Décès du célèbre prédicateur musulman burkinabè Djafar Ouattara à Abidjan (Médias)

  • Source: : Web-News | Le 15 octobre, 2021 à 15:10:31 | Lu 730 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Décès du célèbre prédicateur musulman burkinabè Djafar Ouattara à Abidjan (Médias)

Célèbre maître coranique, théologien et prêcheur, Djafar, de son vrai nom Djafarma Héma Ouattara, 77 ans, est décédé vendredi 15 octobre 2021 à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, des suites d’une maladie, rapportent des médias.

Djafar est le fondateur du Comité culturel de la génération des trois testaments (CCGT). Installé à Bobo-Dioulasso, la capitale économique du Burkina Faso, il était connu partout dans son pays et ailleurs, pour ses prêches qui tranchaient avec ceux pratiqués à l’ordinaire car très virulents et n’épargnant personne y compris les membres du gouvernement.

“Effectivement quand je parle, les gens trouvent que je les insulte. Mais je pense qu’il faut vraiment insulter. Quand quelqu’un est dans l’erreur, il faut prendre la personne nommément et lui dire les quatre vérités. L’expérience a montré que quand on parle avec diplomatie, le message n’est pas perçu. Alors, il faut dire les choses crûment, quelle que soit la personne en faute. Sinon personnellement je ne déteste personne”, avait-il déclaré dans une interview accordée au journal national burkinabè Sidwaya, en 2009.

Djafar avait coutume d’aborder tous les sujets de la vie courante tels que le mariage, la politique, la religion, l’éducation. Les prêches du fondateur du Comité culturel de la génération des trois testaments reposaient notamment sur la Bible et le Coran car, justifiait-il, Dieu Lui-même a dit “ Ô vous les gens de Livre, ne vous appuyez sur rien d’autre si ce n’est les Evangiles, la Torah et le Coran”.

Né en 1944 à Gouindougouba, dans la province de la Comoé, au Burkina Faso, Djafar a suivi sa formation de maître coranique au Mali jusqu’en 1971. De retour au pays, il s’installe à Bobo-Dioulasso. Deux ans plus tard, il ouvre une Medersa (école coranique) à Souroukoukin.

En 1992, il crée le CCGT. Pour ses propos acerbes, il avait fait la prison et avait été expulsé du pays. A son retour d’exil, il a continué ses activités de prédication et de maître coranique.


Auteur: Aip - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]