Jeudi 18 Juillet, 2024 - 4:51 AM / Abidjan +33
Jeudi 18 Juillet, 2024 - 4:51 AM / Abidjan +33
Afrique

Kemi Seba piégé par la junte nigérienne à Niamey ?

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Kemi Seba piégé par la junte nigérienne à Niamey ?
Ce dimanche 02 juin, le panafricaniste Kemi Seba est revenu sur sa conférence de presse tenue il y a quelques jours à Niamey où il révélait la présence de milices françaises au sein de l’armée béninoise entraînées dans le but d’attaquer le Niger. Pour l’activiste, il aurait juste repris les informations à lui transmises par les autorités nigériennes.

Dans une vidéo ce 02 juin, Kemi Seba est revenu sur les circonstances de sa conference de presse le 13 mai à Niamey.

Sans la violence et la détermination qu’on lui connaît dans ses prises de parole et comme dans une sorte de regret dissimulé, Kemi Seba a tenté de s’expliquer ce dimanche sur son acte posé il y a quelques semaines à Niamey. 

En effet, au cours d’une conférence de presse, l’activiste franco-béninois avait souligné que « L’armée française a engagé des légionnaires, noirs de peau, qui se font passer pour des militaires béninois et qui forment une partie de la population qu’ils ont réussi à manipuler, à instrumentaliser et à faire croire que l’ennemi, c’étaient des pays qui, comme par hasard, s’opposaient à l’influence française. Des pays comme le Niger, des pays comme le Mali, des pays comme le Burkina Faso »

Dans sa video de ce dimanche publiée sur sa page Facebook, Kemi Seba est revenu sur comment les dites informations ont été transmises à lui et sa consœur, la camerounaise Nathalie Yamb, par les autorités nigériennes. Une grande première pour le franco-beninois qui d’ailleurs a emprunté un ton beaucoup plus doux par rapport à la verve dont il a toujours fait montre.

J’étais venu initialement à Niamey, invité par les autorités, en compagnie de ma grande sœur et meilleure amie dans cette lutte, la grande sœur Nathalie. Ils voulaient nous remercier pour notre combat et leadership panafricanistes en ce 21e siècle. Car nous avons des ennemis communs, nous avons une idéologie commune, nous voulons l’autodétermination de nos populations et la fin du pillage de nos ressources.

Profitant de cette invitation, Seba a plaidé pour la réouverture des frontières entre le Niger et le Bénin. Il a souligné qu’il était l’une des rares voix ayant l’opportunité d’être entendue par les autorités nigériennes.


 Cependant, la réponse qu’il a reçue fut ferme : les frontières ne peuvent pas être réouvertes. Les autorités nigériennes, sur la base de renseignements militaires, affirment que le Bénin sert de base arrière pour des opérations françaises visant à déstabiliser le gouvernement nigérien.

Des allégations graves et détaillées

A en croire Kemi Seba, le porte-parole du gouvernement nigérien, Colonel Amadou Abdraman, et le Premier ministre nigérien, Ali Lamine Zeine, leur ont présenté des données précises confirmant ces allégations. Ils ont révélé que dès la prise de pouvoir par le CNSP au Niger, le Bénin a accepté d’accueillir des contingents de l’armée française.

Ce que je vous dis là, ce n’est pas moi qui me suis levé pour inventer ces propos, ce sont les services de renseignement militaire nigérien qui nous ont transmis ces informations, à moi et Nathalie. Le porte-parole du gouvernement, Colonel Amadou Abdraman, un homme émérite et valeureux, ainsi que le Premier ministre du gouvernement nigérien, Ali Lamine Zeine, nous ont transmis ces informations, et nous avons pu lire de manière précieuse et précise toutes les données à notre disposition.

Seba conclut en soulignant que ces informations lui ont été transmises par les autorités nigériennes, et qu’il ne s’agit pas de spéculations. Il reste néanmoins optimiste quant à une éventuelle réouverture des frontières, tout en admettant que tant que le gouvernement béninois restera soumis aux intérêts français, la tension diplomatique entre les deux pays ne pourra pas être facilement résolue.

Piégé à Niamey ?

Kemi Seba, contrairement à ses habitudes, a plusieurs fois insisté dans sa vidéo sur le fait que les informations révélées lors de sa conférence de presse sont des informations qui lui ont été transmises par les autorités nigériennes et d’autres services de renseignement du sud global. « Ce que je vous dis là, ce n’est pas moi qui me suis levé pour inventer ces propos, ce sont les services de renseignement militaire nigérien qui nous ont transmis ces informations, à moi et Nathalie.« , reprend t-il à plusieurs reprises. Des informations qu’il livrera sans une poignée de reserve, sans aucune verification et sans au préalable demander la version de la partie béninoise tout en faisant croire lors de sa conférence de presse que les dites informations émanaient de lui.

Une posture de Kemi Seba qui soulève donc de nombreuses questions sur le jeu diplomatique complexe entre les nations africaines et leurs relations avec les puissances étrangères. Il est en effet possible que les autorités nigériennes aient utilisé la notoriété et l’influence de Seba pour légitimer leur position et justifier la fermeture des frontières. Cette stratégie pourrait avoir visé à renforcer leur position interne et externe en présentant des preuves de la collusion entre le gouvernement béninois et les intérêts français.

Kemi Seba, qui est généralement connu pour sa capacité à anticiper les coups et à agir avec prudence, semble avoir été pris au dépourvu. 

Son insistance sur le fait que les informations ne provenaient pas de lui mais des autorités nigériennes indique une tentative de se distancer des implications de ses déclarations. Cela suggère une reconnaissance, peut-être implicite, qu’il a été utilisé à son insu. Cette situation inhabituelle pour un leader aussi averti que Seba pose la question de savoir comment il a pu se retrouver dans une telle galère.

Les répercussions sur la crédibilité de Kemi Seba

Cette affaire pourrait avoir des répercussions sur la crédibilité de Kemi Seba en tant que leader panafricaniste. En relayant des informations aussi sensibles sans un minimum de précaution et sans consulter les parties concernées, il risque de donner l’impression d’avoir été naïf ou manipulé. 

Cela pourrait affecter sa réputation et son influence dans le mouvement panafricaniste, surtout s’il est perçu comme ayant servi involontairement les intérêts d’un gouvernement plutôt que ceux des peuples africains.
Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR