Politique nationale: Le parti de Mamadou Koulibaly récuse la plate-forme de Bédié ou un «rassemblement animé par des motivations revanchardes»

  • Source: : Web-News | Le 06 février, 2019 à 10:02:52 | Lu 174 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d-illustration

Monique Gbekia, présidente de Liberté et démocratie pour la République (Lider de Mamadou Koulibaly) n’est pas allée de main morte pour critiquer de façon virulente la nouvelle plate-forme politique dirigée par Henri Konan Bédié. Au sortir d’une audience en début de week-end dernier, chez l’ambassadrice du Royaume-Uni, Josephine Gauld, elle a tiré à boulet rouge sur cette organisation politique de l’opposition ivoirienne qui attend d’être portée sur les fonds baptismaux.

Pour une visite de courtoisie et de travail, qui faisait suite à celle de l’ambassadrice au siège de Lider en 2018, la remplaçante de Mamadou Koulibaly, fondateur du parti, semble être autant critique que l’ancien président de l'Assemblée nationale sous Laurent Gbagbo. Face à toutes les supputations relatives à la participation de sa formation politique à la plate-forme de l’opposition initiée par le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), la patronne de la branche de Lider soutenue par Mamadou Koulibaly a été on ne peut plus claire. « Lider n’envisage pas rejoindre une plate-forme politique existante. Au regard de notre expérience passée avec la Cnc et le front du refus, nous souhaitons une union autour d’un projet de société clair et réformateur, et non un rassemblement hétéroclite animé par des motivations troubles ou revanchardes », a coupé court Monique Gbekia.

Pour ce qui concerne la question de la réforme de la Commission électorale indépendante (Cei), elle a soutenu qu’ils restent «d’autant plus inquiets que le Professeur Mamadou Koulibaly, aujourd’hui maire Lider d’Azaguié, est le candidat investi par le Congrès aux élections présidentielles de 2020 ». Mais force est de constater, à la suivre, que son parti, qui préalablement avait été invité par les services du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly dans le cadre des discussions avec l’opposition, n’a pu avoir accès aux locaux de la Primature le jour de l’ouverture du dialogue. «La même primature a ordonné que la délégation de Lider n’ait pas accès au lieu de la rencontre, alors même que le cabinet du ministre de l’Intérieur disait que Lider y était bel et bien attendu», a-t-elle expliqué à la diplomate britannique.

Malgré leur absence à la réunion, Monique Gbekia a presenté les propositions de Lider à la représentante de la Reine Élisabeth II d’Angleterre en Côte d’Ivoire. «Nous proposons une Cei sans les partis politiques, exclusivement gérée par 7 personnalités de la société civile qui seront auditionnées par l’Assemblée nationale, avec retransmission en direct à la télévision. Le processus électoral devrait également être modifié et ne comporter qu’un seul décompte des voix dans le bureau de vote. On ne compte qu’une fois, et les procès-verbaux sont ensuite envoyés à la Cei centrale pour compilation. L’enrôlement électoral doit être continu. Et le gouvernement doit démissionner quelques mois avant les élections, et ne plus être autorisé à engager le pays ou à puiser dans les caisses de l’État pour financer la campagne d’un président sortant qui se représenterait», a-t-elle déclaré.

 

Auteur: Linfodrome - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]