Santé de l’Enfant : Bientôt un partenariat entre l’Hôpital Mère-Enfant de Bingerville et l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola de Bruxelles

  • Source: : Ivoirematin-News | Le 17 février, 2022 à 17:02:28 | Lu 581 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Bientôt un partenariat entre l’Hôpital Mère-Enfant de Bingerville et l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola de Bruxelles

La journée s’est terminée ce mercredi 16 février 2022 au pas de course pour la Première Dame, Madame Dominique Ouattara à l’Hôpital universitaire des enfants Reine Fabiola (HUDERF) de Bruxelles, avenue Jean Joseph Crocq15.

Initiatrice et promotrice de l’Hôpital Mère-Enfant de Bingerville, Madame Dominique Ouattara, s’est fait expliquer le fonctionnement de cet hôpital crée en 1986 pour « répondre à des besoins spécifiques » et demeure à ce jour, l’unique hôpital universitaire belge entièrement dédié aux soins pédiatriques, de la naissance à l’adolescence.

 

L’Hôpital universitaire des enfants Reine Fabiola a une capacité d’accueil de 183 lits, 40 mille patients par an, 215 mille consultations par an, 1020 travailleurs dont 250 médecins. Voici quelques indicateurs de ce centre hospitalier.

L’équipe dirigeante, Madame Anna Grosswasser, Directrice Adjointe, Pr Nicolas Deconnick, Directeur Médical et Pr Véronique Delvenne, chef de service Pédopsychiatre ont tous marqué un intérêt pour une éventuelle collaboration avec l’Hôpital Mère-Enfant de Bingerville pour un échange d’expériences. Un partenariat que la Première Dame, Madame Dominique Ouattara voudrait voir se concrétiser dans les meilleurs délais en vue d’un échange d’expertises et d’expériences. « Je viens de visiter l’Hôpital universitaire des enfants Reine Fabiola de Bruxelles. C’est un hôpital spécialement destiné aux enfants. C’était une visite très intéressant. L’Hôpital Mère-Enfant de Bingerville a plusieurs points en commun avec l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola. Et nous avons pratiquement décidé de faire une collaboration. Un partenariat entre nous deux hôpitaux. Et j’espère que ce sera pour très bientôt », s’est exprimée Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d’Ivoire.

Madame Anna Groswasser, Directrice Générale-Adjointe de l’Hôpital de la Reine Fabiola a également abondé dans le même sens. « C’était une visite très enrichissante. Nous avons pu échanger sur nos différents modèles de fonctionnement. Et pour construire un futur partenariat », a déclaré la Directrice Générale-Adjointe de l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola de Bruxelles.

Pour le Professeur Nicolas Deconinck, Directeur Médical de l’Hôpital, le plus important ce sont les enjeux et les objectifs communs que les deux hôpitaux partagent.  « Ce qui est important, c’est de voir que nous avons un peu un enjeu commun qui est celui de donner toute la place à l’enfant. L’enfant est au cœur des soins que nous prodiguons. C’est l’objectif et le but d’un hôpital dédié à l’enfant. Et je crois que sur ce plan, il y a vraiment des objectifs communs. Et on voit des réalisations qui sont communes qui m’ont fait beaucoup plaisirs », a-t-il déclaré.

Cette visite a été aussi, l’occasion pour la Première Dame Dominique Ouattara de découvrir de nouvelle science pour le bien-être des enfants à savoir la Pédopsychiatrie. En effet, la Pédopsychiatrie est la branche de la psychiatrie qui s’applique aux enfants et aux adolescents. C’est une discipline plus récente que la psychiatrie générale. Le Professeur Véronique Delvene, chef de service Pédopsychiatrie a bien voulu présenter sa discipline scientifique à ses hôtes.  « La Pédopsychiatrie vise à améliorer la santé mentale des enfants et des adolescents, mais aussi, leur complet bien-être, leur complet développement et leur intégration dans la société. Je ne fais pas ça toute seule.  Nous sommes dans des équipes multidisciplinaires dans lesquelles, il y a aussi d’autres intervenants. Des psychologues, des infirmières, des éducateurs, bien-sûr. Mais, je pense que ça peut devenir très rapidement une préoccupation dès que les soins premiers sont opérationnels. Très vite la demande vient au niveau de l’amélioration du bien-être des enfants. Elle permet d’être en support avec les équipes pour permettre le développement de l’enfant. Et en même temps aussi, de repérer les enfants qui sont aussi en panne de développement qui parfois peuvent avoir des symptômes de retard de langage, des symptômes somatiques, des douloureux, des symptômes physiques. Et puis, elle sert aussi à l’humanisation avec les équipes de psychologues et tous les soins chez les enfants gravement malades ou aux parents des enfants gravement malades. Le soutien aux parents est très important », a présenté le Pr Véronique Delvene.  

Notons qu’une visite de l’unité d’hospitalisation et de l’unité du jour a mis fin à la séance de travail


Auteur: Sercom - Ivoirematin-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]