Jeudi 18 Juillet, 2024 - 5:36 AM / Abidjan +33
Jeudi 18 Juillet, 2024 - 5:36 AM / Abidjan +33
News

Côte d’Ivoire : nouvel appel d’une communauté musulmane suite à la démolition d’une mosquée

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Côte d’Ivoire : nouvel appel d’une communauté musulmane suite à la démolition d’une mosquée
Sur l’espace de leur mosquée, détruite, les fidèles musulmans de la Riviera Akouédo-Palmeraie, dans l’Est d’Abidjan, ont pris part ce vendredi 7 juin 2024, à la prière de 13 heures sous une bâche.

Plusieurs dizaines de fidèles de la communauté musulmane de la Riviera Akouédo-Palmeraie (Comurap), visiblement contrits, ont prié à quelques encablures des débris de l’édifice religieux, dans l’espoir d’obtenir un passe-droit sur le site.

El Hadj Idrissa Touré, le président de la communauté, a après la prière de 13 heures, fait un plaidoyer auprès du ministre de la Construction, du logement et de l’urbanisme, en vue de l’octroi d’un titre foncier de ce lieu de prière.

Dans une déclaration, face aux caméras, il requiert de la part du ministre ivoirien de la Construction, du logement et de l’urbanisme, le déclassement de leur parcelle de terrain, une emprise administrative, en vue de son plein emploi.

Le site, cédé en 2009 par la communauté villageoise d’Akouédo, est en réalité une réserve administrative, qui pour son plein usage nécessite au préalable une procédure de main levée ou encore un déclassement de la part des autorités compétentes.

« Nous lançons un appel de détresse au ministre de la Construction. Nous sommes la seule mosquée du vendredi à partir du Carrefour Feh Kessé jusqu’à Abatta, nous souhaiterions que les autorités nous aident à ce qu’on trouve une solution à notre situation », a plaidé El Hadj Idrissa Touré.

L’édifice religieux, situé sur un îlot de six lots et bâti sur une superficie de 950 m2, a été détruit le 28 mai 2024. Le président de la Comurap renseigne que les autres lots concernés par ce problème ont pu obtenir gain de cause de la part des dirigeants précédents.

« Nous demandons que le ministre de la Construction, du logement et de l’urbanisme ait pitié de nous. Nous sommes dans le même cas que d’autres propriétaires qui ont obtenu leur déclassement », a insisté El Hadj Idrissa Touré.

Par ailleurs, la communauté religieuse subissant une mauvaise perception de la part du voisinage, dit avoir des propositions à soumettre au ministre pour la bonne cohabitation, ou encore étant elle-même disponible à en recevoir.

« Dans les quartiers, il y a des réserves administratives faites pour accueillir les équipements sociaux, tels que les écoles et les centres de santé. Nous y sommes également éligibles en tant que communauté religieuse », a partagé le président du Comurap.

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR