Afrique

Attaque du train de Kaduna au Nigeria : 168 personnes toujours portées disparues

  • Source: : Web-News | Le 05 avril, 2022 à 15:04:06 | Lu 381 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

Attaque du train de Kaduna au Nigeria : 168 personnes toujours portées disparues

Quelque 168 personnes sont toujours portées disparues au Nigeria après l'attaque meurtrière d'un train très fréquenté la semaine dernière, selon la compagnie ferroviaire nationale.

On ignore combien d'entre elles ont été enlevées pour obtenir une rançon. Certaines ont pu rentrer chez elles sans prévenir les autorités.

Lundi dernier, des hommes armés ont fait exploser un tronçon de voie ferrée entre la capitale, Abuja, et la ville de Kaduna, dans le nord du pays.

Au cours de cette épreuve, au moins huit passagers ont été tués.

Le récit d'un survivant

Un survivant a raconté à la BBC comment la décision de changer de wagon lui a sauvé la vie et celle de sa famille.

"Je suis heureux d'être en vie et en bonne santé", déclare-t-il sous couvert d'anonymat.

"Mais je suis si triste pour les personnes tuées et blessées - cela aurait pu être moi", a déclaré l'homme, qui a failli manquer le train, mais a couru avec sa femme et ses deux enfants pour l'attraper juste à temps.

Une fois à bord, la famille a marché d'un wagon à l'autre car d'autres passagers leur ont dit qu'ils occupaient les mauvais sièges.

Ils étaient assis dans le wagon 17, qui était l'un de ceux qui ont été attaqués, mais ils sont passés au wagon 12.

"Vers 19 h 45, nous avons entendu une forte explosion qui a secoué le train, puis celui-ci s'est arrêté, explique-t-il.

Le train nigérian détruit lors de l'attaque

CRÉDIT PHOTO,

@CHIBUIKEAMAECHI

Soudain, on a entendu des coups de feu provenant de différentes directions, les assaillants ayant apparemment encerclé le train.

"J'ai rassemblé ma famille et nous nous sommes allongés sur le plancher du train comme d'autres passagers l'ont fait", poursuit-il.

"Au bout d'un certain temps, il semble que les hommes armés soient entrés de force dans les wagons, car nous avons entendu des gens crier des ordres aux passagers des autres wagons. Il y a eu des coups de feu à l'intérieur des wagons également.

"Les gens ont reçu l'ordre de sortir des autocars et ont été conduits dans la brousse. Personne n'est entré dans notre compartiment", déclare le survivant.

"Ma décision de changer de wagon a sauvé ma vie et celle de ma famille".

Une attaque toujours pas revendiquée

L'attaque de lundi n'a été revendiquée par aucun groupe.

Mais le gouverneur de l'État de Kaduna soupçonne qu'elle est l'œuvre d'islamistes de Boko Haram s'associant à un gang d'enlèvement, et a déclaré que des opérations de sauvetage étaient en cours, tout en excluant de payer de rançon.

Il y avait 362 passagers enregistrés à bord du train lorsqu'il a été attaqué, mais la Nigerian Railway Corporation n'a pas précisé si les 168 personnes présumées disparues étaient toutes des clients ou si certains membres du personnel du train en faisaient partie. Il avait été initialement annoncé qu'il y avait 970 passagers à bord - la raison de cette divergence n'est pas claire.

Le train attaqué par des bandits au Nigéria - tiré du fil Twitter du ministre des transports.

CRÉDIT PHOTO,

@CHIBUIKEAMAECHI

Légende image,

Le train attaqué par des hommes armés au Nigéria

L'agence de presse Reuters cite des parents de certains des disparus qui ont déclaré que des bandits présumés les avaient contactés pour leur dire qu'ils détenaient leurs proches.

Ces gangs sont devenus monnaie courante dans le nord-ouest du Nigeria, l'État de Kaduna étant considéré comme l'épicentre. Au début du mois, des informations ont fait état d'une attaque contre l'aéroport de Kaduna.

Au cours des 24 derniers mois, rien qu'au Nigeria, des bandes armées ont tué des centaines de personnes et forcé des milliers d'autres à fuir leur foyer.

"Rien n'est sûr nulle part"

Les enlèvements en bord de route n'étant que trop fréquents entre Abuja et Kaduna, le train semblait être la seule option sûre et abordable.

Mais, à la grande frustration des Nigérians, il s'agissait de la deuxième attaque de bandes armées sur ce même tronçon ferroviaire en six mois.

"Les Nigérians sont convaincus que rien n'est sûr nulle part", déclare Chris Paul Otaigbe, journaliste et observateur de la sécurité.

"Beaucoup préfèrent désormais rester chez eux ou dans leur quartier", ajoute-t-il, précisant que les entreprises qui dépendent du flux régulier de personnes entre le nord-ouest du Nigeria et Abuja seraient les plus touchées.

Le train Abuja-Kaduna
Légende image,

Le train est plus cher, mais les passagers qui veulent éviter la dangereuse autoroute Abuja-Kaduna n'ont guère le choix.

Malgré les promesses de rendre le réseau ferroviaire nigérian plus sûr après l'attentat d'octobre, peu de progrès semblent avoir été réalisés.

L'impuissance des autorités nigérianes

"Je suis dévasté et, honnêtement, je ne sais plus quoi dire aux Nigérians", a déclaré le ministre des Transports Rotimi Amaechi après l'attaque de la semaine dernière. "Le processus d'acquisition de la solution intégrée de surveillance et de contrôle de la sécurité a été fastidieux. Si les processus étaient moins lents, nous aurions sauvé des vies."

Il y avait environ 18 policiers à bord du train de lundi, a-t-il déclaré à la BBC, mais ils étaient dépassés et ont fini par manquer de munitions.

À l'avenir, les avions militaires escorteront les trains de passagers entre Kaduna et Abuja une fois que les travaux de réparation de la voie ferrée de 190 km seront terminés, selon M. Amaechi.

Mais il nie que l'incapacité à protéger la vie des passagers soit un symptôme des défaillances plus générales du Nigeria en matière de sécurité.

"Vous ne pouvez pas dire que le Nigeria est un État défaillant", a déclaré M. Amaechi. "Si vous voulez traiter de l'insécurité, vous devez avant tout traiter de la pauvreté".

Pour sa part, le commentateur nigérian Farooq Kperogi n'est pas convaincu, affirmant que l'attaque "tragique" du train a montré "l'absence de toute prétention à un gouvernement au Nigeria". Charles Ughele, analyste des affaires publiques, accuse les autorités nigérianes de "manquement" à leurs devoirs, comparant défavorablement leur leadership à celui du président ukrainien en difficulté, Volodymyr Zelensky.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a même été exhorté à démissionner par un homme politique de l'opposition, Kassim Afegbua, du Peoples Democratic Party, qui s'est dit "totalement honteux" de ce qu'il considère comme l'inaction du gouvernement.

Hommes armés silhouettés - photo générique

CRÉDIT PHOTO,

GETTY IMAGES

Le porte-parole présidentiel Garba Shehu a déclaré à la BBC que les chefs de l'armée et de la sécurité ont maintenant reçu l'ordre d'être plus "décisifs" dans leur poursuite des bandits, et a déclaré que des "plates-formes de surveillance et de contrôle" étaient recherchées pour le chemin de fer Abuja-Kaduna et la liaison ferroviaire Lagos-Ibadan du sud du Nigeria.

Un système similaire avait été promis, mais non livré, il y a six mois.

M. Shehu a toutefois rejeté les preuves selon lesquelles l'aéroport de la ville de Kaduna avait lui-même été attaqué par une bande armée en mars, déclarant : "Oui, ils ont tiré sur un agent de surveillance civil près de la clôture d'enceinte, ce qui est très triste, mais l'aéroport de Kaduna n'a pas été attaqué".

"Je ne vais pas vous faire croire que nous n'avons pas de problèmes de sécurité", a déclaré M. Shehu à la BBC.


Auteur: Bbc Afrique - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]