Contentieux électoral/ 30 millions » versés aux avocats français du Pdci ? Voici ce que dit Jean-Louis Billon

  • Source: : Web-News | Le 09 novembre, 2018 à 10:11:23 | Lu 1225 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d-illustration

Quel est le montant des honoraires versés par le Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda) aux avocats français requis par ce parti pour défendre les dossiers du contentieux électoral des scrutins couplés (régionales et municipales) du 13 octobre 2018 ? 30 millions de F Cfa, comme avancent des adversaires politiques du parti de Bédié ? Comment ont-ils été recrutés ? Qui a financé l’opération ? De gracieux donateurs du Pdci en Europe, le président du parti, les militants et cadres Pdci de la diaspora ? Pour l’heure, personne ne peut répondre, avec une certitude et une conviction établies, à ces questions. Y compris dans la haute sphère du parti.

 Jean Louis Billon, Secrétaire exécutif chargé de la communication, de l’information et de la propagande du Pdci-Rda, que nous avons interrogé, le mardi 6 novembre 2018, a donné une réponse type, qui est loin de couper court aux spéculations. D’abord, il réfute catégoriquement avoir financé, à hauteur de 30 millions de F Cfa sur fonds propres cette opération. « Non, ce n’est pas exact », a-t-il répondu. Mais, lorsque nous lui reposons la question de savoir si « les honoraires des avocats français s’élèvent à 30 millions comme le laissent croire les adversaires du Pdci », il déclare : « Personne n’en sait rien, en réalité ».

L’affaire reste, pour l’heure, au stade d’un gros serpent de mer…   Le Pdci a fait débarquer, à Abidjan, Emmanuel Massigny et Romain Dupeyre, deux avocats français, pour prendre en main la défense des dossiers du contentieux devant la Chambre administrative de la Cour suprême. Au siège du Pdci, ces deux « génies » du barreau de Paris et de New York, dont le background donne du tournis,

ont dénoncé « des fraudes caractérisées et avérées » à l’endroit de leurs clients, lors des élections municipales et régionales du 13 octobre 2018. « Au regard des informations et des pièces qui nous ont été communiquées, il y a effectivement des faits de fraudes caractérisés et avérés », avait dit, au siège du Pdci à Cocody, Romain Dupeyre, avocat au barreau de Paris et de New York. Certains pourraient craindre que la justice ne fonctionne pas ou qu’elle se montre partiale, mais « il est hors de question de faire quelque procès d’intention que ce soit, il y a des fraudes avérées, il y a la loi qui prévoit des recours, le Pdci se place dans un processus de légalité, et il ira jusqu’au bout », a-t-il ajouté. « Quand les décisions seront rendues, nous verrons leur motivation, et à partir de là, nous pourrons en tirer les conséquences en fonction, mais nous avons confiance en la justice ivoirienne, et nous sommes sereins parce que nous avons des dossiers extrêmement solides », a fait savoir Me Dupeyre. « Des fraudes avérées et extrêmement graves ayant pour certaines, amené jusqu’à la mort d’hommes, ont fait que le Pdci, accompagné par ses avocats historiques, ont souhaité donner à ce contentieux, une dimension internationale, c’est la raison pour laquelle nous sommes venus (les) appuyer et aider », avait souligné, pour sa part, Me Massigny. En toile de fond, « faire respecter la loi électorale », dans la perspective des échéances présidentielles de 2020. « Ce qui s’est passé mérite qu’un regard international soit porté, et que surtout la justice de ce pays fonctionne et constate les irrégularités constatées », afin que « la Côte d’Ivoire puisse, sans aucune difficulté, préparer les prochaines échéances dans le plein respect de la loi », a-t-il renchéri. « Dans ces élections qui, malheureusement pour certaines, leur ont été volées », le Pdci veut « faire en sorte que les Ivoiriens puissent s’exprimer normalement de manière démocratique », a poursuivi Me Massigny. Ils avaient mis en relief la commune du Plateau où, selon eux, « les observateurs internationaux ont pu constater des irrégularités qui ont fait que les résultats faux qui allaient être proclamés ne l’ont pas été », a-t-il fait remarquer, justifiant ainsi leur présence. Ces avocats français du Pdci, dont on ignore aujourd’hui les honoraires, comptent, à les écouter, « apporter avec beaucoup d’entrain et de vigueur ( leurs), compétences juridiques pour faire en sorte que ce combat judiciaire soit loyal, et qu’il permette aux candidats malheureux du Pdci de recouvrer la légitimité qui leur a été donnée par les urnes ».

Il faut dire que le Pdci a marqué un grand coup politico-juridique dans ce dossier, en prenant au dépourvu le Rhdp, avec ces avocats internationaux. L’opération a été d’autant plus sécurisée qu’au sommet du parti, d’illustres personnalités dont Billon, disent n’avoir aucune idée des sommes sorties des caisses du parti. Le recrutement de ces avocats internationaux vient aussi symboliser la volonté affichée de Bédié d’aller jusqu’au bout, dans son combat pour le retour du Pdci au pouvoir en 2020, avec ou sans le Rhdp.

 

Auteur: Linfodrome - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]