Guéguerre Affi-Gbagbo : Après Agnès Monnet, un autre gros soutien se sépare d’Affi, ce qu’il a déclaré avant de claquer la porte

  • Source: : Web-News | Le 28 mars, 2019 à 18:03:24 | Lu 1233 fois | 0 Commentaires
PARTAGES | J'AIMES |
content_image

image-d-illustration

La saignée continue dans le camp Pascal Affi N’guessan, dans la bataille qui l’oppose à l’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo pour le contrôle du Front populaire ivoirien (FPI).

Après Agnès Monnet, un autre soutien de taille vient de tourner le dos au président légalement reconnu du Front populaire ivoirien. Il s’agit de Mohamed Sam Jichi alias ‘’Sam l’Africain’’, ex-N°2 de Pascal Affi N'guessan,  au sein de la plateforme de parti politique de l’opposition ivoirienne, l’Alliance des Forces démocratique (AFD).

« Affi N'guessan est allé trop loin. Depuis ma sortie de la prison, cela fait un bon moment que je ne suis plus parti aux réunions de L'Alliance des forces démocratiques dit AFD (Plateforme que dirigeait Affi) », a fait savoir le président du Nacip. A l’écouter, le député de Bongouanou serait allé « un peu trop loin » en se décidant de se braquer contre Laurent Gbagbo, président fondateur du FPI.

Nul doute selon lui, que le ‘’Le lion du Moronou’’, serait en « mission ». En mission pour qui ? Sam Jichi ne le mentionnera pas. « Je pense qu'il est en mission et je crois qu'il est allé trop loin. Il est allé jusqu'à insulter le président Laurent Gbagbo au point de le déshabiller », a asséné, l’ancien membre de la Galaxie patriotique. Avant d’ajouter que M. Affi s’est lui-même « suicidé politiquement ». « Ceux qui l'ont envoyé le conduisent au cimetière. Il vient de se suicider politiquement."

Pour rappel, lors d'une conference de presse tenue au lendemain de son rendez-vous manqué avec Laurent Gbagbo à Bruxelles, le president Affi avait qualifié son ancien mentor d'être le chef de la «dissidence» au sein du FPI. Il avait indiqué « Il ne faut pas qu’il prenne en otage une partie du parti. Pour la réconciliation au FPI, Gbagbo doit sortir de la fronde. Comment le père de la démocratie veut être President du FPI sans élection », avait  martelé Affi.

Des cadres de l’ex-parti au pouvoir se livrent une guerre sans précédent depuis 2014, pour le contrôle du parti. Créant ainsi deux tendances dont la branche légale est dirigée par l’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo. De l’autre côté, les Gbagbo ou rien (GOR), qui bénéficient du soutien indéfectible de l’ancien pensionnaire de la prison de Scheveningen à la Haye.

 

Auteur: linfodrome.com - Web-News


Commentaire (0)


Commentez cet article

  Auteur

  Commentaire :

  


Service Commercial

Abidjan: +225 02 03 25 65    |    Usa, Canada, Europe : | +225 02 03 25 65   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]