Yamoussoukro : La police démantèle un réseau de contrefaçon de médicaments à partir de drogues

  • Source: : Web-News | Le 24 mai, 2018 à 09:05:00 | Lu 982 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Yamoussoukro : La police démantèle un réseau de contrefaçon de médicaments à partir de drogues

Le vendredi 18 mai dernier, des éléments de la Direction de la police des stupéfiants et des drogues (DPSD) ont démantelé un gang de fabricants de médicament fait à base de drogue et de kaolin, à Nanan, village situé dans la commune de Yamoussoukro, non loin du corridor sud.

Selon plusieurs sources, c’est un appel téléphonique anonyme qui a permis aux éléments de la DPSD de mettre la main sur ce réseau. Ce sont trois personnes dont, N’Guessan N’Goran Christiane, surveillante des stocks, Koffi Adjoua Sonia, 18 ans, fabricante et Koffi Aya Amandine, 28 ans, chargée de faire le décompte des produits fabriqués, qui ont été interpellées. Elles étaient toutes présentes sur le lieu indiqué par la source anonyme.

Le capitaine Konan Paulin, le chef (d’antenne régionale de la DPSD ) a expliqué comment cette opération a été menée :  

« Suite à une information anonyme faisant état de l’existence d’un laboratoire de contrefaçon de médicaments pharmaceutiques, nous nous sommes rendus sur le terrain dans le village de Nanan à proximité du corridor Sud. Nous avons effectivement constaté l’existence de ce laboratoire qui sert à contrefaire des médicaments à partir de comprimés et de drogues synthétiques comme Ephédrines, Diazépam et d’autres médicaments pharmaceutiques comme Vegera ».

Ce sont des mélanges assez curieux que ces chimistes improvisés effectuent avant de mettre leurs produits dans les circuits de vente : « Les contrebandiers écrasent ces drogues synthétiques et comprimés dans du mortier. Ils les mélangent avec du kaolin, des tisanes et font des portions dans des emballages avec des étiquettes qu’ils revendent dans les grandes villes ou dans les cars », a expliqué le capitaine Konan Paulin. 

Il a poursuivi en ajoutant qu’en plus des médicaments contrefaits, ces individus avaient en leur possession des drogues synthétiques interdites.

Le cerveau de ce réseau de fabrication de médicament a pris la poudre d’escampette à la vue des forces de l’ordre. Quant aux trois femmes arrêtées, elles seront mises à la disposition du tribunal de Toumodi (ville située au centre de la Côte d’ivoire). « Une enquête est en cour pour mettre la main sur toute les personnes impliquée dans cette affaire » a conclu le chef chef d’antenne régionale de la DPSD ).

 

Auteur: Regionale Info - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]