Dimanche 21 Avril, 2024 - 3:24 PM / Abidjan +33
Dimanche 21 Avril, 2024 - 3:24 PM / Abidjan +33
News

Côte d’Ivoire : rentrée solennelle du Centre d’études prospectives

Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp
Single Post
Côte d’Ivoire : rentrée solennelle du Centre d’études prospectives
Le Centre d’Etudes Prospectives (CEP), institué en 2021, a organisé ce mardi 09 janvier 2024 aux II Plateaux sa rentrée solennelle 2024, en présence du ministre des Ressources animales et halieutiques, Sidi Touré, par ailleurs président du Comité d’administration de cet espace de Think-Thank.

M. Sidi Touré a donné les enjeux de la création de ce centre, né dans un contexte où l’Afrique en particulier et le monde en général sont confrontés à de multiples défis politiques, socio-économiques, humanitaires et géopolitiques.

Il a évoqué le conflit russo-ukrainien, le changement climatique et plus récemment le conflit entre le Hamas et Israël. Le centre a pour objectif d’amener les esprits à ne pas subir ces événements, mais à proposer des réponses exogènes, notamment « une voie africaine » en dialogue avec le monde.

« Nous avons refusé le fatalisme en faisant le choix de créer le CEP avec plusieurs personnalités pour porter une conviction, celle d’une Afrique qui n’est plus spectatrice, mais actrice de son destin », a soutenu le ministre Sidi Touré.

Créé le 25 octobre 2021, cet espace de Think-Thank, a également pour but de relever les défis de développement à travers « l’élaboration de politiques efficaces, la promotion de la prospective et de la réflexion stratégique comme moyen de planification du développement et d’influence sur les débats nationaux et internationaux ».

Il ajoutera que le CEP s’est engagé à être la voix de proposition de politiques innovantes et une vision prospective pour le continent, avant d’ajouter qu’aujourd’hui le CEP célèbre les progrès réalisés en se projetant vers l’avenir.

« Le CEP représente désormais une force de transformation », a-t-il déclaré. Pour le ministre ivoirien des Ressources animales et halieutiques, cet instrument se veut un organe à penser, avec lequel il faudra compter dans l’univers de la recherche, de l’analyse, du dialogue sur les enjeux africains et mondiaux.

« En deux ans, nous avons pris des initiatives audacieuses comme le forum international du leadership et de la prospective qui a su mobiliser des personnalités de hauts rangs, à l’image de l’ancien président du Nigéria, Olesegun Obasanjo et bien d’autres », s’est-il félicité.

Il a annoncé, entre autres activités du CEP, l’organisation de l’université libérale d’Abidjan et plusieurs autres panels de haut niveau pour adresser les questions « cruciales » liées à l’Afrique « pour faire avancer la cause du continent en partenariat avec le monde ».

« En deux ans nous avons posé les bases d’un environnement propice à la réflexion stratégique et à l’innovation ancrant le CEP comme un partenaire d’influence ou encore un réservoir d’idées en Afrique », a-t-il renchéri.

Le président du Comité d’organisation du Cep, Sidi Touré, a assuré aller encore plus loin en 2024 en lançant des projets encore plus innovants, en développant de nouvelles avenues de réflexions et en renforçant des collaborations stratégiques.

L’objectif, dit-il, est de créer des partenariats solides et fructueux non seulement avec des acteurs locaux, mais aussi avec des institutions internationales. « Ces partenariats seront essentiels pour amplifier notre voix et étendre notre portée ».

Pour le ministre Sidi Touré, à travers ces efforts, le CEP vise aussi à devenir un acteur central dans la formulation des politiques de développement efficace pour l’Afrique, en proposant des solutions pragmatiques et adaptées aux défis spécifiques du continent.

Au cours de cet évènement, une conférence inaugurale a été prononcée par l’historien en relations internationales, Bangali N’Goran, sur le thème « la gouvernance politique, sécuritaire et économique dans l’espace Cedeao : quel rôle pour la Côte d’Ivoire ? ».

L’enseignant chercheur a soutenu que la Côte d’Ivoire, en raison de son rôle de locomotive de la sous-région, devrait avoir une position d’’’Etat stratège’’, comme à l’ère du président Houphouët-Boigny, dans un monde où les contextes géopolitiques sont mouvants.
Partages sur Facebook Partages sur Twitter + Partages sur WhatsApp

0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.

Commentez cet article

Auteur Commentaire : Poster votre commentaire
Banner 01

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR