Faits Divers

Vierge à 35 ans, elle révèle ce qu’elle attend avant d’avoir des rapports s3xuels

  • Source: : Web-News | Le 07 août, 2022 à 09:08:47 | Lu 297 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Vierge à 35 ans, elle révèle ce qu’elle attend avant d’avoir des rapports s3xuels

Sonali Chandra est vierge à 35 ans et a l’intention de rester ainsi jusqu’à son mariage. La jeune femme est fière de son statut et refuse de se soumettre aux pressions de la société.

Sonali Chandra a partagé son histoire avec la célèbre journaliste Jane Ridley.

« Mes collègues parlent souvent de leurs diverses aventures. Je ne participe jamais à la conversation », commence-t-elle.

« J’ai 35 ans et je tiens à garder ma virginité avec fierté. J’ai besoin d’une bague à mon doigt avant de la perdre. Je serais dévastée si j’allais contre mes principes pour une aventure d’un soir. Ce n’est pas parce que j’ai peur – même si je sais que les premiers rapports s3xuels peuvent être douloureux. Mais les amis avec intérêts et les relations sans attaches ne sont pas pour moi. Je suis à la recherche de mon âme sœur.

En tant qu’Américaine indienne moderne de première génération, je suis heureuse de défendre les valeurs traditionnelles du pays où mes parents ont grandi. Le s3xe avant le mariage est tabou en Inde. Ma mère et mon père ne parlaient jamais de s3xe quand je grandissais. Ma sœur et moi aimions regarder les films de Bollywood dans les années 1990 et au début des années 2000. Les films ne montraient pas de couple qui s’embrasse, mais les acteurs avaient le droit de se tenir la main.

Il n’y avait pas de décolletés, pas de maquillage et pas de rencontres avec des garçons lorsque j’étais au collège. Je n’assistais pas au bal de fin d’année. La seule fois où je me suis habillée, c’était pour les récitals de danse. J’ai fait de la danse indienne pendant des années et j’ai participé à des concours de talents au lycée. Les gens étaient choqués parce que j’étais l’intello de la classe qui portait des lunettes et un appareil dentaire.

J’ai vécu avec ma famille pendant mes années à l’université Rutgers, où j’ai étudié la finance. Mon père disait : ‘Qu’est-ce qui se passe sur les campus universitaires ? Les jeunes couchent-ils à droite et à gauche ?’ Il m’a parlé de ses plans pour mon mariage arrangé sur le chemin du retour après la remise de mon diplôme en 2009. J’avais 23 ans et je me disais : ‘Tu ne m’as jamais laissé avoir un petit ami.’ Il m’a dit : ‘Je vais te trouver quelqu’un. Il y a toutes sortes de sites matrimoniaux indiens en ligne.’ J’ai dit non, merci.

Mon père voulait que je mette mon profil de rencontre sur des sites pour célibataires d’origine indienne. Papa a décidé de trouver quelqu’un en Amérique qui avait de fortes valeurs indiennes. Il essayait de me présenter des médecins et des avocats dans notre État du New Jersey. Mais je ne les ai jamais rencontrés. Je ne faisais pas confiance à mon père pour me choisir un mari. Il aurait voulu quelqu’un comme lui. Le mariage de mes parents – qui a été arrangé en Inde – était difficile.

Je ne voulais pas publier mon profil sur des sites comme Bengalimatrimony.com. Je détestais l’idée de la gratification instantanée. C’était un choc culturel de sortir avec des hommes à Manhattan, où je travaillais à Wall Street entre le milieu et la fin de la vingtaine. Les hommes avaient de l’attirance pour moi, mais je me rendais compte que tout ce qu’ils voulaient, c’était m’emmener au lit. S’ils avaient l’intention de m’utiliser pour le s3xe et de disparaître le lendemain matin, j’aurais été mortifiée.

J’ai eu mon premier baiser à l’âge de 26 ans, et c’était extraordinaire. Les choses ne sont pas allées plus loin. Je pense que la romance n’a pas abouti à cause de mes convictions. Il y a quatre ans, j’ai rencontré un autre homme que j’aimais vraiment. Un soir, nous prenions un verre dans un bar d’hôtel et il voulait louer une chambre. Je lui ai dit que ce serait ma première fois. Il m’a dit : ‘Tu mérites quelqu’un qui sera toujours là pour toi, mais je ne peux pas être là pour toi.’ Il n’a plus répondu à mes appels téléphoniques ou à mes textos après cette rencontre. Ça a renforcé ma théorie selon laquelle je ne pouvais pas coucher avec un homme qui n’est pas sérieux.

En 2017, j’ai déménagé à Los Angeles, où je travaille comme responsable de l’accueil dans une salle de sport Equinox. Je me suis dit : ‘J’en ai assez de ces jeux – je vais épouser ma carrière.’ Je suis sortie avec neuf hommes dans ma vie. Chacun d’entre eux s’est avéré être un con. Ils m’ont invitée à sortir parce que je suis belle, mais après que je leur ai parlé de mes normes élevées et de ma morale, ils ont disparu. Trois d’entre eux m’ont demandé en mariage parce qu’ils avaient besoin d’un visa pour travailler en Amérique. J’ai trouvé cela assez drôle, et cela m’a donné de la matière pour le stand-up que je fais depuis janvier. Je me moque du fait que je suis un millénaire et que je suis encore vierge. Je plaisante sur le fait qu’en Inde, on dit : ‘La façon dont tu danses montre comment tu fais l’amour’. Je suis une excellente danseuse, donc je sais que je serais bonne au lit Néanmoins, j’ai besoin de compagnie. Je verse des larmes de solitude. Au cours de la dernière décennie, je passé tous mes anniversaires et toutes mes vacances seule. Je me demande si je me marierai un jour parce que les hommes ont tellement peur de mes valeurs. Je ne comprends pas vraiment pourquoi. Quand je grandissais, la virginité était une vertu.

Quant à mon père, il a honte que je n’aie toujours pas de mari. Nous avons eu une réunion de famille en mars à l’occasion des funérailles de ma grand-mère à New Delhi. Papa a menti à tout le monde et a dit que je m’étais mariée aux États-Unis.

On se moque des gens comme moi, mais j’aimerais inspirer et motiver non seulement les jeunes femmes, mais aussi les hommes. »


Auteur: Afrikmag - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]