Jeudi 30 Mai, 2024 - 3:26 AM / Abidjan +33
Jeudi 30 Mai, 2024 - 3:26 AM / Abidjan +33
Afrique

Invalidation du report de la présidentielle : Le Sénégal suspendu à la réaction de Macky Sall

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
report
Le Sénégal est suspendu vendredi à la réaction du chef de l'Etat, Macky Sall, au lendemain de l’invalidation par le Conseil constitutionnel du report de la présidentielle qui plonge le pays dans l'inconnu.

L'annulation surprise, annoncée par M. Sall, de l'élection du 25 février puis la décision du Parlement de l'ajourner au 15 décembre, a provoqué l'une des plus graves crises politiques depuis des décennies dans le pays.

L'invalidation de ce report jeudi soir par le Conseil constitutionnel ouvre une nouvelle période de grande incertitude alors que de nouveaux appels à manifester ont été lancés pour vendredi et samedi.

M. Sall avait indiqué la semaine passée qu'il aviserait sur les conséquences qu'il tirerait d'une éventuelle invalidation du report par la juridiction. “Il est trop tôt pour moi de considérer cette perspective... Quand la décision sera prise, je pourrai dire ce que je ferai”, avait-il affirmé lors d’un entretien avec le média américain AP.

Le Conseil a constaté "l'impossibilité d'organiser l'élection présidentielle à la date initialement prévue" du 25 février, compte tenu du retard pris par le processus, et "invite les autorités compétentes à la tenir dans les meilleurs délais".

Il a réaffirmé le principe d'"intangibilité" de la durée de cinq ans du mandat présidentiel.

Le mandat du président Macky Sall expire officiellement le 2 avril. Elu en 2012 et réélu en 2019, le chef de l'Etat a donné sa parole qu'il ne se représenterait pas pour un troisième mandat.

Pour justifier le report de l'élection, il avait invoqué le "différend entre l'Assemblée nationale et le Conseil constitutionnel, en conflit ouvert sur fond d'une supposée affaire de corruption de juges".

A la demande de Karim Wade, dont la candidature a été invalidée, et qui a remis en cause l'intégrité de deux juges constitutionnels, une commission d'enquête parlementaire soutenue par le camp présidentiel a été créée sur les conditions de validation des candidatures.

Macky Sall a dit vouloir une élection incontestable, s'inquiétant du risque de nouveaux accès de violence après ceux de 2021 et 2023.
Libération d'opposants

Les manifestations contre le report de la présidentielle, interdites par les autorités, ont été réprimées et tout rassemblement a été empêché par des forces de sécurité déployées massivement et tirant du gaz lacrymogène. Trois jeunes hommes ont été tués et des dizaines d'autres ont été arrêtés depuis le début de la mobilisation.

Depuis l'annonce du report, l'opposition a crié au "coup d'Etat constitutionnel" et les partenaires occidentaux du pays ont affiché leur préoccupation. Macky Sall a affirmé sa volonté "d'apaisement et de réconciliation" et a proposé un dialogue au reste de la classe politique.

Jeudi, plusieurs opposants ont été libérés de prison. "La plupart de mes clients dans les dossiers montés pour des considérations politiques sont libérés", a indiqué Me Cheikh Koureissy Bâ, assurant que cela concernait plusieurs dizaines de détenus.

Selon une liste diffusée par un collectif de familles de détenus et un autre avocat qui suit ces dossiers, plusieurs figures du mouvement de contestation contre Macky Sall, également soutiens de la figure de l'opposition Ousmane Sonko, ont été relachés.

Parmi eux, Aliou Sané, coordinateur du mouvement "Y'en a marre", Djamil Sané, maire des Parcelles et plusieurs membres du parti d'opposition dissous Pastef.

En revanche, ni Ousmane Sonko, ni son second à la tête du parti Pastef, Bassirou Diomaye Faye, l'un des favoris du scrutin présidentiel, n'ont été libérés.

Plusieurs centaines de membres de l'opposition, plus d'un millier selon certaines organisations de défense des droits humains, ont été arrêtés depuis 2021 et la lutte de pouvoir qui oppose M. Sonko, mis en cause dans plusieurs procédures judiciaires, au chef de l'Etat.
Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR