International

Victoire de Biden : pourquoi une transition difficile est un "risque" pour la sécurité des États-Unis

  • Source: : Web-News | Le 19 novembre, 2020 à 14:11:37 | Lu 358 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Victoire de Biden : pourquoi une transition difficile est un "risque" pour la sécurité des États-Unis

"Que devient le président élu si une bombe explose pendant l'inauguration ?"

 Cette question, selon le New York Times, est posée en janvier 2009 par Hillary Clinton à Condoleezza Rice, alors chef de la diplomatie américaine. 

 Cette scène à la Maison Blanche quelques heures avant la prestation de serment de Barack Obama est le reflet du travail de collaboration entre les administrations sortante et entrante de George W. Bush et les menaces à la sécurité nationale que les deux avaient à l'esprit. 

Il semble désormais peu probable qu'une telle rencontre puisse avoir lieu entre l'équipe du président élu Joe Biden et celle de Donald Trump, qui refuse de reconnaître la victoire de son rival à l'élection du 3 novembre.

 

Traditionnellement aux États-Unis, les transferts de pouvoir entre administrations sont généralement amicaux, mais même dans ce cas, il s'agit d'un processus complexe.

D'autant plus dans le contexte actuel où le président sortant ne reconnaît pas le président entrant.

"Davantage de gens pourraient mourir si nous ne coordonnons pas nos efforts", a déclaré M. Biden lundi à propos de la crise sanitaire à laquelle le pays est confronté en raison du coronavirus et du refus de la Maison Blanche de coopérer avec l'équipe que le président élu a créée pour faire face à la pandémie.

En outre, un travail conjoint au Congrès entre les Démocrates et les Républicains est urgent pour l'approbation d'un paquet d'aide, surtout étant donné la possibilité d'une chute partielle de l'économie si la situation créée par le Covid-19 continue de s'aggraver.

Jusqu'à lundi, Biden, qui connaît bien la Maison Blanche et les mécanismes du gouvernement après ses huit années de vice-présidence, avait minimisé l'absence de travail conjoint.

Mais le temps passe et les urgences s'accumulent. Et bien que la pandémie soit le principal défi, elle n'est pas la seule.

"Risque"

"Chaque jour qui passe, le manque d'accès aux opérations classifiées met en danger les intérêts de la sécurité nationale du peuple américain", a averti la semaine dernière Yohannes Abraham de l'équipe de transition de Biden.

La plupart des politiciens républicains gardent le silence ou soutiennent la remise en cause du résultat des élections par M. Trump pour des fraudes présumées dont il n'existe aucune preuve.

Mais certains, comme le sénateur Chuck Grassley, ont déjà déclaré publiquement que Biden devrait recevoir les rapports secrets de l'administration Trump.


Chaque jour, le président reçoit un rapport contenant les dernières informations des agences de renseignement que le président sortant autorise traditionnellement à partager avec les élus.

Ensuite, il y a les informations classifiées, auxquelles l'équipe de transition a généralement accès.

Pour que la CIA puisse le partager, la loi stipule que Trump doit reconnaître Biden comme président.

Cette reconnaissance se fait par l'intermédiaire de la General Services Administration (GSA), un organisme gouvernemental discret chargé de la bureaucratie fédérale qui doit certifier que Biden est le gagnant.

Il s'agit généralement d'une simple formalité, mais jusqu'à présent la GSA ne l'a pas fait, refusant à Biden non seulement l'accès à des informations classifiées, mais aussi à des ressources financières.

La GSA est dirigée par Emily W. Murphy, qui a été nommée par Trump.

Robert O'Brien, le conseiller en sécurité intérieure chargé de coordonner toutes les questions de sécurité avec la Maison Blanche, a promis lundi une transition en douceur qui est actuellement en cours.

"Il y a toujours eu des transitions pacifiques et réussies, même dans les moments les plus conflictuels", dit-il lors d'un forum sur la sécurité mondiale.

"S'il est déterminé que Joe Biden et Kamala Harris ont gagné, et c'est ce qui semble évident, nous aurons une transition très professionnelle du Conseil de sécurité nationale, sans aucun doute", ajoute-t-il sur un ton rassurant.

Comme en 2000

George Bush et Bill Clinton.
Légende image,

La courte transition entre les administrations Clinton et Bush a peut-être influencé les attaques du 11 septembre 2001.

Les frictions actuelles entre les gouvernements sortant et entrant rappellent celles de 2000, lorsque la victoire étroite de George W. Bush sur Al Gore a été confirmée près de 40 jours après l'élection.

Et ce retard, puis une transition accélérée entre les administrations de Bill Clinton et de Bush sont des facteurs qui ont pu influencer les attentats du 11 septembre 2001.

"La transition tardive du président Clinton à George W. Bush a conduit à un échec de la préparation de la sécurité nationale", peut-on lire dans le rapport du comité du Congrès qui a analysé les circonstances des attentats du 11 septembre 2001, qui ont fait près de 3 000 morts sur le sol américain.

Le retard "empêche la nouvelle administration d'identifier, de recruter, d'approuver et d'obtenir la confirmation du Sénat pour les personnes clés" dans le domaine de la sécurité, souligne la commission, qui avertit que la prévention de futures perturbations dans le changement de pouvoir était une question de profond d'intérêt national.

"La commission estime que s'il y avait eu une transition et une coopération plus longues, il y aurait peut-être eu une meilleure réponse ou peut-être même empêché l'attaque", souligne Andy Card, l'ancien chef de cabinet de Bush, à CNBC il y a quelques jours.

"C'est très grave",juge-t-il, en demandant à Trump de faciliter le changement de commandement.

Card est l'homme qui a donné à Bush les premières nouvelles de ce qui se passait en ce 11 septembre. "Les États-Unis sont attaqués", avait-il chuchoté au président, comme le montre cette image de ce jour-là.

Andy Card y George Bush.

"Nos adversaires cherchent à tirer profit de l'Amérique pendant les transitions. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire", insiste M. Card dans le Washington Post.

Des conséquences réelles

"Plus la paralysie dure, plus le risque de conséquences réelles est grand, car la nouvelle équipe de sécurité peut être confrontée à des situations auxquelles elle n'est pas préparée", explique Gordon Corera, correspondant de BBC Security.

"Il y a un risque que d'autres pays cherchent à profiter de cette période d'incertitude, par exemple l'Iran, qui pourrait vouloir se venger de l'assassinat du général Qasem Soleimani en janvier", ajoute-t-il.

Le démocrate Roger Krishnamoorthi, qui siège à la commission de sécurité du Congrès, augmente le nombre de menaces possibles en parlant de "70 groupes terroristes visant les Etats-Unis", en plus de citer "les Iraniens, les Chinois, les Nord-Coréens et même les Russes".

"Tout le monde cherche des occasions d'exploiter nos faiblesses", explique-t-il lors d'un dialogue avec la radio publique NPR.

Changements de personnel

Soldados
Légende image,

El gobierno Trump anunció la retirada de tropas de Afganistán e Irak.

Les décisions que M. Trump pourrait prendre au cours des dernières semaines de son mandat suscitent également des inquiétudes.

Il a remplacé le secrétaire à la défense Mark Esper la semaine dernière et pourrait faire de même pour la directrice de la CIA Gina Haspel.

Même Chris Wray, le directeur du FBI, n'a pas l'emploi assuré.

L'administration Trump a annoncé mardi le retrait de 2 500 soldats d'Irak et d'Afghanistan, une mesure que certains hauts responsables de la sécurité ne partagent pas pour l'instant car elle comporte des risques.

Mardi, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique Nord), avertit que le retrait des troupes "trop tôt" pourrait avoir un "prix élevé".

Et même le secrétaire Esper n'était pas d'accord. Mais il y a peut-être plus que cela.

"La communauté de sécurité nationale a toujours été dans la ligne de mire du président Trump, qui l'a accusée de faire partie de l'État profond et de conspirer contre lui", souligne M. Corera.

Mark Esper y Donald Trump
Légende image,

Trump despidió hace unos días al secretario de Defensa Mark Esper.

Ces derniers mois, explique le journaliste de la BBC, le président a cherché à faire déclassifier des informations qui nient l'ingérence russe dans les élections de 2016. Trump pense qu'il a en quelque sorte délégitimé sa victoire et sa présidence.

Il n'est pas non plus convaincu que Hunter Biden, le fils de son rival, n'a pas fait l'objet d'une enquête pour ses affaires à l'étranger.

Outre les licenciements potentiels, il y a les nouvelles nominations.

Selon M. Corera, "on craint que l'équipe de M. Trump n'essaie de faire entrer dans le système de sécurité nationale des personnes qui peuvent encore jouer un rôle après le 20 janvier", date de la fin du mandat de l'actuel président.


Auteur: Bbc Afrique - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]