de la situation sécuritaire chez les voisins du nord de la Côte d'Ivoire pourrait entraîner une pression supplémentaire sur les dépenses de sécurité. 

Profil de flexibilité et de performance: les déséquilibres extérieurs et budgétaires restent élevés mais diminueront progressivement Nous prévoyons un déficit budgétaire toujours élevé, à 4,2 % du PIB, bien que sur une trajectoire descendante après un pic à 6,8 % en 2022, notamment grâce à la hausse des recettes.

 Avec la suppression des mesures temporaires de soutien budgétaire contre l’impact négatif de l’inflation et l’augmentation des recettes, le déficit a commencé à diminuer. Nous prévoyons qu’elle continuera à se réduire à 3 % du PIB en 2025. La collecte des recettes publiques a sous-performé dans le passé et reste faible, autour de 16 % du PIB, mais elle s’améliore. 

L'augmentation des recettes est cruciale pour la réduction du déficit, étant donné, à notre avis, les besoins de financement liés au plan de développement du gouvernement. Conformément au programme en cours du FMI, les autorités mettent en œuvre des réformes pour accroître les recettes, notamment en élargissant la base de données des titres fonciers pour augmenter les impôts fonciers, en augmentant certains taux d'imposition et tarifs douaniers, en améliorant la capacité administrative, en supprimant les exonérations et en augmentant la numérisation. 

Dans le même temps, les autorités se sont attachées à contenir les dépenses courantes. Par exemple, ils ont réduit la masse salariale en dessous de 35 % des revenus l’année dernière – contre 40 % en 2022 – en réduisant le nombre d’employés du gouvernement, sauf dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de la sécurité. Cette stratégie devrait se poursuivre.

 La dette publique a augmenté rapidement ces dernières années, mais devrait diminuer légèrement sur la période 2024-2027. La dette publique brute a augmenté rapidement ces dernières années pour financer la stratégie de développement du gouvernement et à la suite de chocs extérieurs sans précédent. De 37,5 % du PIB en 2019, avant la COVID-19, il a atteint 58 % l’an dernier. 

Néanmoins, la consolidation budgétaire et la forte croissance du PIB nominal devraient conduire à une légère baisse du ratio dette/PIB vers 52 % en 2027, ce qui reste bien au-dessus des niveaux d’avant la pandémie. Le profil de la dette s'est amélioré après l'émission d'euro-obligations du pays en janvier 2024, la première en près de deux ans dans la région. 

La Côte d'Ivoire a levé 2,6 milliards de dollars en deux tranches avec un swap de devises simultané en euro et en dollar et un carnet de commandes atteignant 8,5 milliards de dollars. La majeure partie du produit a été utilisée pour améliorer le profil de la dette, allonger la maturité moyenne et réduire le coût de la dette. La Côte d'Ivoire a remboursé par anticipation une partie des euro-obligations à échéance 2025 et 2032 et, plus important encore, 1,2 milliard d'euros de prêts commerciaux extérieurs à court terme à taux variables (durée résiduelle moyenne de deux ans et taux d'intérêt moyen pondéré de 8,7 %).

 Fin 2023, 80 % de la dette en devises (55 % de la dette totale des administrations publiques) était en euro, ce qui ne comporte actuellement pas de risque de change compte tenu de l’ancrage du franc CFA à l’euro. Nous prévoyons que les paiements d’intérêts diminueront en dessous de 15 % des revenus cette année. Les déséquilibres extérieurs sont importants, mais ils diminueront progressivement, même si de grandes incertitudes demeurent.

 Le déficit du compte courant s’est considérablement accru en 2022-2023 en raison de la flambée des prix mondiaux, de l’augmentation des importations de pré-production pour le secteur pétrolier et gazier et de la faible performance de la production de cacao en 2023 (une baisse de 23 % par rapport à 2022 par rapport aux prévisions). baisse de 15 %). 

Affichant en moyenne plus de 7 % du PIB en 2022-2023, le déficit du compte courant était bien supérieur aux tendances historiques, affaiblissant la position extérieure du pays. Nous prévoyons que la situation s'améliorera et que l'augmentation des importations, largement alimentée par des projets d'investissement, sera plus que compensée par une augmentation des exportations. 

