Cameroun: La journaliste Mimi MEFO incarcérée à la prison de New-Bell

  • Source: : Web-News | Le 08 novembre, 2018 à 12:11:14 | Lu 104 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Image d'illustration

La rédactrice en chef de langue anglaise de la radio et télévision Equinoxe Mimi MEFO a passé sa première nuit à la prison de new-bell. Elle a été arrêtée, mercredi 07 Novembre 2018, et placée en garde à vue à la légion de gendarmerie du littoral.

Selon des journalistes du groupe Équinoxe, « au terme d’un long interrogatoire débuté à 14h30 à la Légion de Gendarmerie du Littoral puis au tribunal militaire , Mimi MEFO, a été conduite menottes aux poignets à 23 h à la Prison Centrale de New-Bell »

Publicité

La journaliste est accusée de propagation de fausses nouvelles et cybercriminalité pour avoir relayé un tweet relatif au révérend américain Charles Wesco, un missionnaire américain âgé de 44 ans, tué à Bamenda. D’après Me Alice Nkom, la journaliste a relayé l’information selon laquelle la balle qui a tué le pasteur américain était une balle provenant de l’armée régulière. Une information qualifiée d’atteinte à la sûreté de l’Etat d’après les autorités camerounaises.

Mimi Mefo, chef service information et présentatrice vedette en langue anglaise à Equinox Tv et Radio a été déférée finalement devant le Commissaire du gouvernement (Tribunal militaire).

[Cameroun: La journaliste Mimi MEFO incarcérée à la prison de New-Bell]

D’autres sources indiquent que la journaliste est accusée d’avoir relayé des informations infondées sur les affrontements entre les forces républicaines et les milices séparatistes. Ladite information avait été publiée par Cameroon News Agence qui est une agence de presse agréée. Pour son avocat Me Alice Nkom, en citant sa source, elle n’est coupable d’aucune infraction mieux encore d’infraction militaire.

Dès lors, elle ne devrait pas être poursuivie d’un délit de droit commun qui ne requiert pas sa garde à vue. Le collège d’avocat conduit par Me Alice Nkom l’a suffisamment démontré.

Le Syndicat national des journalistes du Cameroun prie les autorités camerounaises d’éviter que le pays soit présenté comme celui où l’état de droit est en recul et les libertés fondamentales bafouées.

 

 

Auteur: Afrikmag - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]