Libre opinion: Il faut créer des champions nationaux pour redorer l’image de marque de nos pays in ou hors crise

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 07 avril, 2020 à 08:04:36 | Lu 1957 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Konan Nguessan, chef d'entreprise

Il est indispensable pour nos états d’Afrique subsaharienne francophone de faire émerger des champions nationaux qui leur seront des soutiens indéfectibles en cas de crise et de véritables instruments de promotions dans le concert des nations.

Les crises, notamment les crises sanitaires, peuvent subvenir à tout moment et imposer leur diktat. Face à ces imprévus, nos états, pour y faire face mobilisent des fonds sur leurs budgets de fonctionnement et/ou font appel à l’aide extérieur. 60 ans après les indépendances, force est de constater que nos états, les pays d’Afrique saharienne francophone, en particulier, n’ont pas beaucoup misé sur l’accompagnement des entrepreneurs locaux, l’accompagnement des élites triés sur le volet, dans différents secteurs d’activités (primaires-secondaires et tertiaires) pour en faire des champions nationaux.

Les champions nationaux sont définis comme les entreprises locales qui sont devenus les principaux concurrents sur leurs marchés mondiaux.

Les pays anglophones et ceux du Maghreb l’ont bien compris très tôt. Le Nigeria et le Maroc sont bons exemples. C’est avec fierté que nous suivons l’expansion internationale de Dangote en Afrique et dans le monde.

« Dans les économies émergentes, les Champions Nationaux sont devenus des partenaires stratégiques pour atteindre une meilleure transformation. Nos pays doivent les positionner en tant que les acteurs majeurs d’une prospérité durable enfin de nous approprier notre processus de développement », avait déclaré en 2014 Antonio Pedro, de la CEA (La Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique)

Le COVID19 révèle foncièrement que les champions nationaux sont des bras financier et économiques puissants qui permettraient à nos états de s’affranchir des donateurs extérieurs. Le Maroc est l’exemple à suivre. ‘’Au Maroc, en l’espace d’une journée, le fond spécial de lutte contre le coronavirus institué par le roi Mohamed VI a atteint tous ses objectifs, du fait de la contribution des champions nationaux’’.

Les autres pays d'Afrique francophone, avec la progression des cas positifs, ont également mis en place des fonds de lutte contre le coronavirus et invité les entreprises et les bonnes volontés à y contribuer…Le constat est évident, c’est lourd en situation de crise et d’incertitude de sortir le chéquier, n’eut été par esprit patriotique et par la volonté de soigner son image de marque vis-à-vis des opinions nationales et internationales. Nous verrons un ballet de donations des entreprises et filiales de multinationales en guise de réponse à l'appel des Chef d'Etats... Dans certains pays, des montants sont fixés, imposés aux entreprises en guise de contribution obligatoire. Quand on sait que dans ces mêmes pays la fiscalité n'a pas été souple avec elles jusqu'à l'arrivée du covid19.

En terme de communication nous pouvons retenir que :

· Le Maroc envoie un message fort de souveraineté au monde entier.

· Les autres pays bénéficiant de l’aide de la banque mondiale évoquent leur fragilité et leur dépendance à cette aide.

Donc, encourager l’émergence des champions nationaux contribue à démontrer la puissance économique du pays d’origine, à mobiliser des investissements et à gagner la confiance des tiers dans la diplomatie… tout ceci étant évidemment, une infime partie des retombées pour le pays.

‘’La démarche typique du champion national colle aux besoins en développement du pays et aux attentes du pouvoir en place’ dirait Selma Mhaoud.

En somme, tout le monde y gagne !

Konan NGUESSAN (Chef d'entreprise)

[email protected] / +221 76 830 54 58


Auteur: Konan Nguessan - Ivoirematin-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]