Dimanche 16 Juin, 2024 - 6:27 PM / Abidjan +33
Dimanche 16 Juin, 2024 - 6:27 PM / Abidjan +33
Economie

Le Conseil du Café-Cacao dément la suspension de coopératives liées à des acteurs libanais

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Le Conseil du Café-Cacao dément la suspension de coopératives liées à des acteurs libanais

Le Conseil café-cacao (CCC) apporte un démenti à l’actualité concernant des « coopératives liées à des acteurs libanais » qui auraient été suspendues par le régulateur de la filière, soit disant parce qu’elles acquerraient des fèves de cacao en les achetant au-delà du prix réglementé, dans un communiqué du régulateur transmis à l’AIP, samedi 18 mai 2024.


Selon le CCC, la filière café-cacao est très sensible, compte tenu des enjeux colossaux pour la Côte d’Ivoire, premier producteur et exportateur mondial de fèves de cacao et de produits semi-finis. Ainsi, pas un jour ne passe sans rumeurs (vraies ou fausses), analyses plus ou moins sérieuses, sorties médiatiques, faisant preuve de bonne ou de mauvaise foi, surtout pour les non-avertis.


Le régulateur tient à rappeler que pour chaque campagne, c’est l’État de Côte d’Ivoire qui fixe le prix bord champs garanti au producteur. La Côte d’Ivoire, après avoir expérimenté divers systèmes de vente de son café et de son cacao, dont le système libéral rendait les planteurs ivoiriens vulnérables puisque leur survie dépendait des multinationales qui achetaient leur production selon le prix qu’elles voulaient bien fixer, contrôlant ainsi la filière.


En effet, le système libéral est revenu à un système de commercialisation stabilisé qui garantit un prix au producteur. Cela répond à une volonté de l’État de protéger le million de petits producteurs ivoiriens des fluctuations du marché. Un marché international sur lequel le prix ne cesse de monter et de descendre.


Ainsi, selon les années, si les cours du cacao sont bas, les producteurs ivoiriens, grâce au prix garanti, toucheront une meilleure rémunération ; et si les cours sont hauts, comme en cette année 2024, alors cela bénéficiera aussi aux planteurs au cours de la prochaine saison, puisque les ventes de cacao sont anticipées, car le cacao récolté en 2024 a été vendu par anticipation en 2023, tandis que le cacao qui sera produit en 2025 est déjà mis sur le marché actuellement.


Pour cette saison 2023-2024, pour la grande campagne (du 1er octobre 2023 au 31 mars 2024), le prix fixé par l’État était de 1000 F CFA le kilo de cacao et, pour la petite campagne (du 1er avril au 30 septembre 2024), le prix fixé est de 1500 F CFA le kilo. C’est une première qui s’explique au regard de la hausse conjoncturelle du prix du cacao sur les marchés en début d’année !


Le CCC informe que la petite campagne produit généralement des fèves de petite taille dont le prix, par conséquent, est plus bas que pour la grande campagne. Or, ces dernières années, l’État ivoirien a fait des efforts notables pour maintenir au même niveau les prix des deux campagnes. En plus, pour la première fois, en 2024, le prix fixé pour la petite campagne dépasse celui de la grande.


Et c’est en cela que, faisant fi de la réglementation en vigueur pour cette petite campagne, certaines sociétés coopératives et certains opérateurs ne joueraient pas le jeu, attirant sur eux l’attention du gendarme de la filière qui leur aurait retiré leurs codes de vente et d’achat. Contactées sur la question de la vente du cacao au-dessus du prix fixé aux opérateurs, les Directions de la Communication et de la Commercialisation Intérieure du Conseil du Café-Cacao expliquent que : « le Conseil du Café-Cacao, organe de régulation de la filière réalise de façon périodique des opérations de contrôle auprès des opérateurs agréés de la filière café-cacao afin de s’assurer du respect des textes règlementaires qui encadrent la campagne de commercialisation du café et du cacao ».


Aussi, le régulateur a réalisé des contrôles de la filière qui ont permis d’identifier un groupe d’opérateurs (sociétés coopératives et acheteurs) s’adonnant à des pratiques qui violent plusieurs dispositions de la filière, à savoir, la rétention inexpliquée des stocks au-delà de la durée admise pour le portage des stocks, la fraude massive sur les déclarations de volumes de produits certifiés pour bénéficier indûment de la prime de certification (au détriment des producteurs, la spéculation sur le prix du cacao à l’entrée des usines alors que le produit est acquis au producteur au prix du barème fixé à 1500 F CFA le kilogramme, l’exportation illicite du café et du cacao vers la Guinée et le Liberia, ce qui constitue un manque à gagner de plusieurs milliards pour l’État de Côte d’Ivoire.


Face à ces pratiques illégales, le Conseil du Café-Cacao a mis en application les sanctions requises en la matière, notamment, la suspension des codes d’accès au système du Conseil du Café-Cacao, sans distinction d’ethnie, d’origine ou de nationalité des responsables des structures suspendues, soulignant qu’aucun opérateur n’a été suspendu parce qu’il pratiquerait des prix aux producteurs supérieurs au prix garanti du cacao fixé à 1500 F CFA le kilogramme.


Il paraît donc tendancieux de présenter les sanctions aux opérateurs de la filière comme étant dirigées vers une communauté donnée et pour une raison autre que celle qui a motivé la prise desdites sanctions. Les enquêtes réalisées sur le terrain ont révélé que les prix en zone de production sont conformes au garanti et qu’aucun producteur ne fait l’objet d’un sur-paiement de la part de ces opérateurs véreux.


Il convient de rappeler que tous les opérateurs exerçant dans la filière café-cacao sont soumis à un agrément nécessitant un engagement au respect des dispositions réglementaires. Enfin, Le Conseil du Café-Cacao se réserve le droit d’engager des poursuites contre les auteurs d’articles qui sont de nature à ternir son image dans l’exercice de ses missions régaliennes ».


Le Conseil du Café-Cacao est donc dans son rôle de gendarme de la filière pour garantir une équité de traitement pour tous les opérateurs de la filière, de même que de s’assurer que les bonnes pratiques agricoles et commerciales sont respectées par tous les acteurs de la chaîne.


Au mois d’avril 2024, ayant fait le constat d’une déclaration massive de volume de cacao certifié Fairtrade dans le système de gestion de la commercialisation intérieure, Le Conseil du Café-Cacao avait mené des investigations qui avaient abouti à la découverte d’un réseau de « blanchiment de stock de produit certifié » tenu par certains opérateurs de la chaîne de commercialisation intérieure. En effet, pour bénéficier indûment de la prime de certification, les opérateurs malhonnêtes collectaient du produit ordinaire, donc non certifié, qu’ils déclaraient sous label certifié Fairtrade.


Pour stopper ces arnaques, Le Conseil du Café-Cacao avait suspendu temporairement ce label de son système afin d’identifier et de sanctionner les opérateurs qui s’adonnaient à cette pratique qui met en péril la crédibilité du label. Décision qui avait été soutenue par Fairtrade International puisqu’il en allait de la valeur de ses certifications.

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR