Plateau/Drame: Un enseignant vient toucher sa pension et meurt à l'entrée de sa banque

  • Source: : Web-News | Le 17 juin, 2019 à 10:06:30 | Lu 346 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image-d-illustration

Alors que l'on est en plein milieu de l'année en cours, la famille de Paul Brahoua Compagnin, instituteur à la retraite d'une soixantaine d’années, est frappée d’un gros malheur. C'est que les siens doivent désormais faire sans lui. Le pauvre éducateur ayant trouvé la mort. Et cela, dans des circonstances bien trop tristes.

En effet, selon les informations données par nos sources, l’instituteur après avoir distillé son savoir dans les salles de classe et contribuer à former de jeunes gens dont certains sont aujourd'hui des cadres de ce pays, aspirait à une retraite tranquille. Là-bas, parmi les siens.

Mais non. L'infortuné va plutôt vivre des moments tumultueux du fait d'une maladie qui l'éprouve physiquement. Une maladie qui le contraint même à s’accommoder d'une sonde urinaire. Difficile à supporter tout cela.

Mais fort heureusement, il a le soutien de sa famille, de ses enfants dont certains l'aident surtout à effectuer ses courses. Comme ce mercredi 5 juin 2019. Une date qui sonnera hélas également, le coup d'arrêt définitif de cet éducateur dont on disait beaucoup de bien.

De fait, poursuivent nos sources, ce mercredi-là, le retraité part de la ville de Sikensi où il est désormais retiré et arrive à Abidjan. Ce voyage effectué sur la capitale économique du pays, s'explique par le fait qu'il doit toucher sa pension. De l'argent qui va lui permettre d'entretenir son quotidien, mais surtout, se payer des soins médicaux décents et dignes.

Pour l'occasion, le vieil homme est accompagné de sa fille E.B. qui l’épaule physiquement. Sur place à Abidjan, les deux empruntent un taxi qui les conduit directement au Plateau. C'est dans cette commune que se trouve la banque où est domicilié le compte du retraité.

Quelque temps plus tard, les voilà à destination. Le père et la fille descendent de taxi. Tenu par sa progéniture, le retraité s'avance vers la porte d'entrée de l'établissement financier.

Mais alors qu’il est sur l'estrade de cette structure, Paul Brahoua paraît ne plus avoir la force d'avancer. Ne pouvant tenir sur ses jambes, il s'assoit carrément à même le sol. Il espère juste un petit repos, avant de se relever et accéder à l'intérieur même de la banque

Lire la suite

 

Auteur: linfodrome.com - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]