Vendredi 24 Mai, 2024 - 1:17 AM / Abidjan +33
Vendredi 24 Mai, 2024 - 1:17 AM / Abidjan +33
Afrique

Mali: la junte interdit aux médias de couvrir les partis politiques

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Mali: la junte interdit aux médias de couvrir les partis politiques
La junte au pouvoir au Mali a continué jeudi à sévir contre toute forme de contradiction en faisant interdire aux médias de couvrir les partis politiques après avoir suspendu les activités de ces derniers la veille.

Les colonels qui ont renversé le président civil Ibrahim Boubacar Keïta en 2020 ont décrété mercredi la suspension "jusqu'à nouvel ordre" des activités des partis et des associations à caractère politique, coupables selon eux de "subversion".

La Haute autorité de la communication (HAC) a emboîté le pas du chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, signataire du décret visant les partis.



La HAC "invite tous les médias (radios, télés, journaux écrits et en ligne) à arrêter toute diffusion et publication des activités des partis politiques et des activités à caractère politique des associations", dit-elle dans un communiqué.

La HAC ne précise pas à quoi s'exposeraient les médias qui contreviendraient.

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme s'est dit "profondément préoccupé" par la suspension des activités des partis. Le décret "doit être immédiatement abrogé", a-t-il dit sur le réseau social X.



L'organisation de défense de la presse Reporters sans frontières a dénoncé l'interdiction faite aux médias comme "une mesure de censure qui s'inscrit dans le continuum du musèlement" de l'information pratiquée selon elle sous la junte.

Ce nouveau tour de vis a suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux, bien que l'opposition soit dans une large mesure condamnée au silence au Mali.



La Maison de la presse, organisation non-gouvernementale de tutelle parlant au nom d'une

partie de la profession, a appelé la presse "à ne pas se soumettre aux injonctions de la HAC". - Actes de "subversion" -

L'éphémère ancien Premier ministre Moussa Mara (2014-2015) a demandé aux autorités de revenir sur leur décision de suspension, un "recul majeur" qui "n'augure pas de lendemains apaisés".

Le président du parti Convergence pour le développement du Mali (Codem), Housseini Amion Guindo, a appelé à la "désobéissance civile jusqu'à la chute du régime illégal et illégitime". Mohamed Chérif Koné, magistrat entré en rébellion contre la junte et radié, a lui aussi prôné la désobéissance civile. "Hors de question de laisser la dictature prospérer", a-t-il écrit. Le gouvernement est "disqualifié" pour parler au nom du Mali depuis le 26 mars 2024, a-t-il dit.



Les colonels s'étaient engagés, sous la pression de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cedeao), à céder à cette date à des civils élus la direction de ce pays confronté au jihadisme et plongé dans une profonde crise multidimensionnelle depuis 2012. Ce jalon vient d'être franchi sans que les militaires ne partent, ni ne donnent une nouvelle échéance. Ils avaient déjà manqué à l'engagement d'organiser la présidentielle en février.



La junte a accusé les partis de multiplier "les actions de subversion" en dénonçant le non- respect du calendrier ou en critiquant le dialogue national pour la paix lancé le 31 décembre par le colonel Goïta. La poursuite de la lutte contre les groupes armés jihadistes et indépendantistes touareg ne s'accommode pas de "débats politiques stériles", a dit le porte- parole du gouvernement, le colonel Abdoulaye Maïga.

L'opposition est réduite à l'impuissance par les mesures coercitives, les mises en cause judiciaires, les dissolutions d'organisations, les restrictions à la liberté de la presse et la pression du discours dominant sur la nécessité de faire corps autour de la junte face à une multitude de défis.

Plusieurs partis et organisations de la société civile se sont cependant émus dans une rare déclaration commune le 31 mars du "vide juridique et institutionnel" laissé après le 26 mars et ont réclamé des militaires la tenue de la présidentielle "dans les meilleurs délais".

Depuis sa prise du pouvoir consolidée par un second putsch en mai 2021, la junte a multiplié les actes de rupture, et s'est tournée militairement et politiquement vers la Russie.



A la suite du Mali, des militaires se sont emparés du pouvoir chez les voisins sahéliens du Burkina Faso en 2022 et du Niger en 2023. Les trois pays en proie au jihadisme ont forgé une alliance et décidé de quitter la Cedeao.

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR