Vendredi 14 Juin, 2024 - 5:26 AM / Abidjan +33
Vendredi 14 Juin, 2024 - 5:26 AM / Abidjan +33
Politique

Toikeusse Mabri pour une «sortie de crise par le dialogue» en Côte d’Ivoire

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Toikeusse Mabri pour une «sortie de crise par le dialogue» en Côte d’Ivoire
Le président de l'Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire ( UDPCI, opposition), Dr Abdallah Albert Toikeusse Mabri, récemment recherché par la justice ivoirienne, a appelé jeudi les acteurs politiques à privilégier la voie de sortie de crise dans le pays par le dialogue.

« Conformément à ma philosophie de bon ton et de la mesure, j'exhorte toutes les parties à privilégier la sortie de crise par le dialogue tout en préservant la paix, la démocratie, les libertés individuelles et la justice », a encouragé M. Mabri dans une déclaration parvenue à APA. 


En outre, il a dit son soutien au président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire ( PDCI), le doyen d'âge de l'opposition ivoirienne qui a mis fin aux activités du Conseil national de transition (CNT), un organe jugé illégal par le pouvoir, et a appelé lui-aussi à l'ouverture d'un dialogue national inclusif. 

« Je m'inscris entièrement dans sa volonté ( parlant de M. Bédié) de créer les conditions d'un dialogue national inclusif dont le seul et unique objectif est de restaurer ce qui constitue le fondement du vivre-ensemble harmonieux », a indiqué M. Mabri qui a été un allié important du président ivoirien Alassane Ouattara pendant plus d'une décennie avant de rejoindre l'opposition.  

Dans la foulée, il a salué la délivrance des passeports de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo en liberté conditionnelle en Belgique estimant que c'est un « acte important qui augure de son retour prochain sur la terre de ses ancêtres ». 

Début novembre dernier, le procureur de la République près le Tribunal de première instance d'Abidjan, Richard Richard, avait annoncé que M. Mabri et plusieurs autres cadres de l'opposition soupçonnés de «complot contre l'autorité de l'Etat» sont «activement recherchés ». 

Après cette annonce, la justice ivoirienne a mis aux arrêts Pascal Affi N'Guessan et Maurice Kakou Guikahué, respectivement président de la branche légale du Front populaire ivoirien (FPI) et secrétaire exécutif en chef du PDCI. L'élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre a été boycottée par l'opposition ivoirienne et a été émaillée de violences dans certaines localités du pays.

Ce scrutin qui a enregistré un taux de participation de 53,90 %, a été remporté au premier tour par le président sortant Alassane Ouattara avec 94,27% des voix contre 1,99% par son adversaire, le candidat indépendant Kouadio Konan Bertin dit KKB. 
Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR