Mercredi 17 Juillet, 2024 - 11:42 PM / Abidjan +33
Mercredi 17 Juillet, 2024 - 11:42 PM / Abidjan +33
Afrique

Le groupe Nestlé accusé d’ajouter du sucre dans le lait infantile vendu dans les pays pauvres

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Lait infantile
Nestlé, poids lourd de l’alimentation infantile au niveau mondial, se targue de ne pas ajouter de sucre dans ses préparations pour bébés distribués en Europe. Dans de nombreux pays à revenus plus faibles, ses produits contiennent en revanche du sucre ajouté à très large échelle.

En Afrique du Sud, les céréales pour bébé Cerelac, un produit destiné aux enfants dès six mois vendu par Nestlé, contiennent six grammes de sucre par portion, soit l’équivalent d’un carré et demi avec chaque repas. Sur le paquet du produit équivalent en Suisse, la mention "sans sucre ajouté" figure pourtant au premier plan de l’emballage.

Deux poids, deux mesures: c’est ce que dénonce l’organisation Public Eye dans un rapport révélé en primeur mardi par l’émission A Bon Entendeur de la RTS.

Les pays à faibles revenus visés


L’organisation et le Réseau international d’action pour l’alimentation infantile ont fait analyser la composition d’une centaine d’aliments pour bébé vendus par Nestlé dans le monde entier.

Les conclusions de cette enquête sont sans équivoque: si la multinationale veveysane a pratiquement renoncé aux sucres ajoutés en Europe, elle en use à très grande échelle dans les produits bébés destinés à des pays à plus faibles revenus. Et ce alors que l’OMS recommande de limiter drastiquement l’apport de sucre dans l’alimentation des jeunes enfants, afin notamment de lutter contre l’obésité.

"En ajoutant des sucres dans ces produits, l’unique objectif de Nestlé – et d’autres industriels aussi – c’est de créer une accoutumance ou une dépendance des enfants, parce qu'ils aiment le goût sucré", dénonce Laurent Gaberell, co-auteur de l’enquête de Public Eye. "Et donc, si les produits sont très sucrés, ils vont en redemander à l’avenir."

Sur les 78 produits de la marque Cerelac achetés en Afrique, en Amérique latine et en Asie, 75 contenaient du sucre ajouté. Avec une moyenne de 4 grammes, soit un carré de sucre, par portion. Aux Philippines, ce niveau grimpe même à 7,3 grammes par portion pour l’un des produits de l’échantillon destiné à être donné deux fois par jour à des bébés dès 6 mois.


Utilisation de sucrose et de miel


Les produits de la marque Nido, distribués dans de nombreux pays, sont aussi concernés. "Nestlé n’hésite pas à mettre en avant le fait que ces produits sont 'sans sucrose', alors qu’ils contiennent du sucre ajouté sous forme de miel. Or le miel et le sucrose sont tous deux considérés par l’OMS comme des sucres qui ne doivent pas être ajoutés aux aliments pour bébés", écrit Public Eye.

"Nestlé l’explique d’ailleurs très bien dans un quiz didactique: remplacer le sucrose par du miel ne présente 'aucun avantage scientifique pour la santé', car tous deux peuvent contribuer 'à la prise de poids, voire à l’obésité'."


Interrogé sur ces pratiques, Nestlé répond de façon générale: "Toutes nos recettes sont conformes aux lois internationales et locales, y compris les exigences sur l’étiquetage". La multinationale ajoute encore que "de légères variations dans les recettes selon les pays dépendent de plusieurs facteurs, notamment des lois, sans compromettre la qualité de nos produits."


Une stratégie marketing


L’enquête pointe également du doigt le marketing du géant de l’agroalimentaire, qui flirte avec les allégations de santé. Sur un paquet de Mucilon vendu au Brésil (soit l’équivalent de Cerelac), il est écrit "contribue à l’immunité et au développement cérébral".

Et la stratégie ne s’arrête pas là, selon Laurent Gaberell. "Un des aspects clés de la stratégie marketing de Nestlé, c'est ce qu'on appelle le marketing médical. Il s’agit d'embarquer des professionnels de la santé dans la promotion directe ou indirecte de leurs produits", explique-t-il. "On a vu par exemple le cas d'une nutritionniste au Panama qui, sur les canaux en ligne, recommande le produit Nido 1+, celui-là même qui contient pourtant presque deux carrés de sucre par portion."

Là encore, Nestlé affirme respecter le cadre légal des différents marchés sur lesquels ses produits sont distribués. "Nous nous conformons à toutes les réglementations applicables dans tous les pays où nous opérons et nous avons mis en place des procédures strictes pour garantir nos communications", se défend la multinationale.
Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR