Dimanche 21 Avril, 2024 - 2:00 PM / Abidjan +33
Dimanche 21 Avril, 2024 - 2:00 PM / Abidjan +33
Afrique

Lecornu et Colonna attendus à Djibouti pour négocier le renouvellement du traité de coopération

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Lecornu et Colonna attendus à Djibouti pour négocier le renouvellement du traité de coopération
Les ministres français des Armées et des Affaires étrangères sont ce jeudi à Djibouti. 

Sébastien Lecornu et Catherine Colonna doivent poursuivre les négociations débutées en mai sur le renouvellement du traité de coopération en matière de défense, datant des années 1970 mais renouvelé en 2014. Il arrive à échéance et les deux pays ont décidé d’en revoir les termes.

 En jeu : la présence des 1500 soldats français sur place et de leur base qui projette les forces françaises dans toute la région. Et a priori, les deux pays semblent sur la même longueur d’onde.

Pour l'instant, les négociations semblent sans accroc. Une source parle d’un dialogue « ouvert, apaisé, sans aucun drame » Les parties sont d'accord pour maintenir cette base « cruciale pour la France », indique Sonia Le Gouriellec, chercheuse en sciences politiques. 

« Elle sert d’entraînement. Elle se trouve à un carrefour stratégique. Les évacuations des Français du Soudan ont été pilotées depuis Djibouti ». Sonia Le Gouriellec pointe les incidents maritimes avec les rebelles Houthis du Yémen ou encore la forte concurrence des Russes et des Chinois pour justifier la présence française en mer Rouge.

Néanmoins, la visite ne devrait pas aboutir à une signature définitive, avec des points encore en négociation. Les Djiboutiens souhaitent par exemple augmenter le loyer, estimé à 30 millions d’euros annuels, auquel s’ajoutent des facilités fiscales et douanières. « Vu ces exonérations, c’est un manque à gagner pour nous. Il est donc légitime de revoir à la hausse, d’autant que le loyer français est inférieur à celui des autres », indique Daoud Houmed, porte-parole de la majorité présidentielle.

Par besoin d'espace, les autorités locales souhaitent aussi récupérer au moins une partie de la presqu’île du Héron, où se trouve la base. La France dit comprendre, mais attend que tout changement fasse stratégiquement sens. 

D'autant que l'accord procure sécurité, formations et équipement militaire à Djibouti. Daoud Houmed estime lui que la souveraineté territoriale djiboutienne doit être respectée dans cette « zone trouble, avec une insécurité permanente pour la navigation ».

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR