Affaire ‘’hold-up’’ des étrangers sur la Côte d’Ivoire : Bédié menacé d’arrestation, les aveux de proches de Ouattara

  • Source: : Web-News | Le 11 juin, 2019 à 14:06:33 | Lu 310 fois | 1 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d-illustration

Va-t-on vers une poursuite judiciaire ou une tentative d’arrestation du président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié suite à sa sortie de la semaine dernière sur les étrangers en Côte d’Ivoire ? Rien n’est exclu a priori, eu égard aux réactions des tenants du pouvoir qui pleuvent.

La sortie du président du Pdci-Rda sur la situation et l’exploitation des étrangers en Côte d’Ivoire pourrait lui en couter. Au regard, bien entendu, des réactions qui se succèdent du côté des tenants du pouvoir, Henri Konan Bédié n’est pas à l’abri d’une poursuite judiciaire, voire d’une arrestation. Ces cas probables ont été clairement affichés par des proches du président de la République, Alassane Ouattara. Notamment dans le communiqué du gouvernement signé du ministre de la Communication Sidi Touré, son porte-parole, puis la réplique avec précision de l’ancien ministre des Droits de l’Homme, et ex-porte-parole du Rdr, Joël N’guessan, dans une déclaration faite par la suite, ce lundi 10 juin 2019.

Après avoir pris l’opinion à témoin des propos tenus par le président du Pdci-Rda, le mercredi 5 juin 2019, devant des militants de son parti à Daoukro, le ministre Sidi Touré avait conclu, ainsi : « Le Gouvernement tient à rappeler que l'instrumentalisation de la haine de l'étranger par le Président Henri Konan BEDIE et les dérives qui en ont résulté ont été à la base des différentes crises que notre pays a connues depuis le décès du Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, en décembre 1993. C'est pourquoi, le Gouvernement condamne cette sortie qui n'honore pas son auteur qui ne doit pas méconnaître les obligations liées à son statut. Le Gouvernement tient à rappeler à tous que le racisme, la xénophobie, le tribalisme et la discrimination raciale ou religieuse sont constitutifs d'infractions prévues et punies par la loi pénale ». Une mise en garde et une sorte de menace à peine voilée que le gouvernement adresse au ‘’Sphinx’’ de Daoukro.

Lire la suite 

 

Auteur: Linfodrome - Web-News


Commentaire (1)


Anonyme En Juin, 2019 (15:42 PM) 0 FansN°: 1
Envoyez d'abord l'armée protéger les ivoiriens qui sont à la merci d'étrangers armés dans les villages, avant de vouloir condamner ou arrêter Bédié

Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]