Jeudi 18 Juillet, 2024 - 4:06 AM / Abidjan +33
Jeudi 18 Juillet, 2024 - 4:06 AM / Abidjan +33
Politique

Côte d'Ivoire / Élection présidentielle 2025: Dr Simone Ehivet Gbagbo appelle à une réforme de la CEI

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Côte d'Ivoire / Élection présidentielle 2025: Dr Simone Ehivet Gbagbo appelle à une réforme de la CEI

« Il nous faut une CEI indépendante des partis politiques », a affirmé Dr Simone Ehivet Gbagbo, présidente du parti politique Mouvement des Générations Capables (MGC), ce samedi 4 mai 2024 à l’occasion de la deuxième édition de la la fête des libertés qui s’est déroulée à Bondoukou autour du thème ‘’ Dynamisation de l’économie agricole et Libertés’’. L’information a été consultée dans une note du parti, ce dimanche par Abidjan.net. 


L’objectif de ce rassemblement est, selon les organisateurs, de permettre à la Présidente du Mouvement des Générations Capables (MGC) de s’adresser aux populations de Bondoukou. 


S'adressant aux populations, la présidente du MGC a indiqué qu’«En plus des questions relatives à l’économie agricole, nous avons des défis politiques à relever. Je persiste à dire que le système électoral actuel pose beaucoup de problèmes. Il n’est pas crédible. Vous conviendrez avec moi que l’arbitre des élections n’est pas souverain ». 


De plus, elle a lancé un appel au gouvernement pour ouvrir des discussions franches et inclusives avec l’opposition et les forces vives de la Nation en vue de trouver des réponses consensuelles pour des élections “justes, inclusives et transparentes”. « Je lance un appel à l’union pour mener le combat des réformes électorales ; union de la gauche, union de toutes les forces vives de la Nation. Cette dynamique doit s’engager dès maintenant. Unis, nous serons plus forts. Je le répète : unis, nous sommes plus forts » a-t-elle lancé. 


Selon la présidente Simone Ehivet Gbagbo, les populations vivant en Côte d’Ivoire doivent rebâtir l’harmonie entre elles afin de redémarrer l’œuvre de reconstruction qui passe par une réconciliation de la nation ivoirienne. « Cette œuvre de reconstruction passe aussi par la maîtrise du domaine agricole qui reste l’un des secteurs les plus porteurs de l’économie nationale. C’est pourquoi le thème que nous avons retenu pour la deuxième édition de la fête des libertés est : ‘’ Dynamisation de l’économie agricole et Libertés’’ … Sans la transformation par nous-mêmes de nos produits, il nous sera difficile de sortir de la crise du cacao, du café, de l’hévéa, du coton et de l’anacarde que vous, nos producteurs, vendez souvent à perte. Vous êtes ainsi condamnés à subir le diktat des spéculateurs et à demeurer dans la pauvreté », a-t-elle incité. Elle a donné plusieurs exemples sur la transformation des produits locaux et comment elle peut assurer la sécurité alimentaire tout en suscitant la création de jeunes entrepreneurs.


Cette seconde édition de la fête des libertés a mobilisé plusieurs partis politiques partenaires. Georges Ezaley, vice-président du PDCI-RDA, représentant du président Tidjane Thiam a pour sa part révélé que « Le président du PDCI-RDA me charge de vous confirmer qu’il entend poursuivre les échanges avec vous pour travailler ensemble. Il est vital que la Côte d’Ivoire ait une opposition forte… Le PDCI soutient le MGC dans sa position sur la cartographie électorale », a-t-il révélé, en soutenant que le dialogue avec le MGC sera intensifié dans les semaines à venir. 


Boga Sako Gervais, président de la FIDHOP, s’est demandé comment imaginer une fête des libertés sans la société civile. « Il n’y a pas que les partis politiques qui font la démocratie », a-t-il soutenu avant de formuler un souhait. « Si Dieu vous bénissait, mettez en place des institutions crédibles et des gouvernements réduits. On a des gens au pouvoir qui vivent trop bien et le peuple qui souffre ». 


Charles Blé Goudé, président du COJEP, a quant à lui déclaré que « certains ont le mortier et d’autres, le pilon. A quoi sert un mortier sans le pilon ? C’est pourquoi je m’associe à cet appel. Vous devant, nous à côté, nous sommes rassurés parce que celui qui a pour ami le singe, ne craint pas que sa canne soit bloquée dans les branches. Nous sommes avec vous ».


En outre, le FPI était représenté par Adahé Yao Joseph, le RPP par Boussou N’da , le MFA par Konet Adama, le GPS par Yao Kouman et le Mouvement Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire, par son Président EBRIN Yao Rémi. ICONE, le parti politique créé par le regretté Jean-Yves DIBOPIEU, était lui aussi à cette célébration avec une délégation conduite par Mayobo Yves.


Cette édition de la fête des libertés a débuté le jeudi 2 mai 2024, elle a été meublée par diverses activités et s’est achevée par un meeting de clôture rassemblant des militants et sympathisants venus de toutes les régions du District du Zanzan et des autres localités du pays.


La troisième édition de la fête des libertés aura lieu en 2025, à Abidjan.



Charles Blé Goudé, président du COJEP, a quant à lui déclaré que « « Il nous faut une CEI indépendante des partis politiques », a affirmé Dr Simone Ehivet Gbagbo, présidente du parti politique Mouvement des Générations Capables (MGC), ce samedi 4 mai 2024 à l’occasion de la deuxième édition de la la fête des libertés qui s’est déroulée à Bondoukou autour du thème ‘’ Dynamisation de l’économie agricole et Libertés’’. L’information a été consultée dans une note du parti, ce dimanche par Abidjan.net. 


L’objectif de ce rassemblement est, selon les organisateurs, de permettre à la Présidente du Mouvement des Générations Capables (MGC) de s’adresser aux populations de Bondoukou. 


S'adressant aux populations, la présidente du MGC a indiqué qu’«En plus des questions relatives à l’économie agricole, nous avons des défis politiques à relever. Je persiste à dire que le système électoral actuel pose beaucoup de problèmes. Il n’est pas crédible. Vous conviendrez avec moi que l’arbitre des élections n’est pas souverain ». 


De plus, elle a lancé un appel au gouvernement pour ouvrir des discussions franches et inclusives avec l’opposition et les forces vives de la Nation en vue de trouver des réponses consensuelles pour des élections “justes, inclusives et transparentes”. « Je lance un appel à l’union pour mener le combat des réformes électorales ; union de la gauche, union de toutes les forces vives de la Nation. Cette dynamique doit s’engager dès maintenant. Unis, nous serons plus forts. Je le répète : unis, nous sommes plus forts » a-t-elle lancé. 


Selon la présidente Simone Ehivet Gbagbo, les populations vivant en Côte d’Ivoire doivent rebâtir l’harmonie entre elles afin de redémarrer l’œuvre de reconstruction qui passe par une réconciliation de la nation ivoirienne. « Cette œuvre de reconstruction passe aussi par la maîtrise du domaine agricole qui reste l’un des secteurs les plus porteurs de l’économie nationale. C’est pourquoi le thème que nous avons retenu pour la deuxième édition de la fête des libertés est : ‘’ Dynamisation de l’économie agricole et Libertés’’ … Sans la transformation par nous-mêmes de nos produits, il nous sera difficile de sortir de la crise du cacao, du café, de l’hévéa, du coton et de l’anacarde que vous, nos producteurs, vendez souvent à perte. Vous êtes ainsi condamnés à subir le diktat des spéculateurs et à demeurer dans la pauvreté », a-t-elle incité. Elle a donné plusieurs exemples sur la transformation des produits locaux et comment elle peut assurer la sécurité alimentaire tout en suscitant la création de jeunes entrepreneurs.


Cette seconde édition de la fête des libertés a mobilisé plusieurs partis politiques partenaires. Georges Ezaley, vice-président du PDCI-RDA, représentant du président Tidjane Thiam a pour sa part révélé que « Le président du PDCI-RDA me charge de vous confirmer qu’il entend poursuivre les échanges avec vous pour travailler ensemble. Il est vital que la Côte d’Ivoire ait une opposition forte… Le PDCI soutient le MGC dans sa position sur la cartographie électorale », a-t-il révélé, en soutenant que le dialogue avec le MGC sera intensifié dans les semaines à venir. 


Boga Sako Gervais, président de la FIDHOP, s’est demandé comment imaginer une fête des libertés sans la société civile. « Il n’y a pas que les partis politiques qui font la démocratie », a-t-il soutenu avant de formuler un souhait. « Si Dieu vous bénissait, mettez en place des institutions crédibles et des gouvernements réduits. On a des gens au pouvoir qui vivent trop bien et le peuple qui souffre ». 


Charles Blé Goudé, président du COJEP, a quant à lui déclaré que « certains ont le mortier et d’autres, le pilon. A quoi sert un mortier sans le pilon ? C’est pourquoi je m’associe à cet appel. Vous devant, nous à côté, nous sommes rassurés parce que celui qui a pour ami le singe, ne craint pas que sa canne soit bloquée dans les branches. Nous sommes avec vous ».


En outre, le FPI était représenté par Adahé Yao Joseph, le RPP par Boussou N’da , le MFA par Konet Adama, le GPS par Yao Kouman et le Mouvement Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire, par son Président EBRIN Yao Rémi. ICONE, le parti politique créé par le regretté Jean-Yves DIBOPIEU, était lui aussi à cette célébration avec une délégation conduite par Mayobo Yves.


Cette édition de la fête des libertés a débuté le jeudi 2 mai 2024, elle a été meublée par diverses activités et s’est achevée par un meeting de clôture rassemblant des militants et sympathisants venus de toutes les régions du District du Zanzan et des autres localités du pays.


La troisième édition de la fête des libertés aura lieu en 2025, à Abidjan.



En outre, le FPI était représenté par Adahé Yao Joseph, le RPP par Boussou N’da , le MFA par Konet Adama, le GPS par Yao Kouman et le Mouvement Engagement Citoyen de Côte d’Ivoire, par son Président EBRIN Yao Rémi. ICONE, le parti politique créé par le regretté Jean-Yves DIBOPIEU, était lui aussi à cette célébration avec une délégation conduite par Mayobo Yves.


Cette édition de la fête des libertés a débuté le jeudi 2 mai 2024, elle a été meublée par diverses activités et s’est achevée par un meeting de clôture rassemblant des militants et sympathisants venus de toutes les régions du District du Zanzan et des autres localités du pays.


La troisième édition de la fête des libertés aura lieu en 2025, à Abidjan.


Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR