Mercredi 22 Mai, 2024 - 5:46 PM / Abidjan +33
Mercredi 22 Mai, 2024 - 5:46 PM / Abidjan +33
International

France : Une vidéo révèle la mort de Mohamed Bendriss par le RAID sans représenter de danger

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
deces

Les images montrent que Mohamed Bendriss a rencontré les policiers par hasard. Sur sa moto, il les évite pour s’enfuir. D’autres images de vidéosurveillance de la ville et la caméra embarquée par le véhicule de police révèlent pour leur part que Mohamed a été ciblé de plusieurs tirs de LBD et de beanbags.

Le drame se déroule alors que Marseille est secouée par des émeutes, après la mort de Nahel, tué à 17 ans par un policier à Nanterre (Hauts-de-Seine) le 27 juin. Le RAID, unité chargée de la lutte contre les criminels armés, intervient. Mohamed Bendriss, un habitant de la cité phocéenne depuis plusieurs années, circule en scooter. Peu après 1 heure du matin, il s’effondre devant l’appartement de sa mère, blessé par des tirs. Son décès est constaté à l’hôpital.

Le corps du défunt est marqué par deux traces caractéristiques des tirs de LBD, ce qui a enclenché l’enquête de l’Inspection générale de la police nationale. La vidéosurveillance permet à l’IGPN remonter les faits, tandis qu’une vidéo d’une témoin, filmée depuis une fenêtre donnant sur la rue où se sont déroulés les faits, complète les images manquantes. On y voit, à 00h57, Mohamed Bendriss poursuivre Nabil B., qui vient de voler des chaussures dans un magasin, avant de se faire arrêter.

Mohamed Bendriss est toujours sur son scooter. Il se retrouve face à des policiers, dont l’un est armé de fusil à six coups, équipé avec des munitions de LBD. Dans la vidéo, on entend cinq tirs, dont celui qui serait celui qui a causé la marque «en cocarde» sur le thorax de la victime et aurait provoqué un «“commotio cordis” pouvant être responsable d’un trouble du rythme cardiaque et de l’arrêt cardio-circulatoire», selon les médecins légistes, cités par Libération.

Depuis les faits, trois policiers du RAID sont mis en examen pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Deux parmi eux estiment que leurs tirs étaient proportionnés et justifiés pour arrêter le scooter. Le troisième n’a par reconnu avoir tiré.

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR