Yôrôgang : Ariel Sheney dévoile des pratiques mafieuses de Dj Arafat

  • Source: : Web-News | Le 07 décembre, 2017 à 11:12:34 | Lu 312 fois | 1 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image d-illustration

Après avoir longtemps supporté les accusations portées contre lui par Dj Arafat au sujet de leur collaboration dans la Yôrôgang, Ariel Sheney a décidé de faire le grand déballage. Il a convié la presse à une conférence, mercredi 6 décembre 2017, dans un restaurant à Cocody-Vallons. Pendant une heure d’horloge, Ariel Sheney a dit sa part de vérités dans le problème qui l’oppose à Dj Arafat, allant du jour de leur première rencontre, des moments de joie aux moments sombres, et finalement à la rupture de leur collaboration dans la Yôrôgang.

Les raisons de cette rupture, Ariel Sheney les a également évoquées. Entre autres, le non-respect des deux contrats qu’il a signés avec Arafat. Mais aussi à cause du comportement quelque peu mafieux de Dj Arafat.

Ariel Sheney a expliqué qu’il a signé un premier contrat de 3 ans avec la Yôrôgang dans lequel 40% il recevait 40% de ses prestations et Arafat les 60%. Un contrat qu’il a accepté de signer malgré l’interdiction de son manager, parce qu’il se croyait membre de la famille Yôrôgang et fier d’y apporter son talent. Mais ce contrat n’a pas été respecté de part et d’autres. Mais surtout parce qu’Arafat ne respectait pas son engagement, à savoir le financement de ses productions et de leur promotion.

« Après ce premier contrat, on a parlé et décidé de repartir sur de nouvelles bases. Arafat m’a proposé un nouveau contrat de deux ans où j’ai 50% et lui 50% sur mes prestations. Mais c’était toujours les mêmes choses, les promesses non tenues », a expliqué Sheney.

Mais les choses vont se détériorer entre les deux hommes quand Ariel Sheney fait sortir son single baptisé ‘’Ghetto’’, après la fin du second contrat qui a expiré en début septembre 2017. « Quand j’ai sorti Ghetto, Arafat m’a appelé pour me demander pourquoi j’ai sorti Ghetto sans sa permission, sans que je ne l’ai informé. Je lui ai répondu que notre contrat a expiré et depuis il ne m’en a pas proposé de nouveau, et il ne me dit rien. Alors il me répond qu’on va renouveler le contrat. Je lui dis OK, mais avant il faut qu’on se voit, qu’on s’asseye pour discuter et éponger les griefs.» Mais ce tête à tête n’aura jamais lieu, parce qu’Arafat ne l’a pas voulu, explique Ariel Sheney.

Bien au contraire, Dj Arafat va tenter d’influencer son ‘’filleul’’ avec le concert du Bataclan auquel il l’a invité. « Il m’a appelé pour me dire qu’il organise un concert au Bataclan, et que si je veux venir, je dois signer son contrat. Je lui ai dit que je ne peux pas signer si on n’a pas discuté lui et moi de plusieurs choses. Il me dit ‘’signe mon contrat et après on discutera’’. Je lui ai dit non. Alors, il me dit que si je ne signe pas ce contrat, je dois considérer que je ne fais plus partie de la Yôrôgang. Ça m’a choqué.»

Finalement, face à l’insistance « du grand frère » qui promet qu’ils discuteront après le concert du Bataclan, Ariel Sheney dit s’être résolu à signer le 3e contrat dans lequel il aura désormais les 60% des retombées de ses prestations. En possession de ce contrat Ariel Sheney décide cette fois de le soumettre à l’expertise d’un avocat. « L’avocat m’a répondu que ça ce n’est pas un contrat. Et que si Arafat veut que je signe, qu’il se présente avec son Conseil et on en discutera ».

Mais ce face-à-face pour un contrat légal, authentifié, Arafat n’y a pas répondu. « Il voulait que je signe malgré tout. Mais je ne peux signer un document sous la pression, donc je ne lui ai dit que je ne signe pas le contrat, alors il m’a dit au revoir, bon vent ». Selon lui, devant son refus de signer le 3e contrat, Arafat a fait bloquer sa chaîne Youtube en portant plainte contre lui, parce que bien entendu ses clips portent le label Yôrôgang. Au niveau national, Arafat n’a pas pu interdire la diffusion des chansons de Sheney sur les médias audiovisuels parce que la Yôrôgang n’est pas enregistré au Burida, a révélé Ariel Sheney.

En ce qui concerne son absence au concert au Bataclan, à Paris, Ariel Sheney a indiqué que, malgré son spectacle au Maroc prévu bien longtemps avant le concert, il a tout fait pour pouvoir être en France. « C’était une opportunité pour ma carrière et une occasion pour être avec mes fans qui me réclament», a dit Sheney. Pour cela, Il a dû décaler à maintes reprises son RDV à l’ambassade pour l’obtention de son visa, décalage pour lequel il a payé une pénalité. Mais à l’ambassade, il lui fallait un document que détenait Arafat, mais qu’il a refusé de lui remettre. 

 

 

Auteur: César DJEDJE MEL-Ivoirematin.com - Web-News


Commentaire (1)


Anonyme il y a 5 jours (13:59 PM) 0 FansN°: 1

Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  

Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]