Côte d’Ivoire / condamnation de Bendjo: Le procureur Adou Richard fait des clarifications sur le jugement rendu

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 05 juillet, 2019 à 17:07:53 | Lu 1134 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Côte d’Ivoire / condamnation de Bendjo: Le procureur Adou Richard fait des clarifications sur le jugement rendu

Le procureur de la République de Côte d’Ivoire, Christophe Adou Richard, a animé un point de presse, vendredi 5 juillet 2019, à son cabinet sis au palais de justice d’Abidjan-Plateau, pour se prononcer sur la condamnation de Noël Akossi Bendjo, ex-maire du Plateau, dit-il suite aux « interrogations de nos populations ».

Dans sa déclaration, le procureur de la république s’est appesanti sur les points suivants sur lesquels les justiciables s’interrogent : le « caractère sévère de la peine (20 ans), l’amende exorbitante (10 milliards de Fcfa) »,  « aux relents politiques de l’affaire » et enfin « au jugement de Benjo en sans absence sans avocat pour le défendre ».

En ce qui concerne la peine de 20 ans, le procureur Adou Richard a expliqué que « selon l’article 110 du code pénal, lorsque la valeur des choses obtenues au moyen de crimes et délits est égale ou supérieur à 25 millions de francs, la peine est comprise entre 10 et 20 années et l’article 11 du même code, exclut le bénéfice des circonstances atténuantes et du sursis ».

Relativement à l’amende, il a expliqué que « l’article 113 de la loi n°2016-992 du 14 novembre 2016 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme indique que les personnes physiques coupables d’une infraction de blanchiment de capitaux sont punies d’une amende égale au triple de la valeur des biens ou des fonds sur lesquels ont porté les opérations du blanchiment. En l’espèce, il s’agissait de plus de 05 milliards de nos francs ». Au regard de cette loi, « le calcul est vite fait », a déclaré Adou Richard.

Quant au troisième point concernant le jugement en l’absence de Bendjo, le procureur a indiqué que le fait que le tribunal sache l’identité complète du prévenu, sa filiation et son domicile, et qu’un mandat d’arrêt a été exécuté en son encontre, suffit pour juger ce dernier. Par ailleurs, ses avocats ne peuvent le représenter en matière pénale du moment où il n’est pas présent à l’audience.


Auteur: César DJEDJE MEL - ivoirematin.com - Ivoirematin-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]