Cameroun: l'opposant John Fru Ndi raconte son enlèvement

  • Source: : Web-News | Le 29 avril, 2019 à 15:04:31 | Lu 277 fois | 1 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d-illustration

Retour sur le rapt samedi 27 avril du leader historique du SDF John Fru Ndi, enlévé dans une localité du Nord-Ouest anglophone, une zone en proie à une fronde séparatiste. John Fru Ndi a ensuite été libéré quelques heures plus tard, dans la soirée. Il pointe du doigt les séparatistes, assure que ces derniers ne réclamaient pas de rançon... rien de bien clair sur leurs intentions, mais John Fru Ndi dénonce leurs méthodes.

« Nous nous rendions aux funérailles de notre honorable député Dr Joseph Barnazem. Mais sur le chemin, notre convoi a été bloqué par des Ambazoniens. Ils ont dit que les autres pouvaient partir, mais qu’ils voulaient me parler. Ils m’ont enlevé. J’ai passé près de six à sept heures dans leur camp », a-t-il confié ce dimanche par téléphone à RFI.

« Les anglophones ont un problème. C’est lié au fait, que leurs leaders ont des idéologies différentes, qui ne servent même pas l’intérêt général. Ils cherchent du soutien, mais dans le même temps, ils kidnappent les gens et veulent qu’on adhère à leur cause. Cela devrait se faire de manière volontaire ! », a-t-il ajouté.

« Ils ont arrêté deux de nos frères à Bafut récemment. Depuis janvier, ils m’ont volé une centaine de vaches, ils ont brûlé ma maison au village, ils ont kidnappé ma sœur et ils commettent des choses horribles contre les civils », précise-t-il.

lire la suite sur

 

Auteur: Rfi - Web-News


Commentaire (1)


Ivoirienpursang En Avril, 2019 (19:49 PM) 0 FansN°: 1
Une petite parenthèse comparative. L'opposant camerounais John Fru Ndi après son kidnapping a déclaré ceci :



« Les anglophones ont un problème. C’est lié au fait, que leurs leaders ont des idéologies différentes, qui ne servent même pas l’intérêt général. Ils cherchent du soutien, mais dans le même temps, ils kidnappent les gens et veulent qu’on adhère à leur cause. Cela devrait se faire de manière volontaire ! ».



Cette méthode ressemble à s'y méprendre à celle pratiquée par les RHDP en Cote d'Ivoire. Riz, Huile, Deux krikas, Pagne pour adhérer. Si vous refusez, on vous kidnappe si vous êtes un citoyen lambda, ou vous libérez le tabouret si vous êtes un homme politique

Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]