Mardi 05 Mars, 2024 - 1:24 PM / Abidjan +33
Mardi 05 Mars, 2024 - 1:24 PM / Abidjan +33
International

France : Après les émeutes, Macron prône "l'ordre, l'ordre, l'ordre"

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
France : Après les émeutes, Macron prône "l'ordre, l'ordre, l'ordre"
Emmanuel Macron a prôné lundi "l'ordre, l'ordre, l'ordre" et le "retour de l'autorité à chaque niveau" après les récentes violences urbaines.

De la violence qui a conduit à "brûler des écoles, des mairies, des gymnases, des bibliothèques" et de cette "violence de pillage", "la leçon que j'en tire, c'est l'ordre, l'ordre, l'ordre", a déclaré le président de la République dans un entretien télévisé, diffusé sur TF1 et France 2 depuis la Nouvelle-Calédonie.
"L'ordre doit prévaloir. Il n'y a pas de liberté sans ordre, c'est l'ordre républicain et le retour au calme", a-t-il insisté.

Selon le chef de l'Etat, "notre pays a besoin d'un retour de l'autorité à chaque niveau et d'abord dans la famille". Il a précisé parler d'"autorité à l'école, autorité des élus, de nos forces de sécurité".

"C'est tout le chantier que je veux pouvoir ouvrir à la fin de l'été, celui de l'autorité parentale, ce n'est pas à l'Education nationale, encore moins à la police de régler le problème", a jugé M. Macron.

"On doit responsabiliser certaines familles, on doit aussi accompagner d'autres familles qui sont dans la détresse et on doit réinvestir massivement sur notre jeunesse pour lui redonner un cadre", a-t-il dit.
Le chef de l'Etat a également épinglé les "réseaux sociaux", plaidant pour "un ordre public numérique qui permette de prévenir ces débordements".

"Beaucoup de ces jeunes se sont donnés rendez-vous, ont organisé ces émeutes, ont parfois fait des concours par certains réseaux et donc on doit réussir là aussi d'abord à mieux protéger nos enfants et nos jeunes adolescents des écrans", a-t-il expliqué.

Le président a enfin estimé qu'il fallait "revoir notre politique de répartition des difficultés": "sans doute l'une des limites de notre République, c'est que pendant des décennies on a

concentré les difficultés dans les mêmes quartiers aux mêmes endroits".

Le 27 juin, la mort de Nahel, 17 ans, tué à bout portant par un policier lors d'un contrôle routier à Nanterre, a embrasé le pays, provoquant plusieurs nuits consécutives de violences, d'incendies de voitures, de saccages de bâtiments publics et de pillages dans de nombreuses villes de France.

Au total plus de 1.300 personnes ont été présentées à la justice après ces émeutes, dont 608 mineurs, qui n'ont pour la plupart pas été jugés, la procédure étant plus longue pour les moins de 18 ans.
Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR