News

Interview - Félicien Agbahi (ex-chargé de mission à la présidence de la République) : « Je ne suis pas un suiveur »

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 23 juillet, 2021 à 10:07:03 | Lu 628 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Félicien Agbahi, cadre du RHDP

Félicien Agbahi, ex-chargé de mission à la présidence de la République, cadre du Rhdp, après un long silence se prononce sur des sujets qui ont marqué l’actualité. Le sénateur parle des relations entre Marcel Amon Tanoh et le Président Alassane Ouattara. Il laisse également entendre qu'il n'est pas suiveur.

 

On ne vous a plus entendu depuis près d'une année. Où étiez-vous ?

Je suis là, à mon poste (sourire). En réalité, c’est tout simple, quand j’ai des choses à dire, je les dis et clairement. En revanche, quand je n’ai rien à dire, je me tais. Ceci étant, je demeure à la tâche, au service de la Côte d’Ivoire mon pays, toujours prêt pour le Rhdp et mon Président Alassane Ouattara. 

 

Vous êtes très proche de l’ex-ministre Amon Tanoh. L'ancien directeur de cabinet du président de la République a pris ses distances avec les activités et les personnalités du Rhdp. L'avez-vous suivi ?

Votre question me parait très orientée. D’abord, je n’ai jamais pris mes distances avec le Rhdp. Ni hier, ni aujourd’hui. Il faut que cela soit clair. Ensuite, personnellement, je garde un profond respect pour Marcel Amon-Tanoh dont le parcours n’est plus à rappeler. C’est un homme de qualité dont je continue de m’honorer de la considération. Moi je ne renie pas mes relations. Alors qu’on ne me demande pas de choisir entre le Président Ouattara et son jeune frère Marcel Amon-Tanoh. Je considère depuis toujours que ces deux personnalités constituent deux faces de la même médaille. Enfin, je salue la main tendue du Président Alassane Ouattara à son jeune frère Marcel Amon-Tanoh. Je salue l’esprit d’ouverture du chef de l’Etat qui démontre encore une fois,  son sens élevé du sacrifice et du devoir. Après avoir ouvert les bras à son jeune frère Marcel Amon-Tanoh, le Président de la République Alassane Ouattara s’apprête à recevoir Laurent Ggagbo. Je n’ai donc plus aucun doute que le prochain sur la liste de la réconciliation vraie sera Guillaume Soro, l’autre fils du Président Alassane Ouattara. La Côte d’Ivoire a besoin d’unité et cela commence par la grande famille du Rhdp. Chacun doit y travailler. Pour le reste, sachez que j’ai beaucoup de respect pour mon prochain mais je ne suis pas connu pour être un « suiveur ».

 

On l'a vu lâcher Alassane Ouattara pour le Conseil national de transition(Cnt) de Bédié. Avez-vous compris cette attitude ?

Ce n’est pas exact de dire que Marcel Amon-Tanoh est allé je ne sais où. C’est une contre vérité. La vérité historique c’est que Marcel Amon-Tanoh a désavoué en son temps le Cnt, et il l’a fait publiquement. Et par la suite, chose tout à fait  inédite, Marcel Amon-Tanoh a adressé des excuses publiques au Président Ouattara. Pour ce qui est de ses motivations,  je vous suggère de lui poser la question le jour où vous le verrez. Chez les Ebrié, on dit que l’eau qui vient de la bouche du poisson est la plus fraîche.

 

 Aujourd'hui,  c'est la réconciliation.  Est-il prêt à retourner au Rhdp ? Il vous en a parlé ? 

Rectificatif, Marcel Amon-Tanoh n’a jamais démissionné du Rhdp. A ma connaissance. Et je ne vois pas pourquoi il le ferait.

 

Le Rhdp va très bientôt se restructurer après les départs volontaires et les décès de certains hauts cadres. Qu'attendez-vous ?

Je confirme que c’est le président du parti qui a fait l’annonce de cette restructuration prochaine. De mon point de vue, ce serait une très bonne chose en ce qu’elle apportera du sang nouveau à notre grande famille politique. Vous savez, un grand parti politique comme le Rhdp est en perpétuel mouvement et son dynamisme n’a d’autre but que de trouver les voies et moyens pour apporter le progrès, la paix et la solidarité aux Ivoiriens.

 

Laurent Gbagbo est de retour en Côte d'Ivoire après 10 années de prison.  Bédié et lui comptent s'allier pour les joutes électorales à venir.  Quel commentaire ?

Le président Gbagbo a actuellement 76 ans, et le président Bédié en a 87. Si ces deux hommes politiques qui ont pendant 30 ans été des adversaires irréductibles en venaient à s’allier, que devrait-on sincèrement en attendre de bon ?  Pas grand-chose, si ce n’est la preuve d’un égoïsme inqualifiable. Voilà des gens qui pensent que si ce ne sont pas eux, la Côte d’Ivoire n’a pas d’avenir. Je laisse le soin à chaque Ivoirien de se faire sa propre opinion. Mais je pose une seule question : qu’est-ce que MM. Gbagbo et Bédié peuvent faire pour la Côte d’Ivoire au soir de leur vie qu’ils n’ont pas eu le temps de faire quand ils étaient aux affaires ? 

 

Que Pensez-vous de l'alliance Pdci-Fpi?

Vous en parlez comme si c’était déjà fait ou même que c’est  la panacée du siècle (rire). Non mais plus sérieusement, est-ce que vous croyez que la préoccupation actuelle de la majorité des populations, c’est l’alliance de deux doyens ? Moi je ne le crois pas.

 

Elle vous effraie-t-elle?

Nous au Rhdp, nous restons sereins. Nous sommes sereins parce que nous sommes la plus grande force politique du pays. Nous sommes engagés, résolus derrière le leadership d’un dirigeant hors-pair, le plus grand leader ivoirien de ces 30 dernières années. Ce que je dis n’est pas un signe de triomphalisme, c’est la stricte  réalité. 

Le porte-parole adjoint de votre parti,  Touré Mamadou, a révélé récemment qu'Alassane Ouattara pourrait-être candidat en 2025. C'est une  nouvelle qui vous réjouit ?

Je suis désolé mais je ne vois pas les choses ainsi. Ce n’est pas une affaire émotionnelle. Les propos auxquels vous faites allusion ont été tenus dans un contexte précis, qu’il serait hasardeux de commenter isolément. Car, pris dans leur contexte, ces propos reflètent bien l’assentiment de très nombreux Ivoiriens. 

 

Quel constat faites-vous du Rhdp après la présidentielle de 2020 ?

Le parti a été secoué par le décès de plusieurs de ces hommes de valeur, ceux des deux Premiers ministres notamment en 2020 et en 2021 mais il se relève, sous la houlette de son leader historique. Aujourd’hui, un cap nouveau est fixé et le Rhdp se consolide. Voyez-vous, avec le recul et face à ce à quoi les Ivoiriens assistent en ce moment,  on comprend mieux pourquoi le président Alassane Ouattara a fait le sacrifice d’un troisième mandat. Je voudrais profiter de votre tribune pour l’en féliciter vivement et l’encourager à garder le cap. Il peut toujours compter sur nous.

 



Auteur: Interview réalisée par Y. C. - Ivoirematin-News

Articles similaires


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]