Les exportations d’hydrocarbures et de produits miniers devraient augmenter de manière significative. La Côte d'Ivoire et le Ghana sont les leaders mondiaux du cacao, fournissant 60 % du marché. En raison de la baisse des exportations, les prix ont grimpé. L’impact pour le pays est cependant incertain. 

Les prix ont été extrêmement volatils et la majeure partie de la production ivoirienne est vendue à terme, ce qui signifie que des prix plus élevés se refléteraient lors de la prochaine récolte. Nous pensons que si les efforts des autorités visant à accélérer l'industrialisation et à diversifier l'économie afin d'augmenter la part des produits à valeur ajoutée se concrétisent, cela bénéficierait à l'activité d'exportation. 

Néanmoins, compte tenu de la composition des exportations, le pays restera vulnérable aux fluctuations des prix des matières premières et aux événements liés aux conditions météorologiques, malgré les progrès réalisés en matière de renforcement de la résilience, notamment dans le contexte du nouveau programme RSF. Nous espérons que la Côte d'Ivoire contribuera positivement aux réserves de change communes de l'UEMOA. 

Outre la réduction des déficits des comptes courants, nous prévoyons un renforcement des institutions, un environnement des affaires amélioré, une activité croissante dans les secteurs des hydrocarbures et des mines, et les projets du Plan national de développement soutiendront les investissements directs étrangers, même s'ils ne représentent qu'une part relativement faible des investissements directs étrangers. 

PIB. 

La Côte d'Ivoire bénéficie d'un accès solide aux marchés internationaux de la dette et de relations solides avec ses partenaires internationaux. Nous pensons que l'adhésion à l'UEMOA limite la flexibilité monétaire mais réduit l'exposition de la Côte d'Ivoire aux risques extérieurs et soutient la stabilité macroéconomique. 

Les huit États membres de l'UEMOA (Bénin, GuinéeBissau, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Mali, Niger, Sénégal et Togo) mettent en commun leurs réserves au sein de la banque centrale régionale, la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO). , pour créer un tampon contre les chocs de balance des paiements spécifiques à chaque pays. 

Lors du calcul de nos ratios extérieurs, nous n'incluons pas l'accès du pays à des réserves dépassant sa part. Nous considérons comme externe la dette émise sur le marché régional et détenue dans d’autres États membres. La garantie française d'une convertibilité illimitée de la monnaie, même si elle ne correspond pas à un taux de change spécifique, a longtemps soutenu la confiance dans l'ancrage de la monnaie, qui a contribué à faire baisser l'inflation même pendant les crises politiques et les chocs des prix des matières premières, contrairement à de nombreux autres pays d'Afrique subsaharienne.

 Statistiques clés Tableau 1

 Côte d'Ivoire--Indicateurs sélectionnés 2018 2019 2020 2021 202INDICATEURS ÉCONOMIQUES (%) PIB nominal (bil. LC) 32 506 35 379 36 278 40 367 43 PIB nominal (en milliards de dollars)59 60 63 73 70 PIB par habitant (en milliers de dollars) 2.3 2.3 2.4 2.7 2.5 

Croissance du PIB 4867077262Les déséquilibres extérieurs de la Côte d'Ivoire sont restés plus élevés que prévu, notamment en raison d'une sous-performance significative de la production de cacao et des pressions exercées par les importations de pré-production d'hydrocarbures. 

— Cependant, les investissements dans les infrastructures, l’augmentation rapide de la production minière et d’hydrocarbures, l’industrialisation en cours et la contribution croissante du secteur des services devraient réduire les déséquilibres actuellement importants et soutenir une croissance économique à des niveaux supérieurs à ceux des pairs sur la période 2024-2027. 

— L’augmentation des recettes publiques, l’émission réussie d’euroobligations de 2,6 milliards de dollars en janvier 2024 et le remboursement anticipé associé d’une dette plus coûteuse contribueront à réduire le ratio moyen des paiements d’intérêts par rapport aux recettes publiques en dessous de 15 % sur notre horizon de prévision jusqu’en 2027.

 — Nous avons donc révisé notre perspective sur la Côte d'Ivoire de positive à stable et confirmé nos notes « BB-/B ». 

— Les tensions politiques intérieures sont actuellement contenues. Néanmoins, la prochaine élection présidentielle, prévue fin 2025, pourrait être source d’instabilité.

 — Nous estimons le PIB par habitant à 2 985 dollars en 2024, mais la croissance du PIB réel sera en moyenne de 6,5 % par an sur la période 2024-2027, stimulée par une augmentation de la production pétrolière, gazière et minière, des investissements continus dans les infrastructures, l'industrialisation et la croissance du pays. secteur des services. 

— Nous espérons que l’engagement des donateurs fournira un ancrage politique et un financement à des taux abordables, ainsi qu’un soutien aux réformes et aux investissements.

 — Le déficit extérieur est resté plus élevé que prévu, notamment en raison de la contraction plus forte que prévu de la production de cacao et de la hausse des importations de projets d’hydrocarbures.

 — Nous prévoyons que l’assainissement budgétaire, soutenu par une hausse des recettes publiques, favorisera une baisse du déficit à 4,2 % du PIB cette année et à 3 % l’année prochaine.

 En raison de cette situation et de la vigueur de l’activité économique, le ratio dette publique nette/PIB commencera à diminuer cette année.

 — Les déficits du compte courant ont augmenté de manière significative au cours des deux dernières années, mais devraient diminuer grâce à l'augmentation de la production d'hydrocarbures et d'exploitation minière et, dans une moindre mesure, à l'augmentation des exportations à valeur ajoutée.

 — L'adhésion à l'UEMOA, dont la Côte d'Ivoire est de loin le plus grand membre, limite la flexibilité monétaire mais continue à assurer la stabilité monétaire et des tampons extérieurs supplémentaires, à notre avis. 

— Notes Explorez S&P Global Aperçu des scores Tableau 2 Côte d'Ivoire--Aperçu des notes FACTEURS CLÉS DE NOTATION SCOREEXPLICATION Évaluation institutionnelle 4 Malgré les tensions sociopolitiques existantes, la stabilité et la prévisibilité politique des institutions de la Côte d'Ivoire se sont considérablement améliorées depuis la crise politique de 2011 et les défauts de paiement qui en ont résulté, favorisant une forte croissance et une amélioration substantielle de l'environnement des affaires. Nous attendons du gouvernement qu’il maintienne le dialogue avec l’opposition afin d’apaiser davantage les tensions.

 La force des institutions de l'Union économique et monétaire ouestafricaine (UEMOA) et l'accord avec la France soutiennent également notre évaluation institutionnelle. Évaluation économique 4 Basé sur le PIB par habitant ($) selon les indicateurs sélectionnés dans le tableau 1. 

Croissance économique supérieure à la moyenne, mesurée à l'aide de la croissance tendancielle du PIB réel par habitant, qui est systématiquement bien supérieure à celle des autres pays souverains de la même catégorie de PIB par habitant. Évaluation externe 4 Sur la base d’une dette extérieure nette étroite et des besoins bruts de financement extérieur selon les indicateurs sélectionnés dans le tableau 1. 

Évaluation budgétaire : flexibilité et performance 3 Sur la base de l’évolution de la dette nette des administrations publiques (% du PIB) selon les indicateurs sélectionnés dans le tableau 1.

 Évaluation budgétaire : fardeau de la dette 5 Sur la base de la dette nette des administrations publiques (% du PIB) et des dépenses d’intérêt des administrations publiques (% des recettes des administrations publiques), conformément aux indicateurs sélectionnés du tableau 1. Plus de 40 % de la dette publique brute est libellée en devises étrangères. 

L'exposition du secteur bancaire au gouvernement représente plus de 20 % des actifs. Évaluation monétaire 5 La stabilité des prix, l’une de nos principales mesures de la crédibilité de la politique monétaire, est gérée avec assez de succès, notamment par rapport aux autres États souverains d’Afrique subsaharienne. 

Des instruments monétaires fondés sur le marché sont en place, mais l’efficacité de la politique monétaire pourrait ne pas être testée dans un scénario pessimiste. L'adhésion à l'union monétaire (la Côte d'Ivoire est membre de l'UEMOA) limite la flexibilité monétaire de chaque pays. Note indicative bbConformément au tableau 1 de la « Méthodologie de notation souveraine ». 

Encoches de réglages supplémentaires et de flexibilité 0 Note finale Monnaie étrangère BBEncoches de soulèvement 0 Nous ne pensons pas que les risques de défaut s’appliquent différemment à la dette en monnaie étrangère et à la dette en monnaie locale. 

Monnaie locale BBL'analyse de la solvabilité souveraine réalisée par S&P Global Ratings repose sur l'évaluation et la notation de cinq facteurs de notation clés : (i) l'évaluation institutionnelle ; (ii) évaluation économique ; (iii) évaluation externe ; (iv) la moyenne de la flexibilité et des performances budgétaires, et du fardeau de la dette ; et (v) évaluation monétaire. Chacun des facteurs est évalué sur un continuum allant de 1 (le plus fort) à 6 (le plus faible).

 La « Méthodologie de notation souveraine » de S&P Global Ratings, publiée le 18 décembre 2017, détaille la manière dont nous obtenons et combinons les scores, puis obtenons la notation souveraine en devise étrangère. Conformément à la méthodologie de notation souveraine de S&P Global Ratings, un changement de note n'entraîne pas dans tous les cas un changement de note, et un changement de note n'est pas nécessairement fondé sur des changements dans un ou plusieurs scores. Pour déterminer la note finale, le comité peut utiliser la flexibilité offerte par les §15 et §§126-128 de la méthodologie de notation. 

Critères associés Recherche connexe Conformément à nos politiques et procédures pertinentes, le comité de notation était composé d'analystes qualifiés pour voter au sein du comité, possédant suffisamment d'expérience pour transmettre le niveau approprié de connaissance et de compréhension de la méthodologie applicable (voir « Critères et recherches connexes »). 

 Au début de la réunion du comité, le président a confirmé que les informations fournies au comité de notation par l'analyste principal avaient été distribuées en temps opportun et étaient suffisantes pour que les membres du comité puissent prendre une décision éclairée. 

Après que l'analyste principal ait prononcé son discours d'ouverture et expliqué sa recommandation, le comité a discuté des principaux facteurs de notation et des questions critiques conformément aux critères pertinents. Les facteurs de risque qualitatifs et quantitatifs ont été examinés et discutés, en examinant les antécédents et les prévisions. 

L'évaluation par le comité des principaux facteurs de notation est reflétée dans l'aperçu des notes ci-dessus. Le président a veillé à ce que chaque membre votant ait la possibilité d'exprimer son opinion. 

Le président ou la personne désignée a examiné le projet de rapport pour s'assurer de sa cohérence avec la décision du comité. Les opinions et la décision du comité de notation sont résumées dans la justification et les perspectives ci-dessus. La pondération de tous les facteurs de notation est décrite dans la méthodologie utilisée dans cette action de notation (voir « Critères et recherches associés »). 

Liste des notes

 NOTATIONS AFFIRMÉES ; PERSPECTIVES ACTION À DEPUIS CÔTE D'IVOIRE Notation de crédit souverain BB-/Positif/BBB-/Stable/B NOTATIONS AFFIRMÉES CÔTE D'IVOIRE Évaluation du transfert et de la convertibilité BBBSenior non garanti BBCertains termes utilisés dans ce rapport, en particulier certains adjectifs utilisés pour exprimer notre point de vue sur les facteurs pertinents de notation, ont des significations spécifiques qui leur sont attribuées dans nos critères et doivent donc être lus conjointement avec ces critères. Veuillez consulter les critères de notation sur www.spglobal.com/ratings pour plus d'informations. Une description de chacune des catégories de notation de S&P Global Ratings est contenue dans les « Définitions de S&P Global Ratings » à l'adresse https://disclosure.spglobal.com/ratings/en/regulato/view/sourceId/504352. 

Des informations complètes sur les notations sont disponibles pour les abonnés de RatingsDirect sur www.capitaliq.com. 

Toutes les notations concernées par cette action de notation peuvent être consultées sur le site Web public de S&P Global Ratings à l'adresse www.spglobal.com/ratings. 

Vous pouvez également appeler la ligne d'assistance client mondiale de S&P Global Ratings au (44) 20- 7176-7176. 

Les divulgations comprennent les exigences relatives aux communiqués de presse ou aux rapports publiés conformément à l'article 10, paragraphes 1, 10, paragraphes 2 et 5, et à l'annexe I, section D, I, 1, 2, 2a, 4 et 5. Ces exigences sont disponibles par notation via le lien intitulé « Divulgation réglementaire » et comprennent, sans s'y limiter: • Éléments clés sous-tendant la notation de crédit • Facteurs de crédit ESG • Statut sollicité ou non sollicité • Analystes principalement responsables de la notation de crédit • Bureau responsable de la cote de crédit • Matériaux utilisés dans le processus de réel 4.8 6.7 0,7 7.2 6.2 Croissance du PIB réel par habitant 2.2 4.0 (1.8) 4.4 3.5 Croissance réelle des investissements 6.9 6.9 3.8 14.9 13.Investissement/PIB22.3 22,0 21.7 23.6 26.Épargne/PIB 18.3 19,8 18.6 19.6 18,Exportations/PIB 22,7 22,7 21,0 22.3 24,Croissance des exportations réelles (3.7) 10.3 (4.6) 16.9 4.9 Taux de chômage 2.8 2.4 2.6 2.7 2.5 INDICATEURS EXTERNES (%) Solde du compte courant/PIB (3.9) (2.2) (3.1) (3.9) (7.6Solde du compte courant/CAR (16.4) (9.2) (14.1) (16.6) (29RCA/PIB 23.9 24.3 22.2 23,8 26. Balance commerciale/PIB 3.8 5.2 4.7 4.2 1.8 IDE net/PIB 0,8 1.2 1.1 1,5 2.3 Entrée nette de capitaux propres de portefeuille/PIB (0,2) (0,0) (0,1) (0,2) (0,1Besoins bruts de financement extérieur/CAR plus réserves utilisables 109,8 105,7 112,7 113.3 117Dette extérieure nette étroite/RCA 115,5 103.4 128,4 105,6 119Dette extérieure nette étroite/PAC 99,3 94,7 112,6 90,6 92,Passifs extérieurs nets/CAR 151,7 141,0 175,5 147,7 163Passifs extérieurs nets/CAP 130,4 129.2 153,9 126,7 126Dette extérieure à court terme par échéance restante/CAR 42.2 42,4 58.1 58.1 57,9 Réserves/CAP utilisables (mois) 4.6 4.8 5.6 5.6 5.4 Réserves utilisables (mil. $) 6 365 7 398 9 370 10 718 8 8INDICATEURS FISCAUX (GOUVERNEMENT GÉNÉSolde/PIB (2.6) (2.2) (5.4) (4.9) (6.8Evolution de la dette nette/PIB 4.5 4.9 7.9 8.9 10.Solde primaire/PIB (1.2) (0,7) (3.6) (2.9) (4.6Revenu/PIB 14.7 14.6 14.6 15.2 14.Dépenses/PIB 17.2 16,8 20,0 20.1 21.7 Intérêts/revenus 9.1 10.1 12.6 12,8 14.Dette/PIB 35.3 37,5 46.3 50,2 56,Dette/revenus 241,0 257.3 317,7 330.1 380Dette nette/PIB 31.4 33,8 40,9 45,6 52,Actifs liquides/PIB 3.9 3.7 5.5 4.6 4.1 INDICATEURS MONÉTAIRES (%) Croissance de l'IPC 0,4 (1.1) 2.4 4.1 5.3 Croissance du déflateur du PIB 1.7 2.0 1.8 3.8 2.1 Taux de change, fin d'année (LC/$) 572,89583,90534.56579.16615Les créances des banques sur la croissance du secteur non gouvernemental résident 6.8 7.6 10.8 13.6 8.9 Créances des banques sur le secteur non gouvernemental résident/PIB 19.2 19,0 20,5 21,0 21.1 Part en devises des créances des banques sur les résidents 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Part en devises des dépôts bancaires des résidents 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 Croissance du taux de change effectif réel 1.1 (4.1) 3.7 2.0 (4.9Sources : Ministère des Finances, Banque mondiale et Fonds monétaire international (Indicateurs économiques) ; BCEAO, Fonds Monétaire International, Banque des Règlements Internationaux (Indicateurs externes) ; Ministère des Finances, BCEAO et Fonds Monétaire International (Indicateurs budgétaires et de dette) ; BCEAO et International Financial Statistics (Indicateurs monétaires). 

Ajustements Définitions : L’épargne est définie comme l’investissement plus l’excédent (déficit) du compte courant. L'investissement est défini comme les dépenses en biens d'équipement, y compris les installations, les équipements et les logements, plus la variation des stocks. 

Les banques sont d'autres sociétés de dépôt autres que la banque centrale, dont les engagements sont inclus dans la définition nationale de la monnaie au sens large. Les besoins bruts de financement extérieur sont définis comme les paiements du compte courant plus la dette extérieure à court terme à la fin de l'année précédente plus les dépôts des non-résidents à la fin de l'année précédente plus la dette extérieure à long terme arrivant à échéance au cours de l'année. 

La dette extérieure nette au sens étroit est définie comme le stock des emprunts en devises et en monnaie locale des secteurs public et privé auprès de non résidents moins les réserves officielles moins les créances liquides du secteur public sur les non-résidents moins les prêts du secteur financier, les dépôts auprès d'entités non-résidentes ou les investissements dans des entités non  résidentes. 

Un nombre négatif indique un prêt extérieur net. N/A--Sans objet. LC-- Monnaie locale. CARs--Reçus du compte courant. IDE--Investissement direct étranger. CAP – Paiements en compte courant. 

Les données et ratios ci-dessus résultent des propres calculs de S&P Global Ratings, s'appuyant sur des sources nationales et internationales, reflétant le point de vue indépendant de S&P Global Ratings sur l'actualité, la couverture, l'exactitude, la crédibilité et l'utilisabilité des informations disponibles. , 10 octobre 2021 

— Critères généraux : principes environnementaux, sociaux et de gouvernance dans les notations de crédit , 18 décembre 2017 

— Critères | Gouvernements | Souverains : Méthodologie de notation souveraine , 7 avril 2017

 — Critères généraux : Méthodologie de liaison des notations à long terme et à court terme , 25 mars 2015 

— Critères généraux : Notation des entités liées au gouvernement : méthodologie et hypothèses , 16 février 2011 

— Critères généraux :Principes de notation de crédit , 18 mai 2009 

— Critères généraux : Méthodologie : Critères de détermination des évaluations de transfert et de convertibilité , 10 avril 2024 

— Historique des notations souveraines , 10 avril 2024 — Liste des notations souveraines , 7 mai 2024
 — Aperçu du score des notations souveraines , 8 avril 2024. Version interactive disponible sur http://www.spratings.com/sri 

— Indicateurs de risque souverain , 27 mars 2024 

— Défaut, transition et reprise : étude annuelle 2023 sur les défauts souverains et la transition des notations souveraines , 26 février 2024 

— Ce que signifierait le départ du Burkina Faso, du Mali et du Niger de la CEDEAO pour l'UEMOA Informations réglementaires pour chaque notation de crédit, y compris le tableau de la liste des notations Contactez les analystes : notation de crédit 
• Critères appliqués
 • Modèles appliqués, analyse des pertes et des flux de trésorerie effectuée 
• Analyse du scénario
 • Analyse de sensibilité 
• Avertissement sur les risques, compréhension des catégorisations et des critères de notation de crédit 
• Notification d'entité notée 
• Services auxiliaires et supplémentaires 
• Attributs et limites de la notation de crédit 
• Informations spécifiques aux instruments de financement structuré et de titrisation 

Aucun contenu (y compris les notations, les analyses et données liées au crédit, les évaluations, les modèles, les logiciels ou toute autre application ou sortie de celui-ci) ou toute partie de celui-ci (Contenu) ne peut être modifié, rétro-conçu, reproduit ou distribué sous quelque forme que ce soit par quelque moyen que ce soit, ou stockés dans une base de données ou un système de récupération, sans l'autorisation écrite préalable de Standard & Poor's Financial Services LLC ou de ses sociétés affiliées (collectivement, S&P).

 Le contenu ne doit pas être utilisé à des fins illégales ou non autorisées. S&P et tout fournisseur tiers, ainsi que leurs administrateurs, dirigeants, actionnaires, employés ou agents (collectivement les parties S&P) ne garantissent pas l'exactitude, l'exhaustivité, l'actualité ou la disponibilité du contenu. 

Les parties S&P ne sont pas responsables des erreurs ou omissions (négligentes ou autres), quelle qu'en soit la cause, des résultats obtenus à partir de l'utilisation du contenu, ou de la sécurité ou de la maintenance de toute donnée saisie par l'utilisateur. Le Contenu est fourni « tel quel ». 

LES PARTIES S&P DÉCLINENT TOUTE GARANTIE EXPRESSE OU IMPLICITE, Y COMPRIS, MAIS SANS S'Y LIMITER, TOUTE GARANTIE DE QUALITÉ MARCHANDE OU D'ADAPTATION À UN USAGE OU À UN USAGE PARTICULIER, À L'ABSENCE DE BOGUES, D'ERREURS OU DE DÉFAUTS LOGICIELS, QUE LE FONCTIONNEMENT DU CONTENU SERA ININTERROMPU OU QUE LE LE CONTENU FONCTIONNERA AVEC TOUTE CONFIGURATION LOGICIELLE OU MATÉRIELLE.

 En aucun cas, les parties S&P ne pourront être tenues responsables envers une partie de tout dommage, coût, dépense, frais juridiques ou perte directs, indirects, accessoires, exemplaires, compensatoires, punitifs, spéciaux ou consécutifs (y compris, sans s'y limiter, la perte de revenus ou de profits). et les coûts d'opportunité ou les pertes causées par la négligence) en relation avec toute utilisation du Contenu, même s'il est informé de la possibilité de tels dommages. 

Les analyses liées au crédit et autres, y compris les notations, et les déclarations contenues dans le contenu sont des déclarations d'opinion à la date à laquelle elles sont exprimées et non des déclarations de faits. Les opinions, analyses et décisions de reconnaissance de notation de S&P (décrites ci-dessous) ne constituent pas des recommandations d'achat, de détention ou de vente de titres ou de prise de décisions d'investissement, et ne traitent pas de la pertinence d'un titre. S&P n'assume aucune obligation de mettre à jour le contenu après sa publication sous quelque forme ou format que ce soit. Le contenu ne doit pas être invoqué et ne remplace pas les compétences, le jugement et l'expérience de l'utilisateur, de sa direction, de ses employés, de ses conseillers et/ou de ses clients lors de la prise de décisions d'investissement et d'autres décisions commerciales. 

S&P n'agit pas en tant que fiduciaire ou conseiller en investissement, sauf lorsqu'il est enregistré en tant que tel. Bien que S&P ait obtenu des informations auprès de sources qu'elle estime fiables, S&P n'effectue aucun audit et n'assume aucune obligation de diligence raisonnable ou de vérification indépendante des informations qu'elle reçoit. Les publications liées aux notations peuvent être publiées pour diverses raisons qui ne dépendent pas nécessairement de l'action des comités de notation, y compris, sans toutefois s'y limiter, la publication d'une mise à jour périodique d'une notation de crédit et des analyses associées. 

Dans la mesure où les autorités réglementaires autorisent une agence de notation à reconnaître dans une juridiction une notation émise dans une autre juridiction à certaines fins réglementaires, S&P se réserve le droit d'attribuer, de retirer ou de suspendre cette reconnaissance à tout moment et à sa seule discrétion. Les parties S&P déclinent toute obligation, quelle qu'elle soit, découlant de la cession, du retrait ou de la suspension d'une reconnaissance, ainsi que toute responsabilité pour tout dommage prétendument subi en raison de cela. S&P maintient certaines activités de ses unités commerciales distinctes les unes des autres afin de préserver l'indépendance et l'objectivité de leurs activités respectives. 

Par conséquent, certaines unités commerciales de S&P peuvent disposer d’informations qui ne sont pas disponibles pour les autres unités commerciales de S&P. S&P a établi des politiques et des procédures pour maintenir la confidentialité de certaines informations non publiques reçues dans le cadre de chaque processus analytique. S&P peut recevoir une rémunération pour ses notations et certaines analyses, normalement de la part d'émetteurs ou de preneurs fermes de titres ou de débiteurs. S&P se réserve le droit de diffuser ses avis et analyses. Les notations et analyses publiques de S&P sont disponibles sur ses sites Web, (gratuitement), et (abonnement) et peut être distribué par d'autres moyens, notamment via les publications S&P et des redistributeurs tiers. 


Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR