Economie

Technologie : Bakayoko Yacouba entend mettre sur le marché la raquette solaire

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 13 mai, 2019 à 11:05:46 | Lu 272 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Bakayoko Yacouba, inventeur de la raquette solaire

Inventeur, ingénieur-mécanicien de formation, Bakayoko Yacouba, auteur de trois (3) brevets d’invention, s’apprête à mettre sur le marché: la raquette solaire ou encore appelée ‘’Agnéby solar racket’’. Rencontré le week-end dernier, il nous a parlé de l’une de ses futures inventions. 

Pour l’ex-agent de la Société ivoirienne de raffinage (SIR), Bakayoko Yacouba, la raquette solaire se présente comme les autres raquettes anti-insectes électrique qu’on trouve dans le commerce. Mais la différence se situe au  niveau de sa charge se faisant à l’aide du soleil. Selon l’inventeur, cet appareil qui combat tous les insectes nuisibles, peut s’utiliser en campagne, au village, dans une pirogue sur un fleuve, entre autres.

« Je suis né à Agboville. Pour faire plaisir à mes parents, j’ai décidé de donner le nom « Agnéby solar racket» à mon invention. Tout le monde peut l’utiliser, y compris les enfants de dix ans », a laissé entendre l’inventeur. Puis, il a ajouté qu’elle dispose à son centre, une lumière ultra violette led.

« On peut l’utiliser de deux manières : la première, on peut allumer la lumière la nuit, laisser la raquette dans la chambre en fermant la porte ; les moustiques ou les insectes vont venir autour de cette lumière cogner les mailles de la raquette et mourir. Quant à la deuxième manière, il faut fermer la porte, allumer la lumière en dépoussiérant tous les objets de la maison, et on frappe les insectes avec l’appareil. »

 Sa valeur ajoutée

Selon M. Bakayoko, la valeur ajoutée de son invention par rapport à la raquette électrique, est qu’elle a une batterie rechargeable et interchangeable. « C’est-à-dire, si la batterie est morte, on peut acheter une batterie pour la remplacer.  Elle a une charge solaire, elle bénéficie d’une lumière ultra-violette, et dispose d’une torche présente au bout de la raquette qui a une portée comprise entre 20 et 50 mètres. », a-t-il précisé.   

« J’ai eu le brevet. Je suis en contact avec les chinois pour me faire une évaluation du coût de la fabrication. J’attends l’arrivée des dossiers pour chercher un financier pour m’accompagner dans cette aventure.  Le montant que je recherche est estimé à 300 000 000 de F CFA. Avec cette somme, je pense qu’on peut déjà avoir un premier conteneur et livrer les produits sur le marché local et de celui des pays limitrophes. », ajoute M. Bakayoko.

M. Bakayoko a deux autres projets sur lesquels il entend se prononcer les jours à venir. Tout en rappelant qu’il associe ses cinq (5) filles à ses projets dont l’une devenue Mme Soumahoro pour le projet de la raquette solaire.

« Je suis ouvert à toute discussion et je souhaiterais vendre l’un de mes brevets si quelqu’un veut me contacter », a-t-il conclu.


Auteur: Boris Anselme Takoué - Ivoirematin-News

Articles similaires


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]