Jeudi 18 Juillet, 2024 - 3:44 AM / Abidjan +33
Jeudi 18 Juillet, 2024 - 3:44 AM / Abidjan +33
Afrique

Des Nigérianes maltraitées après leur liberation de Boko Haram

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
nigeriane
Des dizaines de femmes et de jeunes filles ont été illégalement détenues et maltraitées dans des centres de détention de l'armée nigériane après avoir échappé à la captivité des extrémistes de Boko Haram dans le nord-est du pays, a déclaré Amnesty International.

Certaines de ces femmes ont été détenues avec leurs enfants pendant des années en raison de leur association réelle ou supposée avec les extrémistes, indique le rapport. Le rapport fait état de 126 entretiens, menés pour la plupart avec des survivantes, au cours des 14 années qui se sont écoulées depuis que les extrémistes islamistes ont lancé leur insurrection.

Le rapport fait écho aux préoccupations passées en matière de droits de l'homme concernant l'armée nigériane, qui a été accusée par le passé d'exécutions extrajudiciaires et d'arrestations illégales dans l'un des conflits les plus longs au monde.

Le rapport note toutefois que la pratique des détentions prolongées et illégales est moins répandue depuis quelques années.

L'armée nigériane a qualifié le rapport de "non fondé" et a réaffirmé qu'elle continuait à améliorer son bilan en matière de droits de l'homme et qu'elle demandait des comptes à son personnel.

Le conflit a débordé les frontières et a fait au moins 35 000 morts et plus de 2 millions de déplacés. Les femmes et les jeunes filles sont souvent mariées de force ou victimes d'abus sexuels en captivité.

Mais les conditions dans lesquelles certaines femmes se sont retrouvées après avoir fui la captivité étaient si "horribles" que certaines ont choisi de retourner auprès de Boko Haram, a déclaré Niki Frederiek, chercheuse sur les crises à Amnesty International, à propos des camps de détention situés dans des installations militaires de l'État de Borno.

Au moins 31 survivants interrogés ont déclaré avoir été détenus illégalement dans ces installations, selon le rapport, ce qui laisse penser que cette pratique était plus répandue.

Certaines ont déclaré que les soldats les insultaient, les qualifiant de "femmes de Boko Haram" et les accusant d'être responsables de meurtres. Plusieurs ont décrit des passages à tabac ou des conditions de détention exécrables, qui s'apparentent à de la torture ou à d'autres mauvais traitements, indique le rapport.

"Les autorités nigérianes doivent aider ces jeunes filles et ces jeunes femmes à se réinsérer pleinement dans la société", a déclaré Samira Daoud, directrice régionale d'Amnesty International pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique centrale.


Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR